Chapeau
Les mesures prises le long des grands lacs et cours d’eau pour protéger les volailles domestiques contre la grippe aviaire prennent fin le 1er avril 2022. Le risque d’introduction de la maladie par des oiseaux migrateurs est faible, maintenant que la plupart d’entre eux ont quitté leurs quartiers d’hiver.

Informations détaillées sur la grippe aviaire

Plus d'informations sur la grippe aviaire disponibles sur le site internet de l'OSAV

Alors que la grippe aviaire sévissait dans toute l’Europe cet hiver, seuls quelques cas ont été observés  en Suisse : dans une exploitation avicole dans le canton de Zurich, au bord du Rhin dans le canton de Schaffhouse et dans le parc animalier de Berne, rappelle l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) dans un communiqué de presse publié le 31 mars 2022.

L’OSAV, en concertation avec les autorités cantonales, avait immédiatement ordonné les mesures de protection nécessaires, empêchant ainsi la propagation de la maladie. Étant donné que la situation épidémiologique s’est calmée, les autorités ont décidé de lever les mesures prises contre la grippe aviaire dès le 1er avril 2022.

Protection efficace des volailles domestiques

En novembre dernier déjà, les autorités vétérinaires avaient ordonné des mesures le long des grands lacs et cours d’eau du Plateau après l’apparition d’un foyer dans une exploitation détenant des volailles à titre de loisir, située dans le canton de Zurich. L’instauration de régions de contrôle et d’observation a permis d’éviter tout contact entre les volailles domestiques et les oiseaux sauvages.

Grâce aux mesures strictes qu’il a mises en place, le parc animalier de Berne a pu prévenir la propagation de la maladie, qui s’était déclarée en février. À Schaffhouse, la découverte d’une mouette morte de la grippe aviaire est restée un cas isolé.

Propagation de la maladie improbable en Suisse

Des analyses le montrent : si des cas de grippe aviaire continuent d’être recensés presque dans toute l’Europe, le pic de l’épidémie actuelle a toutefois eu lieu au cours de la deuxième semaine de janvier 2022, et le nombre de cas recule depuis. Le risque d’introduction de la maladie par des oiseaux migrateurs diminue lui aussi, car la majorité d’entre eux ont déjà quitté leurs quartiers d’hiver ou rejoint leurs quartiers d’été.

L’OSAV continue de suivre la situation de près. Bien qu’il soit extrêmement improbable pour un être humain de contracter le virus de la grippe aviaire, la prudence est de mise : par mesure de précaution, les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont priées de ne pas les toucher et d’en informer le poste de police ou le garde-faune le plus proche.

Publié par  Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires

Dernière modification : 31.03.2022