Les résultats de l’enquête suisse sur la santé et de l’étude HBSC auprès des élèves de 11 à 15 ans mettent en avant certains défis de santé publique très actuels en temps de pandémie

9 Décembre 2020 -10h01

Les résultats de ces deux études sur la santé démontrent que les Fribourgeoises et les Fribourgeois se sentaient, pour la grande majorité, en bonne santé avant la pandémie. Si ce constat est positif, ces études mettent aussi en évidence certaines problématiques, c’est le cas par exemple de la consommation d’alcool, des produits du tabac et de produits similaires ainsi que des troubles psychiques. Le contexte actuel de pandémie peut renforcer les facteurs de risques liés à ces problématiques, c’est pourquoi la Direction de la santé et des affaires sociales met en place un nouveau portail de recensement de l’offre de prévention et de prise en charge des problématiques liées à l’alcool et rappelle l’offre de ressources existantes pour prendre soin de sa santé.

Santé
Santé © Tous droits réservés

D’une manière générale, la grande majorité des Fribourgeoises et Fribourgeois se sentait en bonne santé avant la pandémie. Les résultats de l’étude HBSC sur la santé des élèves, réalisée en 2018, montrent que la grande majorité des élèves de 11 à 15 ans (entre 83% et 95% suivant l’âge et le sexe) se sentait en bonne ou en excellente santé, tandis que les résultats de l'Enquête suisse sur la santé réalisée en 2017 indiquent qu’une grande majorité de la population fribourgeoise âgée de 15 ans et plus (86%) s’estimait être en bonne ou en très bonne santé.

Les résultats de ces études servent de base pour le monitorage et l’adaptation notamment de la Stratégie cantonale de promotion de la santé et de prévention ainsi que des programmes cantonaux alimentation et mouvement, santé mentale, alcool et tabac.

Il s’agit toutefois de rappeler que ces deux études ont été réalisées avant le contexte actuel de pandémie qui met à rude épreuve la santé physique et mentale d’une partie de la population fribourgeoise. Les effets de la pandémie pourront être mis en évidence dans les résultats des prochaines enquêtes réalisées.

Les résultats des deux enquêtes montrent l’importance de poursuivre les efforts en cours en matière de promotion de la santé et de prévention et de coordination de la prise en charge des addictions.  Les actions encourageant la création d’environnements favorables à la santé et au bien-être de la population doivent aussi être maintenues.

Dans ce cadre, la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS) lance un nouveau portail de recensement de l’offre de prévention et de prise en charge des problématiques liées à l’alcool, disponible dès aujourd’hui sur le portail Internet de l’Etat de Fribourg et rappelle l’offre de ressources existantes pour prendre soin de sa santé.

La consommation d’alcool, de produits du tabac et d’autres produits mis sur le marché par l’industrie du tabac ainsi que les troubles psychiques restent des problématiques prioritaires dans le canton.

Quelques actions

1) Un nouveau portail Internet pour faciliter l’accès à l’offre de prévention et de prise en charge des problématiques liées à la consommation d’alcool

Si on constate que la proportion de personnes de 15 ans et plus consommant quotidiennement de l’alcool tous les jours a baissé de 22,9% en 1992 à 12,2% en 2017, la consommation d’alcool est plus fréquente dans les classes d’âge plus avancées tant chez les hommes que chez les femmes.

Chez les jeunes aussi on constate une tendance à la baisse par rapport à l’enquête de 2014, toutefois le « binge drinking » reste un mode de consommation répandu et en légère hausse chez les jeunes de 15 ans : 33% des garçons et 28% des filles de 15 ans ont déjà au moins une fois consommé cinq boissons alcoolisées ou plus lors d’une même occasion le mois précédent l’enquête.

La consommation problématique d’alcool ainsi que la dépendance à l’alcool ont non seulement des conséquences importantes sur la santé des personnes concernées, mais impactent également la société dans son ensemble. Afin de renforcer l’accès aux offres de prévention et promotion de la santé et de prise en charge, la DSAS met en ligne aujourd’hui un portail internet qui recense les offres existantes dans le canton de Fribourg. Cette mesure de communication et d’information à la population s’inscrit dans le cadre du plan cantonal action alcool approuvé en 2018 par le Conseil d’Etat.

A noter que le groupe « Fribourg parle d’alcool », qui regroupe différentes institutions actives dans la prévention et la prise en charge liée à l’alcool, coordonne depuis de nombreuses années avec la DSAS des actions de communication pour ouvrir le débat sur la consommation d’alcool.


2) Produits du tabac mis sur le marché par l’industrie du tabac et Programme cantonal de prévention du tabagisme

La consommation de produits du tabac est reconnue comme l’une des principales causes de risque de maladies chroniques non transmissibles et constitue à ce titre une préoccupation prioritaire de santé publique pour le canton.

Les résultats montrent que les nouveaux produits mis sur le marché par l’industrie du tabac, comme par exemple la e-cigarette, sont une problématique à ne pas négliger notamment chez les jeunes.

Par ailleurs, une proportion importante de jeunes arrive à se procurer du tabac et de l’alcool en les achetant eux-mêmes. Un tiers des jeunes de 14 et 15 ans ont acheté eux-mêmes du tabac au moins une fois dans un magasin, un kiosque, un bar, restaurant ou automate. Pour l’alcool, ce sont 16% des filles et 23% des garçons de 14 et 15 ans qui ont obtenu de l’alcool au moins une fois en l’achetant eux-mêmes dans un magasin, kiosque, bar ou restaurant.

Une lacune juridique permet l’achat de ces nouveaux produits du tabac par des mineur-e-s. Cette lacune sera comblée à l’échelon national au mieux mi-2023. Toutefois le Conseil d’Etat a décidé de prendre des mesures pour faire face à la hausse de la consommation de tabac et au succès de la e-cigarette et du snus chez les mineur-e-s. Par principe de précaution et compte tenu des premières évidences scientifiques prouvant la nocivité de ces produits, le Conseil d’Etat a modifié ses bases légales en vue d’intégrer les nouveaux produits mis sur le marché par l’industrie du tabac aux bases légales existantes et de renforcer la protection de la jeunesse en modifiant l’art. 31 de la loi sur l’exercice du commerce (LCom) afin de régler la vente de ces nouveaux produits. Ceux-ci seront soumis aux mêmes règles que les produits du tabac. Par cette modification qui entrera en vigueur en 2021, le Conseil d’Etat a prévu une interdiction de vente et de remise des produits du tabac, des cigarettes électroniques et des produits similaires aux jeunes de moins de 18 ans. Le Conseil d’Etat inscrit ainsi sa démarche en cohérence et en renforcement des objectifs du programme cantonal de prévention du tabagisme 2018-2021, qui vise en particulier à réduire le nombre de fumeurs et fumeuses dans la population fribourgeoise, notamment chez les jeunes.

Afin de mener des actions cohérentes et coordonnées dans le canton, le CIPRET Fribourg, sur mandat de la DSAS, est chargé d’assurer la mise en œuvre du 3ème programme cantonal de prévention du tabagisme « Sans fumée, je respire » 2018-2021. Ce programme propose des actions coordonnées visant à améliorer les connaissances liées aux méfaits du tabac et des nouveaux produits mis sur le marché par l’industrie du tabac dans la population, réduire le nombre de fumeurs et fumeuses particulièrement chez les jeunes et développer des synergies pour favoriser une approche multithématique de la prévention. Il est cofinancé par la DSAS et le Fonds national de prévention du tabagisme.


3) La campagne www.santepsy.ch pour prendre soin de sa santé mentale

Près d’une personne sur cinq dans le canton de Fribourg (19%) déclare souffrir de troubles psychiques moyens à importants. Cette part est significativement plus élevée que la moyenne nationale (15%). Cependant, elle ne diffère pas de manière significative par rapport aux résultats de l’ESS 2012.

La campagne www.santepsy.ch, financée notamment par la DSAS et les cantons latins, recense les ressources pour prendre soin de sa santé mentale et répond aux questions des personnes qui se font du souci pour un proche. Une rubrique spécifique est aussi dédiée à la pandémie de Covid-19.

Chez les jeunes, la grande majorité des élèves de 11 à 15 ans se sent en bonne ou en excellente santé. Toutefois un nombre important d’élèves connaît du stress : un quart des garçons et un peu plus d’un tiers des filles de 15 ans se disent en effet stressé-e-s par le travail scolaire.

Que cela soit chez les garçons ou les filles, le symptôme de fatigue augmente nettement avec l’âge. Par exemple, plus de 80% des filles de 15 ans ont ressenti de la fatigue au moins 1x/semaine au cours des 6 derniers mois.

Pour répondre aux questions spécifiques de jeunes en lien avec la formation, l'identité, l'estime de soi ou les relations, la campagne santé psy s'est associée à ciao.ch : www.ciao.ch/santepsy.