Les anciens magasins de la BCU seront installés à Romont pour une durée de 5 ans maximum

15 Mai 2019 -11h07

Les livres des anciens magasins de la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU) seront installés temporairement dès le mois de septembre à Romont, dans une halle actuellement inoccupée des anciens bâtiments de Tetra Pak, propriété de l’Etat. Le Conseil d’Etat a pris cette décision hier suite aux problèmes statiques décelés en début d’année. Les coûts de ce déménagement et des travaux nécessaires sont estimés à 3,86 millions de francs, dont un montant de valorisation des halles qui sera évalué lors du départ de la BCU de Romont. Le Conseil d’Etat a par ailleurs décidé d’installer dans une seconde halle du site de Romont, temporairement également et dans un second temps, l’entier des livres de la bibliothèque. Cette solution permet de ne pas retarder les travaux d’agrandissement et de restructuration de la BCU centrale, suite à la décision de renoncer au site de stockage de Domdidier prise l’automne dernier pour ne pas prétériter le développement d’une entreprise importante du canton.

Image de la Bibliothèque cantonale et universitaire
Image de la Bibliothèque cantonale et universitaire © Tous droits réservés

Le système de contrôles planifiés a mis au jour, en début d’année, des problèmes statiques dans les anciens magasins de stockage des livres de la Bibliothèque cantonale et universitaire (BCU), qui accueillent un espace public (médiathèque) et la réserve des biens précieux du secteur « Manuscrits, incunables et archives ». Sur recommandation de l’ingénieur en charge du projet, afin de réduire la charge pondérale sur les dalles du bâtiment concerné, le Conseil d’Etat a décidé d’évacuer les livres de ce secteur dans le courant du mois de septembre, à l’exception de la médiathèque, qui peut rester ouverte au public. Dans l’intervalle, des capteurs ont été installés dans les anciens magasins et surveillent en continu les mouvements du bâtiment.

Ces livres seront installés à Romont, dans une halle des anciens bâtiments Tetra Pak, actuellement disponible et en mains de l’Etat. Les locaux offrent de bonnes conditions de stockage. Différents travaux devront tout de même être entrepris pour permettre le stockage des livres : travaux d’étanchéité de l’enveloppe du bâtiment, installation d’un monobloc sur la toiture pour garantir les conditions climatiques de conservation des livres et d’un chauffage, mise à jour des normes de sécurité incendie, etc. Le matériel et les étagères nécessaires qui devront être installés pourront ensuite être récupérés pour le Centre de stockage interinstitutionnel cantonal (SIC), soit une valeur d’environ 800 000 francs. Le coût de ces travaux ainsi que du déménagement est estimé à 3,86 millions de francs. Une partie des travaux effectués dans les locaux (ventilation, chauffage, étanchéité, éclairage) amèneront également une plus-value importante au bâtiment, qui sera évaluée lors du départ de la BCU de Romont.

Une deuxième halle des anciens locaux de Tetra Pak est également actuellement inoccupée ; avec celle prévue pour accueillir les livres des anciens magasins, elles représentent un peu plus de 8 % du site (2876m2 sur 34 700) et leur usage limité dans le temps ne prétérite pas le développement du site.

Cette occupation provisoire des locaux ne péjorera pas le potentiel de développement industriel du site, étant donné que les surfaces mises à disposition de la BCU seront confinées dans la prolongation des locaux occupés par Pharmafocus et qu’elles devront être libérées dans un délai maximal d’une année en cas d’intérêt de la part d’une société à forte valeur ajoutée. Les bâtiments situés à l’est du site restent ainsi disponibles pour l’accueil de sociétés industrielles à forte valeur ajoutée désireuses de s’établir dans la région.

Le Conseil d’Etat a donc également décidé d’installer temporairement à Romont, en fin d’année, tous les autres livres de la BCU. La BCU sera ainsi vidée à temps pour le début des travaux en été 2020 du projet d’agrandissement et de restructuration, largement accepté en votation populaire le 10 juin 2018. Ces travaux pourront ainsi commencer sans attendre la réalisation du SIC, dont le délai de réalisation a été repoussé suite à l’abandon du projet de Domdidier pour ne pas prétériter l’emploi et les possibilités d’extension d’une entreprise de la place. Quant aux nombreuses propositions de sites pour l’établissement du SIC à long terme, le Conseil d’Etat a pris note de l’état d’avancement de leur évaluation, qui devrait permettre de procéder au choix du site dans la deuxième partie de l’année.

Actualités liées