La truite constitue sans nul doute l'espèce de poisson la plus connue par la population suisse et l’espèce la plus largement répandue dans toute l’Europe.

Truite
Truite © Tous droits réservés - Sébastien Lauper

On distingue deux formes principales principales de truites: la truite de rivière (Salmo trutta fario) et la truite lacustre (Salmo trutta lacustris).


La première, toute son existence se déroule dans les rivières et constitue l'essentiel des captures des pêcheurs de loisir. Pour la truite lacustre, le début de sa vie se déroule en rivière, ensuite elle va migrer vers l’aval pour rejoindre un lac où elle va croître abondamment (parfois plus d’un mètre pour 10 à 15kg) et va perdre ses points rouges. Dès le mois d’août, elle va remonter chaque année les rivières pour retrouver des sites favorables au frai (reproduction). Les deux formes se retrouvent donc chaque année au même endroit pendant la reproduction et peuvent se reproduire entre elles. La truite est une espèce exigeante du point de vue écologique; elle se reproduit en hiver sur des plages de gravier bien oxygénées et propres.

 

La truite selon DEBUHME
La truite selon DEBUHME © Tous droits réservés
La truite selon DEBUHME

Espèce préférée des pêcheurs

La truite de rivière ou fario est l’espèce la plus pêchée par la pêche de loisirs, environ 10'000 captures dans les cours d’eau fribourgeois. Les truites de rivière sont largement répandues à travers tout le canton de Fribourg. Toutefois cette distribution est influencée par les intenses mesures de repeuplement. Environ 200'000 alevins (unités d’alevinage) sont mis à l’eau chaque année dans les cours d’eau fribourgeois.

L’arc-en-ciel

Pendant de nombreuses années, une espèce de la côte ouest des Etats-Unis a été introduite à des fins halieutiques dans différentes parties du globe, notamment en Suisse et dans le canton de Fribourg. Espèce plus tolérante à la qualité de l’eau et qui concurrence notre espèce indigène, elle n’est plus alevinée depuis une vingtaine d’années. On la retrouve très rarement, généralement échappée de pisciculture; la confusion peut toujours être possible avec notre espèce indigène.

Menaces: migration

De par son comportement migratoire entre son lieu de vie et les sites de reproduction, la truite lacustre est fortement menacée au niveau suisse. Dans le but de favoriser la connexion du réseau hydrographique, la libre migration piscicole est imposée à chaque intervention dans un cours d’eau; de plus la plupart des barrages hydroélectriques devront être assainis, laissant ainsi remonter les espèces migratrices comme la truite lacustre.

Menaces: uniformité génétique

La truite de rivière est potentiellement menacée à cause d’intenses mesures de rempoissonnement à large échelle et depuis longtemps (Liste rouge de l’OFEV et OLFP). Une gestion indifférenciée, pratiquée pendant de longues années sur l’ensemble du territoire, a généré une uniformisation génétique des populations. Aujourd’hui, peu de populations autochtones, typiques de leur station, subsistent. Depuis plusieurs années, les pratiques de rempoissonnement ont été réorientées vers une gestion patrimoniale tenant compte des souches locales.

Le cycle de vie de la truite

Le cycle de vie de la truite
Le cycle de vie de la truite © Tous droits réservés - DEBUHME
Le cycle de vie de la truite

⇒ Retour à la page d'accueil du Secteur faune, biodiversité, chasse et pêche
⇒ Retour à la page milieux aquatiques

⇒ Retour à la liste des poissons de nos rivières et de nos lacs

Actualités liées