Métro, boulot, apéro… Est-ce que je bois trop?

13 Décembre 2019 -09h53

Le Réseau des institutions fribourgeoises pour personnes souffrant d’addiction (RIFA) lance une campagne d’information destinée aux personnes consommant régulièrement de l’alcool. Grâce un outil d’autoévaluation disponible sur le site aperocheck.ch, ces personnes peuvent évaluer si leur consommation d’alcool est problématique au regard de leur santé et du risque de dépendance. Si besoin, la plateforme les oriente alors vers des offres de traitement et de conseil adaptées dans le canton de Fribourg. Une helpline est aussi disponible. Une campagne d’information soutenue par la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS), la Loterie Romande (LORO) et l’Office de la circulation et de la navigation (OCN)

Vin rouge
Vin rouge © Tous droits réservés

Un verre entre amis le lundi, un apéritif avec les collègues le jeudi, un souper arrosé le vendredi et une fête le samedi… Le glissement d’une consommation régulière d’alcool à une situation problématique peut arriver rapidement. Selon Addiction Suisse, plus de 20% de la population suisse âgée de 15 ans et plus a une consommation à risque d’alcool.

Avec son slogan «Métro, boulot, apéro… Est-ce que je bois trop?», le RIFA – réseau qui réunit la Fondation Le Tremplin, la Fondation Le Torry et l’Association Le Radeau – s’adresse aux personnes préoccupées par leur consommation d’alcool, ainsi qu’à leurs proches. Il les invite à mesurer les risques associés à cette consommation au moyen d’un dispositif interactif, disponible sur le site www.aperocheck.ch. Cette campagne d’information est réalisée dans le cadre du programme Alcochoix, soutenu par la Direction de la santé et des affaires sociales (DSAS), la Loterie Romande (LORO) et l’Office de la circulation et de la navigation (OCN).

L’outil d’autoévaluation a été développé par la Fondation Santé Bernoise. Il se présente sous la forme d’un «chat» anonyme avec un interlocuteur virtuel. Durant la discussion, celui-ci interagit avec l’internaute sur ses habitudes de consommation d’alcool et propose des recommandations personnalisées. Ce «chatbot» permet de sensibiliser ces personnes en amont de la dépendance et de faire connaître les offres de traitement et de conseil disponibles dans le canton de Fribourg, dans une optique de réduction des risques.