Tester, tracer, isoler: nouvelle stratégie pour endiguer la propagation du COVID-19

7 Mai 2020 -15h41

Le canton de Fribourg met en place des centres de dépistage rapide COVID-19 sur 4 sites en collaboration avec l’HFR. L’objectif est de dépister un nombre plus important de personnes en facilitant l’accès aux tests. Le canton met également en place un système de traçage pour retrouver les personnes ayant été en contact étroit avec des personnes positives au virus avec pour but l’observation d’une quarantaine stricte pour endiguer l’épidémie.

Covid-19
Covid-19 © Tous droits réservés

En vue de la gestion de la période post-confinement de l’épidémie COVID-19 et selon les exigences fédérales, les autorités sanitaires cantonales ont présenté la nouvelle stratégie en matière de dépistage et de traçage.

Dépistage rapide sans consultation médicale
Le dépistage était jusqu’à aujourd’hui réservé au personnel de santé et aux personnes vulnérables et présentant des symptômes sévères, envoyées par leur médecin traitant ou un médecin de garde dans l’une des filières COVID-19 du canton1. La possibilité de se faire dépister est depuis ce jeudi offerte aux personnes qui présentent des symptômes légers, ne nécessitant pas de consultation médicale.

Ces personnes doivent remplir un questionnaire sur une plateforme informatique (Coronacheck Abilis). Elles recevront un bon et pourront se rendre ensuite au centre de dépistage rapide. Les 4 centres de dépistage rapide sont situés sur les sites de l’hôpital fribourgeois, soit Meyriez, Tafers, Riaz et Fribourg. Pour l’analyse de laboratoire, l’HFR travaillera avec le Swiss Integrative Center for Human Health SICHH et le Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires.

Le délai pour recevoir un retour concernant le résultat du dépistage est évalué à 48 heures maximum. A noter encore que les tests rapides ne s’adressent pas à des personnes asymptomatiques.
Les personnes vulnérables et/ou avec symptômes sévères doivent continuer à s’adresser à leur médecin traitant ou au médecin de garde.

Enquêtes d’entourage pour limiter la propagation du virus
Dans le but d’endiguer la propagation du virus, les personnes qui reçoivent un résultat positif devront s’isoler pendant 10 jours minimum et jusqu’à 48 heures après la fin de symptômes. Leurs contacts étroits doivent observer une quarantaine stricte durant au moins 10 jours.

Une équipe au Service du médecin cantonal (SMC) renforcée par des infirmières de la Ligue pulmonaire se chargera de retrouver les contacts des personnes malades et de leur donner les informations liées aux modalités de la quarantaine qui leur sera imposée. A cet effet, un logiciel mis à disposition par l’OMS est utilisé. Cet outil, qui respecte toute les prescriptions liées à la protection des données, permet de suivre les situations et de disposer d’informations précieuses pour effectuer des analyses épidémiologiques. Des flambées de maladie pourront ainsi être mieux maitrisées. Le SMC pourra compter sur l’appui de la Police afin de renforcer ses compétences dans les enquêtes.

Les personnes contactées seront rappelées après 5 respectivement 10 jours, afin d’évaluer si l’évolution de leur état de santé exige d’autres mesures. A relever qu’on estime à 8 le nombre de contacts étroits pour une personne testée positive. La stratégie mise en place assure le traçage de 10 personnes par jour.


1 HFR sites de Tafers, Meyriez, Riaz, Fribourg, centre médical de la Veveyse ou HIB