A quelques divergences près, le Conseil d’Etat soutient la quatrième étape d’assouplissement de la Confédération

18 Mai 2021 - 14H16

Le Conseil d’Etat approuve la majeure partie de la quatrième étape d’assouplissement soumise à consultation par le Conseil fédéral en lien avec la pandémie de Covid-19. Quelques divergences l’opposent néanmoins à la stratégie fédérale, en particulier en ce qui concerne la problématique du télétravail, la réouverture des espaces intérieurs des restaurants et l’enseignement tertiaire.

Le Conseil d’Etat fribourgeois est d’accord avec la quatrième étape d’assouplissement soumise à consultation par le Conseil fédéral. Telle est en substance la réponse rendue publique ce jour par l’Exécutif cantonal. Cependant, parmi les assouplissements proposés, plusieurs sont sujets à des divergences, à savoir :

  • Obligation d’organiser des tests répétitifs pour l’abandon du télétravail obligatoire : le Conseil d’Etat privilégie une recommandation plutôt qu’une obligation ;
  • Réouverture des espaces intérieurs des restaurants : la mesure d’obligation du port du masque hors consommation ne semble pas praticable. Le Gouvernement privilégie une obligation uniquement lors des déplacements. Par ailleurs, le Conseil d’Etat juge matériellement impossible d’augmenter les contrôles comme proposé par la Confédération ;
  • Rencontre privées : le Conseil d’Etat refuse le statut quo proposé et demande à la Confédération d’augmenter de 10 à 15 le nombre de personnes autorisées à l’intérieur et de 15 à 20 à l’extérieur ;
  • Demandes de tests à large échelle pour la formation tertiaire : comme le présentiel est au centre des préoccupations du Gouvernement, ce dernier demande à la Confédération de s’assurer de la faisabilité et de la proportionnalité des mesures à mettre en place et d’éventuellement élargir la palette des possibilités (pas seulement les tests).

De manière générale, le Conseil d’Etat propose de définir des règles aussi simples et compréhensibles que possible, afin d’optimiser leur application.

Enfin, le Gouvernement fribourgeois demande à la Confédération une clarification quant aux règles applicables aux manifestations entre 300 et 1000 participants.

Concernant les autres mesures, le détail de la prise de position du Conseil d’Etat figure en annexe.