Les corridors à faune constituent les voies utilisables par les animaux pour se déplacer entre les massifs forestiers. Ce sont des fragments d'axes de déplacement de la faune délimités par des structures naturelles ou anthropogènes, constitués de cordons boisés, de haies, de zones agricoles, etc.

Paysage fribourgeois
Paysage fribourgeois © Tous droits réservés - Elias Pesenti

Beaucoup d'animaux sauvages ont un grand besoin de mobilité. Ils doivent en effet se nourrir, se reproduire, migrer ou encore trouver des zones de repos. La forêt constitue l'habitat favori de nombreuses espèces animales qui doivent se déplacer d'un massif à l'autre afin de répondre à leurs divers besoins biologiques. Mais ils sont souvent entravés dans leurs déplacements par de nombreux obstacles naturels et anthropogènes. Les agglomérations et notre réseau routier dense constituent par exemple des barrières souvent infranchissables, tout comme certaines clôtures. Ce phénomène de coupure du territoire, appelé souvent fragmentation des habitats, constitue une menace pour les populations animales à long terme. Les corridors à faune constituent les voies utilisables par les animaux pour se déplacer entre les massifs forestiers. Ce sont des fragments d'axes de déplacement de la faune délimités par des structures naturelles ou anthropogènes, constitués de cordons boisés, de haies, de zones agricoles, etc. En forêt, la délimitation des corridors à faune ne rentre pas en conflit avec les fonctions d'accueil de la forêt et le chevauchement des corridors avec des surfaces d'accueil est toléré. Il est par contre important de garantir que ces corridors restent perméables pour la faune, par exemple en évitant que de nouveaux bâtiments y soient construits.

Les surfaces qui ne se trouvent pas dans un corridor à faune sont également importantes pour les déplacements de la faune sauvage. Elles n'ont pas été intégrées dans des corridors à faune soit parce que les animaux s'y déplacent de manière moins concentrée, soit parce qu'elles ne subissent pas des menaces imminentes et sont donc encore perméables à la faune sauvage, soit parce qu'elles sont complètement interrompues, par exemple par les grandes villes.

 

Les fonctions principales des corridors à faune:

  • permettre la migration et la dispersion des espèces animales à grande échelle;
  • rendre possible l'échange des individus et des gènes entre différentes populations;
  • faciliter la recherche d'un partenaire pour la reproduction;
  • servir non seulement de connexion mais aussi d'habitat (biotope) à différentes espèces.

Localisation des corridors à faune

Les corridors à faune du canton de Fribourg sont publiés sur le portail cartographique du canton. Il est possible d'ouvrir une fiche descriptive de chaque corridor en cliquant sur la surface correspondante.

lien vers le portail cartographique

Passages à faune

Les passages à faune sont des ouvrages construits pour permettre à la faune sauvage de traverser des obstacles créés par l’être humain, notamment les routes. Ils sont destinés à assainir les corridors à faune détériorés en les rendant à nouveau perméables.

Les fonctions principales d’un passage à faune sont :

  • Permettre la migration et la dispersion des espèces animales à grande échelle
  • Rendre possible l’échange d’individus et de gènes entre différentes populations
  • Faciliter la recherche d’un partenaire pour la reproduction
  • Servir de connexion mais aussi d’habitat à différentes espèces
  • Diminuer les accidents de circulation en réduisant le risque de traversée de la faune

Le canton de Fribourg compte actuellement un seul passage à faune : le passage à faune de Chèvrefu à Estavayer, créant un passage au-dessus de l’autoroute A1. Ce passage supérieur permet d’améliorer la perméabilité du corridor à faune d’importance suprarégionale FR-10.

A l’avenir, deux nouveaux projets de passages à faune devraient voir le jour dans le canton. Le premier passage est prévu en Gruyères, au-dessus de la Route de l’Intyamon (corridor à faune d’importance suprarégionale FR-16) et le second à Semsales au-dessus de l’autoroute A12 (corridor à faune d’importance suprarégionale FR-23).

Les principales espèces bénéficiant de ces assainissements sont le blaireau, le cerf, le chamois, le chevreuil, le lièvre, le loup, le lynx, la martre, le putois, le renard et le sanglier.

Passage à faune de Chèvrefu
Passage à faune de Chèvrefu © Tous droits réservés - Staat Freiburg & Bundesamt für Landestopografie
Passage à faune de Chèvrefu

Le franchissement d’un passage à faune par l’être humain compromet significativement son efficacité car les animaux sont très sensibles au dérangement direct et également aux odeurs déposées sur le passage.

Contact pour la thématique

Personne de référence: Elias Pesenti

Service des forêts et de la nature
Section faune, chasse et pêche
Route du Mont Carmel 5
1762 Givisiez

Tel. 026 305 23 30
Email