COVID-19 - Directives concernant l’accompagnement des personnes en fin de vie

31 Mars 2020 -12h05

En cette période de Covid-19, les défis que pose l’accompagnement des personnes en fin de vie nécessitent une approche digne, simple et adaptée aux circonstances. Les modalités liées à la fin de vie et aux décès doivent demeurer aussi longtemps que possible proches des pratiques ordinaires. Une directive de l’OCC clarifie les principes de base en matière de contact avec les personnes ante et post mortem. Un document informatif et évolutif répond pour sa part aux questions les plus fréquentes qui se posent en rapport avec le décès d’un proche.

Covid-19
Covid-19 © Tous droits réservés

La pandémie de COVID-19 bouleverse de manière inédite notre quotidien. Le respect des mesures préventives et d’interdiction prises par les autorités demande de procéder à des aménagements nécessaires dans plusieurs domaines de la vie, même les plus sensibles et les plus intimes. Il en va ainsi des nouvelles problématiques qui se posent en termes d’accompagnement des personnes en fin de vie et de gestion des décès, liés ou non au COVID-19.

L’Organe cantonal de conduite OCC a rédigé une directive « Accompagnement des victimes et survivants ». Elle s’adresse en premier lieu aux établissements de soin (hôpitaux, EMS, etc.) et clarifie les principes de base en matière de contacts avec les personnes en fin de vie ou décédées. Plus précisément, la directive indique que les établissements de soins doivent garantir le déroulement d’un adieu avant ou après le décès. Les adieux se font en tenant compte, autant que faire se peut, de la situation et des voeux des proches. Ils doivent cependant respecter les recommandations de l’établissement, ne pas entraver le bon fonctionnement du service et respecter les règles d’hygiènes de l’OFSP. Dans le cas où une visite (ante ou post mortem) n’est pas possible, l’établissement essaie de permettre les contacts par des moyens techniques de communication.

A noter encore que l’OCC a créé une cellule « accompagnement », formée de représentants de différents services et profession liés à la thématique. Celle-ci coordonne les actions liées aux difficultés pouvant surgir lors d’un décès et répond aux nombreuses questions qui se posent dans ces cas-là. Comment prendre en compte la dernière volonté d’un proche malade ? Qui appeler en cas de décès d’un membre de la famille à domicile et lié au coronavirus ? Combien de personnes peuvent être présentes lors de la cérémonie d’adieu ou à la morgue ? Est-il possible de rapatrier de Suisse à l’étranger ou de l’étranger en Suisse un proche décédé? Autant d’exemples de questions auxquelles répond cette nouvelle cellule « accompagnement » dans une foire aux questions disponible sur le site de l’Etat de Fribourg.