COVID-19 : extension du port obligatoire du masque et système de traçage plus performant dans les établissements publics

16 Octobre 2020 -12h39

Le Conseil d’Etat du canton de Fribourg renforce les exigences relatives au port du masque en le rendant obligatoire à partir de ce samedi dans les lieux fermés accessibles au public. Il exige également un système de traçage performant avec QR Code pour les établissements publics avec mode de consommation debout et les organisateurs de manifestations.

COVID19
COVID19 © Tous droits réservés

Hier jeudi, lors d’une séance spécialement dédiée à la gestion du Covid-19, le Conseil d’Etat a pris acte de l’évolution inquiétante de la situation épidémiologique dans le canton et en Suisse, et a décidé de mesures complémentaires de prévention et de protection.

Port obligatoire du masque

Il s’agit d’abord de l’extension de l’obligation du port du masque. En effet, les faits et expériences observables jusqu’à présent liées aux effets du port du masque tendent à démontrer l’efficacité de cette mesure. Ainsi, au vu d’une évolution très préoccupante de la situation, le Conseil d’Etat a décidé du port obligatoire du masque dans les lieux fermés accessibles au public, comme les musées, gares et sous-gares, y compris quais, bibliothèques, cinémas, salles de spectacle ou de loisirs, lieux communs des salles de sport ou encore espaces d'accueil des administrations publiques (guichets).

Cibler le traçage

Pour rappel, plusieurs quarantaines collectives ont été notifiées ces dernières semaines par le médecin cantonal. Or, les expériences de mise en quarantaine collective ont révélé la difficulté d’obtenir de la part des établissements publics et des organisateurs de manifestations publiques des listes de qualité suffisamment détaillées garantissant l’efficacité du traçage.

Le Conseil d’Etat a ainsi décidé d’imposer désormais aux établissements publics avec un mode de consommation principalement ou partiellement debout (discothèques, bars, etc.) l’usage strict d’une solution avec QR Code enregistrant automatiquement, sans risque d’erreur, l’arrivée et la sortie des client-e-s, avec leurs coordonnées telles que nom, prénom et numéro de téléphone portable. Ce contrôle, pour être pleinement efficace, impliquera en outre le passage obligé de toutes les personnes par un point unique de sécurité. Une telle solution permettra de mieux cibler et de limiter le nombre de personnes mises en quarantaine.

L’adoption d’un tel système est également recommandée aux établissements publics où la clientèle ne consomme qu’assis. Conscient des difficultés auxquelles le secteur de l’hôtellerie-restauration fait face, le Conseil d’Etat a prévu un soutien financier d’un maximum de 140 000 francs pour les inciter à une application la plus large possible d’un tel système. Les associations et clubs sportifs à but non lucratif sont également encouragés à faire usage d’un système similaire pour leur public. Une solution a été adaptée à leurs besoins spécifiques et bénéficie d’un soutien financier de 10 000 francs.
Les mesures précitées pourraient être renforcées si la situation sanitaire venait encore à se dégrader.

Nouvelle organisation

Enfin, récemment, le Conseil d’Etat a mené une réflexion stratégique approfondie afin de mettre sur pied une structure organisationnelle et des processus décisionnels qui permettent de gérer cette crise sanitaire sur la durée de manière coordonnée. Cette nouvelle organisation peut être adaptée rapidement en cas de mise en place d’un nouvel OCC COVID-19 et repose sur 3 piliers : la Task force sanitaire, la Cellule de coordination cantonale, ainsi que la Conférence des secrétaires généraux dans une configuration ad hoc (organigramme en annexe).