Protection des enfants et des adultes victimes de violence domestique

Le terme de "victime" se rapporte à toute personne qui a subi, du fait d'une infraction, une atteinte directe et importante à son intégrité corporelle, sexuelle ou psychique.


La Loi sur l'Aide aux Victimes d'Infractions (LAVI) a institué des centres de consultation où toute victime, au sens de la LAVI, peut s'adresser en tout temps pour obtenir conseils et assistance.

Dans le canton de Fribourg, deux centres de consultation offrent aux victimes une aide juridique, médicale, psychologique, sociale et matérielle.

  • le Centre de consultation LAVI pour les femmes
  • le Centre de consultation LAVI pour enfants, adolescent-e-s, hommes et victimes d’accidents de la circulation

Leurs collaborateurs et collaboratrices sont soumis au secret de fonction. Ils apportent un soutien aux victimes dans les situations de détresse, leur permettent de s'exprimer en toute confiance et les accompagnent lors des différentes démarches à effectuer. La victime peut s'adresser au centre de son choix dans l’un ou l’autre canton.

ENFANT : PROTECTION PENALE
INFORMER LES AUTORITES COMPETENTES

Toute personne a le droit de signaler à la justice de paix (l’autorité tutélaire) les cas d’enfants dont le développement paraît menacé. Cette autorité est compétente pour prendre les mesures adéquates de protection de l’enfant.

Les autorités, les fonctionnaires de police, les fonctionnaires d’assistance ainsi que le personnel enseignant ont le devoir de signaler à la justice de paix les cas d’enfants dont le développement paraît menacé.

Certaines personnes, astreintes au secret professionnel ou au secret de fonction, peuvent, lorsqu’il y va de l’intérêt des enfants ou des adolescent-e-s, aviser la justice de paix des infractions commises à l’encontre de ces enfants ou adolescent-e-s, sans encourir le risque de sanctions.

Actualités liées