Le Conseil d’Etat se dote d’une feuille de route pour améliorer la gestion des minorités nomades

23 Novembre 2020 -08h59

Améliorer la coordination au sein des instances concernées, étudier la possibilité de créer une deuxième aire de séjour de petite dimension pour les Yéniches fribourgeois, assurer un meilleur encadrement scolaire durant l’hiver à la vingtaine d’élèves yéniches du canton : tels sont les trois objectifs prioritaires définis par le Conseil d’Etat dans sa « Feuille de route pour la gestion des minorités nomades ».

La salle de séance du Conseil d'Etat fribourgeois Photo
La salle de séance du Conseil d'Etat fribourgeois Photo © © Aldo Ellena

Pour assurer le suivi et la mise en œuvre de la feuille de route, une cellule de coordination pilotée par la Direction de la sécurité et de la justice (DSJ) est créée. Cette cellule de coordination large, regroupant l’ensemble des instances concernées (DAEC, DICS, Police cantonale, communes et Préfets concernés), permettra de réagir rapidement et de manière compétente aux problématiques et demandes émanant de la cohabitation avec les minorités nomades (yéniches, manouches/sinti et étrangères).

Faute de places suffisantes sur le territoire cantonal, une vingtaine de familles yéniches fribourgeoises se retrouve depuis plusieurs années sans point d’accroche durant les mois d’hiver, lors desquels elle cesse de se déplacer. Cette situation génère chaque automne des tensions entre les autorités et les membres des minorités nomades.

Tout en demeurant attentive à ce qui se passe dans les cantons limitrophes, la feuille de route charge la DAEC d’étudier la faisabilité de créer une deuxième aire de séjour de petite dimension. Quant à l’aire de séjour de Châtillon, surpeuplée, elle sera d’ici là provisoirement et modérément densifiée pour permettre d’absorber la croissance démographique des résidents actuels et leur permettre de rester à l’intérieur du périmètre de l’aire. L’aire multifonctionnelle de la Joux-des-Ponts, qui accueille durant l’été les grands convois des minorités européennes issues de la communauté Rom et devient un parking pour les poids lourds en hiver, n’est pas concernée.

Enfin, le canton de Fribourg s’engage à améliorer la scolarisation des enfants yéniches nomades. L’encadrement de ces derniers va être renforcé, grâce à une meilleure prise en charge pendant l’hiver et grâce à un enseignement à distance durant les mois de nomadisme grâce à la mise en œuvre intégrale du projet « Ecole en route ». La création d’une aire d’accueil supplémentaire pour l’hiver permettra aussi d’améliorer les conditions de scolarisation des enfants yéniches en leur autorisant d’être stationnés dans un endroit fixe et stable pendant les mois d’hiver et ainsi de leur donner accès à un enseignement durable qui permet de tisser des liens de confiance entre l’école et les familles.

Avec cette feuille de route, le canton de Fribourg entend s’atteler à résoudre les problèmes les plus urgents en lien avec les minorités nationales nomades présentes sur son territoire, en tenant compte des besoins de ces dernières et en proposant des étapes pragmatiques et économes en ressources qui offrent des solutions durables et consensuelles.