Covid-19 : les tests répétitifs à large échelle vont compléter la stratégie de tests cantonale

14 Avril 2021 - 09H41

Le canton de Fribourg complète sa stratégie de testing et offre la possibilité d’introduire des tests répétitifs à grande échelle sur des personnes asymptomatiques dans divers domaines. Les entreprises et autres organisations pourront s’annoncer dès le 19 avril.

L’Etat intensifie sa lutte contre l’épidémie de COVID-19. Après l’évaluation des pilotes des tests à large échelle effectués en mars dernier dans les domaines des entreprises, EMS et lieux de formation, le dispositif cantonal de testing est renforcé par l’introduction générale de tests répétitifs à large échelle, tels que voulus par la stratégie de la Confédération.

Le dispositif en place dans le canton de Fribourg (tester, tracer, isoler) vise la détection des chaines de transmission et la mise en isolement et en quarantaine des personnes concernées. Des tests à large échelle sont réalisés depuis plusieurs mois, notamment dans le domaine de la formation et des institutions à risque, lorsque des flambées menacent ou sont constatées, selon le principe du TESTING FOR ACTION, qui a fait ses preuves. 35 classes et trois écoles ont été testées ces derniers mois dans ce cadre dans le domaine des écoles.

Les tests pilotes ont permis d’affiner la stratégie de tests

La phase pilote de tests à large échelle a eu lieu durant le mois de mars. 3057 personnes ont été invitées à se faire tester, 1408 ont effectivement participé. Le but de cette phase pilote était d’affiner la stratégie cantonale, grâce aux enseignements et informations obtenues. Deux entreprises fribourgeoises, les Transports publics fribourgeois (TPF) et Micarna ont ainsi participé à cette phase pilote, de même que des écoles et accueils extrascolaire et des EMS. Aucun enfant, étudiant ni résident d’EMS n’a été testé. Diverses méthodes de tests ont été évaluées, de même que les aspects logistiques liés.

La phase pilote a permis de conclure qu’une cadence de tests sur une durée de plus de 1 mois est souhaitable. Les taux de participation oscillent fortement suivant la nature des tests, la méthode d’inscription et la situation épidémiologique de l’école ou de l’EMS. Sans surprise, certaines méthodes de tests se sont révélées lourdes d’un point de vue logistique et trop chronophages.

Des tests à large échelles, quand et où ?

Les tests à large échelle répétitifs peuvent être utilisés dans divers domaines et structures (formation, économie, culture, sport, institutions à risque, administrations publiques), lors de certains évènements ou dans des secteurs géographiques déterminés, selon la situation épidémiologique.

Ils sont surtout pertinents partout où l'on ne peut pas éviter des déplacements fréquents et de nombreux contacts dans la vie quotidienne, lorsque le concept de protection ne peut être totalement respecté ou que de nombreuses interactions sociales ont lieu dans les loisirs. Il est important de rappeler que les tests répétitifs à large échelle sont complémentaires mais ne remplacent pas les plans de protection.

Les entreprises et d’autres organisations (par ex. EMS) qui souhaitent organiser des tests à large échelle doivent s’annoncer à partir du 19 avril sur le site www.fr.ch. Une validation de la DSAS est obligatoire pour une prise en charge du coût des tests par la Confédération. Pour le domaine des écoles, le traçage mis en place dans le cadre de suspicions de flambées a fait ses preuves. Cela étant, des réflexions sont en cours dans les domaines des écoles et hautes écoles, notamment pour les classes terminales qui se préparent aux examens.

Organisation de tests à grande échelle en Singine

Sous l’égide de la Préfecture de la Singine, des tests répétitifs à large échelle sont en cours de réalisation. Les organisations suivantes sont concernées :

  • 15 communes, soit 300 personnes
  • Préfecture et Region Sense, soit 15 personnes
  • Spitex de la Singine, soit 180 personnes
  • Entreprise La Mobilière, soit 28 personnes

 

Explication tests salivaires poolés

Le pooling consiste à n’utiliser qu’un seul test de diagnostic pour analyser un mélange d’échantillons issus d’individus différents. Si un des groupes est positif, alors un des prélèvements au moins contient l’agent infectieux. On testera alors individuellement les échantillons des individus issus de ce groupe pour isoler la personne qui est infectée. Le pooling permet d’accélérer le dépistage à grande échelle et d’optimiser les capacités de tests en laboratoire.

A relever que les autotests distribués à la pharmacie ne font pas partie des méthodes de tests utilisées à ce jour.

 

La marche à suivre, les documents et formulaires seront mis à disposition sur cette page le 19 avril 2021: www.fr.ch/tests-large-echelle.