2 Juillet 2021 -10h59

Réalisée par des élèves de 10H des cycles d’orientation du canton, Les Fribourgeoises sortent de l’ombre ! est une manifestation qui retrace l’histoire des femmes fribourgeoises entre le XVe et le début du XXe siècle. Une façon originale et durable de sensibiliser les élèves à l’égalité entre les hommes et les femmes, 50 ans après l’obtention du droit de vote pour les femmes. La présente exposition, qui sera visible durant l’été au Musée Gutenberg, est la première d’une série de quatre. Trois autres volets seront organisés au cours de ces trois prochaines années dans d’autres districts fribourgeois, grâce à un partenariat avec quatre musées (Musée gruérien de Bulle, Vitromusée de Romont, Musée de Morat et Musée des grenouilles à Estavayer).

Pour ce premier volet, des élèves de 10H de quatre CO fribourgeois (Belluard, Jolimont, Pérolles et Marly) se sont penchés sur la place des femmes et leur relation avec les hommes dans les domaines de la politique et de la justice ; dans l’art ; dans l’éducation et dans le commerce, l’industrie et l’artisanat. Le résultat de leurs recherches est présenté sous forme d’une exposition qui est visible jusqu’en septembre au Musée Gutenberg.

Elaboré dans l’idée de commémorer les 50 ans du droit de votre des femmes en Suisse et à Fribourg, ce projet original et durable a été développé par trois enseignant·e·s particulièrement motivé·e·s. Il répond à quatre objectifs :

  • Mettre les jeunes en contact avec des objets historiques ;
  • Former les élèves aux démarches historiennes ce qui implique notamment une réflexion sur les sources et le développement d’un esprit critique ;
  • Envisager l’histoire locale sous l’angle des relations sociales entre les hommes et les femmes et ouvrir avec les élèves un débat sur la condition féminine d’hier et d’aujourd’hui, ici et ailleurs.
  • Travailler conjointement avec la Géographie et donner ainsi une dimension interdisciplinaire, grâce aux thématiques de l’industrialisation et de la migration communes aux deux disciplines et qui seront développées dans les prochaines expositions.

S’approprier le passé pour se projeter ensemble dans le futur

L’exposition permet d’aborder les permanences et les changements des sociétés. Les élèves sont invités à faire des va-et-vient entre le présent et le passé et à réfléchir autour de leur propre situation sans provoquer de conflit de loyauté car la matière analysée est ancienne et concerne le canton de Fribourg. Ce processus est d’autant plus important et utile pour l’intégration des jeunes issus de la migration à qui peuvent ainsi s’approprier le passé du lieu qu’ils habitent. Ainsi, découvrir et s’insurger contre un ouvrage d’éducation civique du XIXe siècle qui relègue les femmes au second plan favorise la réflexion et la discussion concernant l’éducation des filles aujourd’hui en Suisse et ailleurs dans le monde.

L’histoire par et pour les élèves

Un travail réalisé par les élèves pour leurs pairs offre une plus-value importante. Si elle est divisée en quatre volets distincts – la politique & la justice, l’art, l’éducation, le commerce, l’industrie & l’artisanat - l’exposition est perçue comme très accessible par les élèves. Elle suscite l’intérêt et la fierté des camarades qui la visitent et qui en découvrent les coulisses ainsi que les secrets de sa fabrication. Le retour en classe est une nouvelle occasion d’autres discussions en lien avec la thématique : émancipation, stéréotype, inégalité.  

Un concept au-delà de la commémoration des 50 ans du droit de vote

Grâce à son contenu riche de fac-similés qui seront ensuite destinés à constituer des mallettes pédagogiques, l’exposition pourra être exploitée par les écoles bien au-delà de cet été en favorisant les réflexions sur la condition féminine. Elle sera complétée par quatre expositions intégrant la géographie et qui aborderont d’autres axes comme la migration et l’industrialisation et ce, à raison d’une manifestation par année. Finalement en 2024, tous les cycles d’orientation du canton auront été impliqués dans la démarche.