22 Janvier 2021 - 15H03

Le virus de la grippe aviaire H5N5 a été mis en évidence chez un corbeau près de Radolfzell (D). Comme il s’agit du deuxième cas de grippe aviaire à proximité de la frontière suisse, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) et les autorités cantonales ordonnent de nouvelles mesures afin de prévenir l’introduction du virus dans les effectifs de volailles domestiques. Rien n’indique que le virus soit transmissible à l’être humain.

Des régions de contrôle et d’observation ont été définies tout autour du lac de Constance, explique l'OSAV dans un communiqué de presse publié le 22 janvier 2021. Les aviculteurs sont tenus d'y respecter les mesures ordonnées.  

Les mesures qui s’appliquent dans les régions de contrôle sont notamment les suivantes :  

  • Les volailles doivent être nourries et abreuvées seulement dans des locaux qui ne sont pas accessibles aux oiseaux sauvages.
  • Les aires de sorties encore utilisées doivent être protégées par des filets.
  • Si les aires de sorties ne peuvent pas être protégées par des filets, les volailles doivent être détenues dans des locaux fermés ou dans une aire à climat extérieur.
  • Il faut changer de chaussures et enfiler un survêtement réservé à cet usage avant de pénétrer dans les locaux. Il faut se désinfecter les mains régulièrement.  
  • Les élevages de volailles qui ne sont pas encore enregistrés doivent s’annoncer au plus vite aux autorités cantonales.  

Ces prescriptions s’appliquent pour l’instant jusqu’au 15 mars 2021 et seulement pour les régions bordant le lac de Constance et le Rhin.

La situation est suivie de très près et les mesures seront adaptées si cela s’avérerait nécessaire. De plus amples informations sur les mesures à prendre pour protéger la volaille domestique sont disponibles sur le site internet de l’OSAV.

Dans les régions d’observation, l’état de santé des volailles doit être étroitement surveillé. Si plusieurs poules tombent malades ou périssent, il faut en informer le vétérinaire ou le service vétérinaire cantonal.  

Par mesure de précaution, les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont priées de ne pas les toucher et d’en informer le poste de police ou le garde-faune le plus proche. Rien n’indique que le virus du sous-type H5N5 soit transmissible de l’animal à l’être humain. 

Une propagation au niveau national est peu probable 

Les oiseaux d’eau sauvages qui passent l’hiver en Suisse ne poursuivent pas leur route vers le sud, ils sont arrivés dans leurs quartiers d’hiver et n’en bougeront pas. Par conséquent, il est peu probable que le virus se propage à toute la Suisse.

Durant l’hiver 2016/2017, le virus (sous-type H5N8) a circulé dans tout le pays. À l’époque, les premiers cas avaient cependant déjà été découverts en novembre 2016. Les oiseaux étaient encore en route vers leurs quartiers d’hiver et ont ainsi propagé rapidement le virus dans toute la Suisse. Grâce aux mesures prises immédiatement et à leur mise en œuvre rapide par les aviculteurs, pas un seul élevage de volaille n’avait a été infecté par le virus. 

Plus d'informations sur la page dédiée à la grippe aviaire sur le site de l'Etat de Fribourg ainsi que sur le site de l'OSAV.
 

Infographie grippe aviaire
Agrandir Infographie grippe aviaire © Etat de Fribourg - Staat Freiburg - OSAV
Infographie grippe aviaire
Image principale
Corbeau © Etat de Fribourg - Staat Freiburg - Pixabay