Aides financières cantonales pour la promotion du bilinguisme: lancez-vous !

15 Mai 2020 -11h37

En application de l’ordonnance sur le soutien aux initiatives en faveur du bilinguisme du 5 juin 2018, l’Etat lance aujourd’hui la troisième édition des aides financières, d’un montant de 100'000 francs, destinées à soutenir les initiatives de communes, d’associations, d’entreprises, de médias ou d’Eglises dans ce domaine. Les intéressés ont jusqu’au 30 juin prochain pour déposer leur dossier. N’hésitez pas, communiquez-nous votre projet.

Illustration de  la promotion du bilinguisme
La promotion du bilinguisme © Tous droits réservés

Vous souhaitez promouvoir le bilinguisme dans le canton de Fribourg ? Alors n’hésitez pas : communiquez-nous votre projet ! L’Etat lance aujourd’hui la troisième édition des aides financières cantonales en faveur du bilinguisme : adoptée en juin 2018, l’ordonnance y relative prévoit un montant de 100'000 francs pour soutenir les initiatives de communes, d’associations, d’entreprises, de médias ou d’Eglises dans ce domaine. Les demandes sont à déposer jusqu’au 30 juin 2020.

Pour sa seconde édition, ce soutien cantonal aux initiatives en faveur du bilinguisme avait enregistré vingt-deux demandes (projets) atteignant 334'000 francs. Au terme de la sélection, neuf projets avaient été dotés en fonction des termes de l’ordonnance cantonale, huit projets ont été financés dans le cadre des subsides fédérales, cinq autres projets ont été recalés parce qu’ils ne répondaient pas aux critères décrits dans les deux ordonnances sur les langues nationales.

Un soutien complémentaire à celui de la Confédération

Pour rappel, ce programme d’aides cantonal se veut un complément aux soutiens de la Confédération pour la promotion du plurilinguisme dans les administrations, pour un montant fixe à disposition de 250'000 francs. Via ces deux programmes, ce sont donc 350'000 francs qui sont alloués chaque année pour la promotion du bilinguisme dans le canton de Fribourg.

L’aide financière cantonale est octroyée sur une base annuelle et accordée de préférence comme un soutien au démarrage de l’activité. Elle doit se conformer aux règles de la législation sur les subventions, notamment celles relatives à la prise en compte de la capacité financière et des efforts propres du bénéficiaire, à l’existence de disponibilités budgétaires et à l’absence de droit à l’octroi d’une aide.