3 Décembre 2020 -13h46

Plusieurs pays ont fait état d’infections isolées de chats au nouveau coronavirus SARS-CoV-2. Pour la première fois, le COVID-19 a été diagnostiqué chez un chat au laboratoire vétérinaire de la faculté Vetuisse de l’Université de Zurich. Toutefois, rien n’indique que les chats ou les chiens pourraient présenter un risque d’infection pour l’être humain. Bien au contraire: ils ne jouent très probablement aucun rôle dans la propagation du virus. Dans le cas de la pandémie de COVID-19, la transmission interhumaine est décisive.

© Pixabay

Des cas isolés d’infections de chats ou de chiens au nouveau coronavirus ont été signalés un peu partout dans le monde. Dans pratiquement toutes les situations, les animaux infectés vivaient au contact de personnes qui avaient été testées positives au SARS-CoV-2. Le chat testé positif en Suisse ne fait pas exception. Il a été examiné dans le cadre d’un projet de recherche. Le risque que des animaux de compagnie soient contaminés par le nouveau coronavirus est considéré comme minime. Normalement, il n’est pas nécessaire de dépister les chats. On suppose que les animaux sont contaminés à la suite de contacts étroits avec une personne infectée.

Importance des règles générales d’hygiène

Les personnes atteintes de COVID-19 peuvent excréter de grandes quantités de virus par le nez et la bouche. La transmission de l’homme aux animaux est rare, mais pas à exclure. Il est donc important que les personnes infectées respectent également les règles générales d’hygiène avec leurs chats.

Quelles sont les règles essentielles à respecter ? Évitez tout contact étroit avec l’animal, ne le laissez pas vous lécher le visage ni dormir dans votre lit, lavez-vous régulièrement les mains, nettoyez souvent la gamelle et la couche de l’animal.

Quoi qu’il en soit, vous devez toujours veiller à garantir les soins de base de vos animaux. Pour le bien-être animal, il est expressément déconseillé de désinfecter les animaux ou de leur mettre un masque.

Plus d'informations sur la page Internet de l'OSAV