Situation tendue dans les EMS et les soins à domicile

13 Janvier 2022 - 14H14

Les EMS du canton et les services d’aide et de soins à domicile, à l’instar d’autres employeurs, souffrent de la propagation du virus OMICRON. Les réseaux de santé des districts, l’AFIPA et la Task Force sanitaire renforcent leur collaboration pour pallier les difficultés.

La vague OMICRON se propage dans les Services d’aide et de soins à domicile et dans les EMS au sein du personnel et dans une moindre mesure auprès des résidentes et résidents. Prioritaires pour la vaccination, ces derniers ont reçu, pour celles et ceux qui le souhaitaient, la dose du booster en novembre, ce qui permet de constater, en général, un état de santé stable (peu ou pas de symptômes) et des hospitalisations quasi inexistantes.
Plusieurs séances ont eu lieu entre les partenaires (Réseaux de santé, AFIPA et DSAS) pour trouver des solutions acceptables d’un point de vue organisationnel et de prise en charge sanitaire. A relever également que des exemptions de quarantaines sont possibles pour le personnel de ces institutions.

Mesures dans les EMS

Un nombre important de collaboratrices et collaborateurs (111 personnes, dont 86 soignants) sont en arrêt maladie, du au COVID-19 ou à d’autres raisons ou en quarantaine, et ce dans tous les secteurs des établissements. Parmi les résidentes et résidents ce sont 17 personnes. Cette situation nécessite une réorganisation au sein des EMS touchés, avec l’instauration de plusieurs mesures pouvant mener à une dégradation temporaire des prestations :

  • au niveau interne à l’EMS : report vacances, augmentation des taux de travail, engagement de personnel temporaire, externalisation de certaines prestations, réallocation des ressources au domaine soins, concentration des ressources sur les soins strictement nécessaires.
  • au niveau district en collaboration avec le réseau de santé du district : échange de personnel, notamment EMS-Services d’aide et de soins à domicile.
  • au niveau cantonal en collaboration avec la Task Force sanitaire et son secteur des institutions à risque : recommandations particulières, appui à la gestion des flambées résidents et/ou personnel, pool de renfort.

Malgré la situation, les foyers de jour restent ouverts et maintiennent leurs prestations. Des diminutions d’ouverture peuvent avoir lieu si cela s’avère nécessaire en cas de personnel en nombre insuffisant ou d’état de santé des hôtes dû à la pandémie.

En matière de prise en charge des flambées, la Task Force sanitaire, en accord avec l’AFIPA et les réseaux, sera très attentive à promouvoir des sectorisations des institutions. Les partenaires en profitent pour appeler les proches à la plus grande prudence lors des sorties, à se faire tester avant la visite et à respecter les gestes barrière et le port du masque, même pour les enfants. Ces mesures visent à éviter au maximum les quarantaines d’établissement et l’interdiction des visites.

Mesures dans les Services d’aide et de soins à domicile

Sur décision de la direction et après une évaluation clinique, certaines prestations sont réorganisées, reportées ou annulées (par ex. des prestations d’économie familiale pour les aides au ménage, diminution momentanée de certaines aides d’hygiène). Les décisions se prennent en accord avec client-e-s, proches et médecin si nécessaire. Dans une telle situation, le soutien des proches-aidants, qui reprennent certaines prestations, est primordial.

La sécurité des soins est garantie ainsi que le maximum de réactivité pour accepter de nouveaux client-e-s, notamment pour les sorties d’hôpitaux.

Les soignantes et soignants disponibles sont appelés à prendre contact avec les réseaux de santé des districts.