Chaque année, des centaines de milliers d’oiseaux d’eau et de migrateurs passent l’hiver en Suisse. Pour les protéger, des réserves ont été créées par la Confédération. Ces dernières constituent des lieux de nidification privilégiés pour des espèces rares.

Stand up paddle - dans le respect de la nature

Comment limiter les dérangements pour les oiseaux et les autres animaux sauvages ?

La Suisse revêt une importance particulière comme lieu d’hivernage et de repos pour différentes espèces d’oiseaux d’eau migrateurs. Des centaines de milliers d’oiseaux passent chaque année l’hiver dans les eaux suisses. Le Conseil fédéral a adhéré en 1974 à la « Convention sur les zones humides d’importance internationale », convention dite de Ramsar. S’en est suivi la création de l’ordonnance sur les réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance internationale et nationale. Cette dernière vise à protéger les habitats naturels des oiseaux migrateurs et des oiseaux d’eau qui vivent en Suisse toute l’année.

Dans le cadre de mesures particulières de régulation, la chasse de certaines espèces telles que le sanglier et le chevreuil peut être autorisée dans certaines réserves. L’ordonnance concernant la protection des mammifères, des oiseaux sauvages et de leurs biotopes règle les modalités de chasse dans les habitats et les zones protégées.

Six réserves sont présentes sur le territoire cantonal :

  • Réserve de Fanel – Chablais de Cudrefin, Pointe de Marin
  • Réserve de Chevroux jusqu’à Portalban
  • Réserve d’Yvonand jusqu’à Cheyres
  • Réserve du lac de Pérolles
  • Réserve du lac de la Gruyère à Broc
  • Réserve du Chablais (lac de Morat)

Fanel – Chablais de Cudrefin, Pointe de Marin

Située sur la rive est du lac de Neuchâtel, à cheval sur les cantons de Berne, Fribourg, Vaud et Neuchâtel, les réserves du Fanel et du Chablais de Cudrefin constituent un reliquat de la vaste zone humide qui existait jadis dans le triangle formé par les lacs de Neuchâtel, de Morat et de Bienne. Les nappes d’eau bordant la rive servent de lieu de repos et d’alimentation à un très grand nombre d’oiseaux migrateurs tels que les échassiers. Les vastes roselières et cariçaies constituent des lieux de nidification privilégiés pour diverses espèces rares d’oiseaux d’eau comme le courlis cendré et plusieurs espèces d’oies. Les surfaces agricoles exploitées extensivement servent de lieu d’alimentation et offrent un habitat à de nombreuses espèces rares des paysages ruraux. Pour toutes les raisons précitées, cette réserve a le privilège d’être classée d’importance internationale. Cette dernière est divisée en trois parties, où des dispositions particulières (navigation, baignade, etc.) s’appliquent pour chacune d’elle.

Martin pêcheur d'Europe (Alcedo atthis)

Martin pêcheur (Alcedo atthis)

SFN
Mouette rieuse (Larus ridibundus)

Mouette rieuse (Larus ridibundus)

SFN
Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis)

Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis)

SFN
Foulque macroule (Fulica atra)

Foulque macroule (Fulica atra)

SFN
Martin pêcheur d'Europe (Alcedo atthis)
Mouette rieuse (Larus ridibundus)
Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis)
Foulque macroule (Fulica atra)

Chevroux jusqu’à Portalban

Localisée sur la rive sud-est du lac de Neuchâtel, la réserve de Chevroux - Portalban se caractérise par des roselières étendues. Elle est utile au repos hivernal pour un grand nombre d’oiseaux d’eau et appréciée en tant que lieu de séjour estival par de nombreux oiseaux nicheurs. Il s’agit également d’un lieu de reproduction et de mue pour les oiseaux d’eau. Classée d’importance internationale, la réserve est divisée en trois parties, où des dispositions particulières (navigation, baignade, etc.) s’appliquent pour chacune d’elle.

Yvonand jusqu’à Cheyres

La réserve d’Yvonand – Cheyres se situe dans la partie ouest de la rive sud du lac de Neuchâtel. Cette dernière convient particulièrement aux oiseaux d’eau en raison de la présence de la baie, à l’est d’Yvonand. Elle constitue un lieu de séjour hivernal protégé du vent. La roselière, les forêts alluviales et les marais situés à proximité augmentent la valeur de ce site classé d’importance internationale. La réserve est divisée en deux parties, où des dispositions particulières (navigation, baignade, etc.) s’appliquent pour chacune d’elle.

Lac de Pérolles

A Fribourg, suite à l’édification du barrage de la Maigrauge sur le cours d’eau de la Sarine en 1870, les méandres ont peu à peu été comblés par du limon, donnant naissance à une roselière. Le lac de Pérolles constitue ainsi un petit lac de retenue ceinturé d’une roselière et cerné de grandes falaises de molasse, de forêts de pente, de forêts séchardes et de forêts alluviales. C’est cette mosaïque de milieux qui en font sa richesse. Classé comme zone alluviale d’importance nationale, le lac accueille généreusement plusieurs oiseaux nicheurs et de nombreux oiseaux hivernants et migrateurs. La navigation y est interdite toute l’année.

Foulque macroule (Fulica atra)

Foulque macroule (Fulica atra)

SFN
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

SFN
Foulque macroule (Fulica atra)
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

Lac de la Gruyère à Broc

Le vaste delta que forme l’embouchure de la Sarine et de la Jogne dans le lac de la Gruyère constitue la réserve du lac de la Gruyère. Cette dernière se caractérise notamment par les variations du niveau du lac dues au barrage de Rossens. Lorsque ce niveau est bas, les alluvions, composées de sables et graviers, forment de grandes vasières. A l’inverse, quand le niveau de l’eau monte, la forêt alluviale est inondée. La saulaie blanche qui compose cette réserve est considérée comme la plus grande de Suisse.

Petit gravelot (Charadrius dubius)

Petit gravelot (Charadrius dubius)

SFN
Harle bièvre (Mergus merganser)

Harle bièvre (Mergus merganser)

SFN
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

SFN
Foulque macroule (Fulica atra)

Foulque macroule (Fulica atra)

SFN
Canard colvert (Anas platyrhynchos)

Canard colvert (Anas platyrhynchos)

SFN
Petit gravelot (Charadrius dubius)
Harle bièvre (Mergus merganser)
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)
Foulque macroule (Fulica atra)
Canard colvert (Anas platyrhynchos)

Chablais (lac de Morat)

L’extrémité orientale du lac de Morat, entre Montilier et Sugiez, est constituée d’un plan d’eau très peu profond (haut-fond), d’une vaste roselière et d’une forêt de feuillus : le Chablais. Il s’agit d’une zone protégée de grande importance pour l’avifaune, autant pour les nicheurs que les hivernants et les migrateurs. Abritée de la bise par la forêt, la baie du Chablais de Sugiez offre aux anatidés un plan d’eau calme. Chaque hiver, cette dernière constitue un dortoir de harle bièvre et de grande aigrette. A l’intérieur des terres se tient également un bas-marais d’importance nationale. L’ensemble du site est classé comme zone alluviale d’importance nationale.

Fuligule milouin (Aythya ferina)

Fuligule milouin (Aythya ferina)

SFN
Harle bièvre (Mergus merganser)

Harle bièvre (Mergus merganser)

SFN
Canard colvert (Anas platyrhynchos)

Canard colvert (Anas platyrhynchos)

SFN
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

SFN
Fuligule milouin (Aythya ferina)
Harle bièvre (Mergus merganser)
Canard colvert (Anas platyrhynchos)
Grèbe huppé (Podiceps cristatus)

Localisation des réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs

Les réserves d'oiseaux d'eau et de migrateurs du canton de Fribourg sont publiées sur le portail cartographique du canton.

lien vers le portail cartographique

Prescriptions légales

  • Les animaux ne doivent pas être dérangés, traqués, ni attirés hors des réserves.
  • Les chiens doivent être tenus en laisse.
  • La circulation d’aéronefs civils sans occupant est interdite (drones, etc.).
  • L’utilisation de planches à voile tirées par des cerfs-volants ou d’engins du même type et la circulation de modèles réduits d’engins flottants sont interdites.
  • Les manifestations sportives et autres manifestations collectives nécessitent une autorisation cantonale délivrée par le Service des forêts et de la nature.
  • La chasse est interdite. Des mesures particulières de régulation des populations de mammifères sont toutefois possibles.

Recommandations de comportement

  • N’empruntez que les chemins pédestres.
  • Suivez les itinéraires balisés et ne parcourez pas en tous sens les forêts.
  • L’hiver est une saison difficile pour la faune. Ne sortez donc pas des itinéraires balisés.
  • N’effrayez pas les animaux. Observez-les de loin et avec respect. Il convient d’être particulièrement discret le matin et le soir, lorsque les animaux sont actifs.
  • Evitez de faire du bruit.
  • Ne laissez pas de déchets dans la nature ; ils peuvent constituer un danger de mort pour les animaux.

Contact pour la thématique

Personne de référence: Céline Moulin

Service des forêts et de la nature
Section faune, chasse et pêche
Route du Mont Carmel 5
1762 Givisiez

Tel. 026 305 23 68
Email

Publié par  Service des forêts et de la nature

Dernière modification : 02/09/2020