Danielle Gagnaux-Morel, Chancelière d'Etat

Présentation de la Chancelière d'Etat, Danielle Gagnaux-Morel

Danielle Gagnaux-Morel, chancelière d'Etat
Danielle Gagnaux-Morel, chancelière d'Etat © Tous droits réservés - Stemutz
  • née en 1963, de Lentigny (La Brillaz)
  • ing. agr. dipl. EPFZ
  • domiciliée à Corserey
  • en fonction depuis 2005
  • mariée avec Bernard Gagnaux, 3 enfants
  • activité antérieure: directrice de la Station fédérale de recherches en production animale et laitière (Agroscope Liebefeld-Posieux)

Eléments biographiques

Née le 4 juin 1963 à Fribourg. Catholique. Originaire de La Brillaz (Lentigny), Fribourg et Murist. Fille de Bernard Morel, agriculteur à Lentigny, et de Marie-Madeleine Roulin, de Lentigny, née à Treyvaux. Les deux grands-parents de Danielle Gagnaux-Morel ont été députés : Robert Morel (conservateur en 1936–1946) et Pacifique Roulin (conservateur en 1951–1971). Danielle Morel épouse, en 1989, Bernard Gagnaux (né le 1er décembre 1961), fromager, puis père au foyer et actuellement gardien d’animaux. Le couple a eu trois enfants : un fils et deux filles. Le beau-père de Danielle Gagnaux-Morel était peintre en bâtiment et sa belle-mère tenait l’épicerie du village à Boulens (VD).

Danielle Gagnaux-Morel effectue son école primaire à Lentigny-Corserey (cinq ans), puis son collège à Sainte-Croix (sept ans) et elle y obtient le baccalauréat de type A (latin-grec). Elle étudie ensuite à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich et est titulaire, en 1987, d’un diplôme d’ingénieure agronome. Elle parfait sa formation par divers cours. Elle suit, en cours d’emploi, une formation de journalisme au Centre romand de formation des journalistes à Lausanne (1989–1990). Elle participe à un cours intensif de gestion d’entreprise, dédié spécifiquement aux femmes, à Lausanne, en 1993–1994. Elle suit également un cours de coaching et team building à Lausanne (2000) et un cours intitulé « négocier en professionnel » à Lausanne (2002), ainsi qu’un cours de médiation à Berne (2006).

Danielle Gagnaux-Morel commence son parcours professionnel en 1988-1989 comme rédactrice de l’Agri-Journal, organe officiel de l’Union des paysans fribourgeois. Elle exerce aussi diverses activités au sein de la Chambre fribourgeoise d’agriculture. De 1989 à 1993, elle est secrétaire romande de l’Union suisse des paysans (USP) et est également chargée des contacts avec les sections romandes de l’USP, des relations avec les médias romands et des relations publiques (Ecole à la ferme, Brunch du 1er août). Elle représente l’USP dans plusieurs commissions fédérales (Fonds national, Stations de recherches, Consommation). Elle est ensuite, de 1993 à 1994, collaboratrice personnelle du chef de la division principale « animaux de rente » de l’Office fédéral de l’agriculture. En 1994, elle est la première femme nommée par le Conseil fédéral à la tête d’une station fédérale de recherches agronomiques (Station de recherches en production animale de Posieux). Elle est, de 1994 à 2005, directrice de la Station fédérale de recherches en production animale de Posieux, puis de la Station fédérale de recherches en production animale et laitière, résultat de la fusion de l’institution localisée en terre fribourgeoise avec la Station de recherches en économie laitière de Liebefeld (Berne). Elle exerce cette fonction jusqu’à son entrée en fonction comme chancelière d’Etat.

Danielle Gagnaux-Morel s’est aussi engagée dans diverses activités politiques, scolaires et judiciaires. Elle a été conseillère communale à Corserey (1991–1994), ainsi que membre de la Commission financière nommée par l’assemblée communale de cette localité. Elle a été présidente de la Commission scolaire du cercle formé par les localités de Lentigny, Corserey, Onnens, Lovens et Corjolens. Elle a aussi été juge suppléante au Tribunal d’arrondissement de la Sarine. Cavalière très active, elle fait partie de la société d’équitation Equivia, dont elle a assumé la présidence et dont elle est membre fondatrice. Cette société cherche à créer des parcours autorisés pour les cavaliers et cavalières en forêt, en harmonie avec les autres usagers.

Danielle Gagnaux-Morel est nommée chancelière d’Etat par le Conseil d’Etat et exerce cette fonction depuis le 1er juin 2005. Première femme chancelière d’un canton, elle démarre son activité par la mise en oeuvre des projets initiés par son prédécesseur René Aebischer : codification du protocole du Conseil d’Etat, vade-mecum du Gouvernement, ordonnance sur l’information, création du Bureau de l’information, élaboration de la nouvelle loi sur l’information et uniformisation des sites Internet de l’Etat. Elle consolide l’entité des relations extérieures créée par le Conseil d’Etat en 2003 et renforce la publication en ligne des résultats des votations et des élections. Elle lance de nouveaux projets impliquant la Chancellerie d’Etat: identité visuelle de l’Etat, concept de gestion des crises, promotion de l’image du canton et gestion électronique des données.

La chancelière d’Etat est la secrétaire du collège gouvernemental et elle assure la présidence de la Conférence des secrétaires généraux des Directions. Elle est la cheffe d’état-major du Gouvernement, lui préparant le travail et l’assistant dans la mise en oeuvre des décisions. L’informatique (PC) a fait son apparition dans la salle de réunions du Conseil d’Etat afin de rédiger en ligne le procès-verbal des séances et le recueil des arrêtés du Gouvernement. L’informatisation de la Chancellerie d’Etat a progressé et s’est généralisée.

L’entrée en fonction de Danielle Gagnaux-Morel rend effective la séparation du secrétariat du Conseil d’Etat de celui du Grand Conseil, voulue par la nouvelle Constitution cantonale du 16 mai 2004. Ce changement marque un grand tournant en redéfinissant les fonctions de la Chancellerie d’Etat qui ne dépend plus que d’un seul patron : le Conseil d’Etat. Libérée des tâches d’organisation des sessions parlementaires, la chancelière peut davantage s’impliquer dans des projets transversaux qui impliquent plusieurs Directions du Conseil d’Etat.

L’information sur les activités du Conseil d’Etat a été intensifiée : les communiqués de presse se font plus fréquents, les règles relatives à l’information sont systématisées, les sites Internet s’étoffent, la photographie de groupe du Gouvernement et la brochure expliquant ses activités sont éditées chaque année.

La chancelière d’Etat a la responsabilité de l’organisation des séances du Conseil d’Etat qu’elle prépare avec le président. Outre les activités propres à chaque Direction, le collège gouvernemental se réunit chaque semaine le mardi et prend 30 à 110 décisions à chacune de ses séances ordinaires. Ces décisions se divisent ainsi :

  • premièrement, les invitations (5 à 30 par séance), car le travail de représentation est important pour sentir le pouls du canton;
  • deuxièmement, les affaires du Grand Conseil (lois, décrets, interventions parlementaires);
  • troisièmement, les projets de décision qui se divisent en deux sous-catégories, soit les projets pour adoption globale, soit les objets à discuter qui peuvent être d’emblée adoptés si aucun membre du Gouvernement ne demande la parole après la présentation par la Direction concernée ou qui amènent un tour de table et une décision par consensus voire, si nécessaire, par vote. Depuis 2006, une note avec le projet de décision est systématiquement à disposition du Gouvernement.

Entretien avec Madame Gagnaux-Morel, le 30 octobre 2009

Extrait de : "Le Conseil d'Etat fribourgeois : 1848-2011"

Mise à jour (2010-2020)

Entretien avec Madame Gagnaux-Morel, chancelière d’Etat, 7 février 2020

L’implication de la chancelière d’Etat et de la Chancellerie dans les projets transversaux a continué à s’intensifier sur la période 2010 – 2020.  En accord avec le Conseil d’Etat, Danielle Gagnaux-Morel a mis l’accent sur trois axes principaux pour l’ensemble de son activité :

  • Amélioration de l’organisation et du fonctionnement
  • Information et communication
  • Collaboration et développement

Ces trois axes se concrétisent dans les différents volets de l’activité de la chancelière et de son équipe.

Digitalisation et communication au service du Conseil d’Etat

Un projet de gestion électronique des affaires de l’Exécutif cantonal et des Directions a permis la mise sur pied du « Gouvernement sans papier » en 2013. Depuis cette date, les membres du Conseil d’Etat n’ont plus à gérer leur séance hebdomadaire en se déplaçant avec de volumineux classeurs fédéraux, mais peuvent entièrement s’appuyer une documentation stockée de manière sécurisée sur le réseau de l’Etat et partagée avec leur équipe.

Dans le domaine de l’information, la Chancellerie est responsable de la coordination de la communication externe du gouvernement et de l’information du public. Sous l’impulsion de la chancelière, la photographie du Conseil d’Etat est devenue annuelle depuis 2006 et une brochure de présentation de l’exécutif est diffusée sur internet et dans les écoles du canton. Dans sa volonté de s’adapter toujours aux nouvelles formes de communication, Danielle Gagnaux-Morel s’engage pour que l’Etat de Fribourg soit très tôt présent sur les réseaux sociaux, Facebook notamment. Depuis 2013 ; c’est à la Chancellerie qu’il incombe de gérer toutes ces publications. En 2015, elle élabore les règles pour l’utilisation des réseaux sociaux au sein de l’administration cantonale et par les collaborateurs et collaboratrices de l’Etat. Elle tient aussi à jour les biographies des conseillers et conseillères d’Etat (100 de 1848 à 2018) depuis 2011 prolongeant ainsi dans la durée le contenu de l’ouvrage publié à ce sujet cette année-là.

La Chancellerie d’Etat coordonne la stratégie des relations extérieures du Conseil d’Etat. Elle en propose les axes et en assure l’accompagnement administratif. L’élaboration du programme gouvernemental est également placée sous sa houlette administrative. Ces activités font partie des domaines qui se sont développés et systématisés sous l’égide de Danielle Gagnaux-Morel.

La Chancellerie organise les réceptions officielles de l’Etat en mêlant tradition, modernité et originalité. Ces réceptions jalonnent année après année l’activité de l’équipe. Danielle Gagnaux-Morel a l’honneur de diriger trois fois l’organisation des festivités pour Alain Berset, d’abord lors de son élection à la présidence du Conseil des Etats pour l’année 2009, puis lors de son élection au Conseil fédéral en 2011 et à la présidence du Conseil fédéral à la fin 2017. Cette année-là, Dominique de Buman sera aussi reçu par le Canton, à l’occasion de son élection au perchoir du Conseil national. En 2010 Danielle Gagnaux-Morel et son équipe organisent la réception en l’honneur de Joseph Deiss élu président de l’ONU. En 2011, Fribourg est hôte d’honneur de l’assermentation des gardes Suisses à Rome. La Chancellerie d’Etat met sur pied une organisation qui permettra à une belle délégation fribourgeoise de passer un moment inoubliable dans la ville éternelle. En 2016, à l’occasion de la commémoration des 500 ans de la paix perpétuelle entre la Suisse et la France, Jean-Luc le Drian, alors ministre de la défense de la République française fait une halte à Fribourg, en compagnie de son homologue suisse, Guy Parmelin.

Renforcement du rôle de la Chancellerie

La Chancellerie joue un rôle central de coordination pour l’Etat de Fribourg. Sensible à la conservation patrimoniale des documents, Danielle Gagnaux-Morel met en place en 2009 un poste d’archiviste à l’intention des Directions du Conseil d’Etat. Pour favoriser la coordination entre les diverses tâches administratives liées au cycle de vie des affaires de l’Etat, le Service de Législation est transféré à la Chancellerie en 2011, suivi par les Archives de l’Etat qui en deviennent un Service en 2016, à la suite de l’entrée en vigueur de la loi sur l’archivage et les Archives de l’Etat. La loi sur l’information et l’accès aux documents consacre quant à elle la création du poste de préposé-e à la transparence en 2011, qui rejoint son homologue préposé-e à la protection des données pour former l’Autorité de la transparence et la protection des données (ATPrD). La loi sur la médiation administrative, entraine quant à elle la création du poste de médiateur administratif cantonal, en 2017. Danielle Gagnaux-Morel participe à la définition de ces deux nouvelles fonctions importantes pour les relations entre l’Etat et les administré-e-s, voulues par la nouvelle Constitution cantonale, et qui sont toutes deux rattachées administrativement à la Chancellerie d’Etat.

Sous l’impulsion de la chancelière, l’Etat de Fribourg effectue une grosse mue en modifiant son identité visuelle en 2010. Une charte graphique et des règles communes pour les documents, les publications, les présentations et la signalétique sont édictées afin d’uniformiser le visuel des prestations de l’Etat. Communément appelée, « la virgule », l’écusson fribourgeois stylisé se retrouve depuis lors sur tous les visuels : des documents produits par l’Etat à la signalétique des bâtiments.  

A l’arrivée de Danielle Gagnaux-Morel, en 2005, l’Etat de Fribourg vient de créer son site internet, reliant sous une même adresse, « fr.ch », les différents sites tenus jusque-là indépendamment par les différentes entités de l’Etat. Ce site connaitra de profondes mutations au fil des années. Il est modernisé en 2011 en lien avec la nouvelle identité visuelle. Il atteindra peu à peu la respectueuse taille de 110 sites et 30'000 pages, le tout construit sur une présentation organisationnelle des différentes informations. En 2014, le portail intranet entre en fonction. En 2018, appuyée par un comité de rédaction issu de toutes les Directions, la Chancellerie annonce le lancement d’un nouveau portail. L’Etat dispose désormais d’un seul site internet pour tous, dont les informations sont diffusées sur la base d’un concept construit sur les attentes des utilisateurs. Cette dernière mutation se fera un peu dans la douleur, notamment en raison de l’importance des changements intervenus qui ont profondément changé le fonctionnement du site, tant au niveau de la gestion que de l’accès aux informations.

Dès 2013, l’Etat de Fribourg construit un partenariat public-privé dans le but de promouvoir l’image du Canton de Fribourg. Une association voit le jour sous le nom de Fribourgissima Image Fribourg – Freiburg. La chancelière en assure la présidence du comité exécutif. A une époque où les réseaux sociaux en sont à leurs balbutiements, cette association construit son travail sur ce nouvel outil de communication. Fribourgissima Image Fribourg -Freiburg se donne aussi pour mission de fédérer les « acteurs » de l’image du canton et de coordonner les énergies pour participer à des manifestations afin de promouvoir l’image de Fribourg. L’association participe au très select Swiss Economic Forum à Interlaken en 2015, à la Fête de Lutte suisse à Estavayer-le-Lac en 2016, à la compétition de ballons « Gordon Bennett » en 2017, au Marché-Concours de Saignelégier en 2018 et coordonne la présence fribourgeoise à la Fête des Vignerons en 2019.

Danielle Gagnaux-Morel s’engage fortement pour la digitalisation des prestations de l’administration. La Chancellerie d’Etat fribourgeoise participe au projet pilote de vote électronique au niveau fédéral. Dès 2010, le vote électronique est progressivement mis à disposition des Fribourgeois-es de l’étranger et Fribourg joue un rôle important dans le développement de ce projet qui connait des hauts et des bas au niveau national, mais auquel Danielle Gagnaux-Morel et son équipe ne cessent de croire. L’outil de gestion des votations et élections est mis à disposition de toutes les communes dès 2009. Il connaitra plusieurs mues au fil du temps, d’abord sous le nom Votel, puis SyGEV. La Chancellerie se profile comme un des moteurs de la digitalisation de l’Etat de Fribourg qui se concrétise par étapes. Le Conseil d’Etat valide en 2014 une stratégie de cyberadministration. Cette dernière officialise la création d’un secrétariat de cyberadministration qui voit le jour en 2015 et dont la mission principale est de coordonner les activités en vue de la mise en place des prestations de l’Etat en ligne. Un guichet virtuel est créé en 2017. Fribourg reprend le système du Canton du Jura avec lequel il crée l’Association Igovportal.ch que rejoignent les cantons de Soleure et Saint-Gall (état 2020). Pour ces travaux, Danielle Gagnaux-Morel met en place une étroite collaboration avec le service informatique de l’Etat (SITel) et participe aux organes transversaux de décision au sein de l’Etat et à la coordination des projets transverses. Afin de contribuer à la réalisation du projet Fribourg 4.0 sur l’ensemble du territoire fribourgeois, le Conseil d’Etat et l’Association des communes fribourgeoises (ACF) démarrent en 2018 un projet de collaboration Etat - Communes dans le domaine de la digitalisation (Projet DIGI-FR). Danielle Gagnaux-Morel en assure la co-présidence avec Micheline Guerry-Berchier, Secrétaire de l’ACF.

Au fil des années, la Chancellerie veille à renforcer le rôle de la conférence des secrétaires généraux comme moteur de la gestion transverse de l’Etat et comme relais important pour appuyer le Conseil d’Etat dans la conduite de l’administration.

Pour contribuer à la sensibilisation des jeunes à l’exercice de leurs droits civiques, la Chancellerie fribourgeoises participe à l’organisation du concours romand Cinecivic (2016-2017), puis, dès 2018, au projet « easyvote ». Elle ouvre ses portes au public fribourgeois dans le cadre des journées du patrimoine 2017, qui connaissent un grand succès.

Danielle Gagnaux-Morel a à cœur de moderniser la conduite des entités qui lui sont subordonnées. Elle met sur pied des entretiens annuels systématiques pour tous ses employés. Elle s’applique à proposer des formes modernes de travail : job-sharing pour les vice-chanceliers depuis 2017, télétravail largement offert selon les nouvelles règles prévues par l’Etat, processus de développement Kaizen pour stimuler l’amélioration continue du fonctionnement.

Engagée au plan intercantonal

Danielle Gagnaux-Morel s’engage aussi pour les activités intercantonales. Elle assure le secrétariat de la Conférence suisse des chanceliers depuis 2017. Cette fonction lui permet de mettre sur pied un site internet pour celle-ci et de renforcer la mise à disposition d’informations pour tous ses collègues chanceliers et chancelières d’Etat. Elle officie comme représentante de la Conférence ou du Canton au sein de plusieurs organisations au plan suisse.

Le site de l’Etat de Fribourg a été l’objet, en 2019, d’un grand travail de consolidation. Beaucoup de demandes d’améliorations ont été intégrées, en collaboration avec le SITel. Une cellule de spécialistes de la communication digitale améliore, réécrit et adapte constamment les contenus. En parallèle, le Bureau de l’information de la Chancellerie d’Etat fait vivre l’information de l’Etat sur les médias sociaux auxquels l’Etat participe : Facebook, Twitter, LinkedIn et YouTube.

La Chancellerie est représentée au sein de l’Organe cantonal de conduite (OCC), en prenant notamment part à des exercices concernant des cas de catastrophe. En 2019, l’OCC a par exemple travaillé à un plan d’engagement impliquant des crises d’approvisionnement. Il a aussi pris part à l’exercice du Réseau national de sécurité (ERNS 19) basé sur un scénario évolutif concernant la menace terroriste.

Dans le domaine des relations extérieures, le canton est membre de la Région capitale suisse (RCS) (FR, BE, SO, NE et VS). Celle-ci s’est engagée avec succès en faveur du programme d’infrastructures ferroviaires PRODES qui a été accepté par les Chambres fédérales. La RCS s’est aussi investie pour le développement de pôles économiques (pour Fribourg : nourriture et nutrition), pour le bilinguisme et pour répondre aux besoins d’innovation (mobilité, logement, gestion de l’espace public). La promotion de l’image du canton de Fribourg (association Fribourgissima Image Fribourg depuis 2013) a bénéficié de la Fête des Vignerons à Vevey (18 juillet-11 août 2019).

La Chancellerie gère les votations et les élections cantonales et fédérales. Lors du second tour de l'élection au Conseil des Etats, elle a dû faire face à un problème informatique, qui a retardé de plusieurs heures la publication des résultats finaux. Lors de cette élection, il a également été constaté que de nombreux bulletins nuls avaient été comptabilisés. Par motion, une demande de modification de la Loi sur l'exercice des droits politiques a été déposée. Elle demande notamment de trouver des solutions afin d'éviter la production de bulletins nuls.