Les derniers chasseurs-cueilleurs du canton de Fribourg, entre tradition et innovation

14 Aout 2020 -14h30

Le volume 27 de la série Archéologie Fribourgeoise paraît sous une nouvelle formule numérique!
La sauvegarde du patrimoine archéologique est une démarche scientifique visant à transformer des observations de vestiges en nouvelles connaissances diffusées vers divers publics. Cet été, une thèse de doctorat importante est mise à disposition du public sous la forme d’une monographie numérique de la série Archéologie Fribourgeoise (volume 27) édité par le Service archéologique de l’État de Fribourg (SAEF). Elle est consacrée à l’étude des vestiges des derniers chasseurs-cueilleurs ayant occupé l’abri en pied de falaise de La Souche à Arconciel, plus particulièrement à l’évolution de leur industrie en pierre taillée. Entre tradition et innovation, l’importance internationale de ce site mésolithique est encore accentuée par ses apports pour la compréhension de la « révolution néolithique » : transition entre des millénaires d’une économie de prédation et de nomadisme et le nouveau mode de vie agro-pastoral.

Archéologie fribourgeoise 27
Archéologie fribourgeoise 27 © Tous droits réservés

Cette nouvelle parution s’intéresse plus particulièrement aux vestiges retrouvés lors d’une dizaine de campagnes de fouille-école sur le site mésolithique d’Arconciel/La Souche lors des fouilles dirigées par Michel Mauvilly, chef du secteur Pré- et Protohistoire au SAEF. Cet abri en pied de falaise se situe à proximité de l’Abbaye d’Hauterive, dans le canyon de la Sarine. Exceptionnel pour la Préhistoire européenne, les superpositions de couches ont livré des informations inédites pour les derniers chasseurs-cueilleurs de Suisse et apporte ainsi de précieux compléments à la compréhension du phénomène de transition entre les derniers chasseurs-cueilleurs et les premiers agriculteurs-éleveurs. L’équipe internationale réunie autour du projet de fouille et d’étude poursuit encore les investigations. Ce volume 27 de la série Archéologie Fribourgeoise est le premier des trois ouvrages monographiques qui seront consacrés au vestiges du site d’Arconciel/La Souche.

La présente étude est consacrée particulièrement à l’évolution des outils de pierres taillées qui étaient fabriqués sous l’abri molassique au bord de la Sarine au fil des occupations du site. Les populations qui taillaient ces outils vivaient de chasse, de pêche et de cueillette, changeaient sporadiquement d’habitations, alternant certainement entre des installations en plaine et d’autres dans les Préalpes (nomadisme). Leur mode de vie et leur économie caractérise une période chronologique appelée le Mésolithique. Durant cette période, l’Europe connaît l’un de ses plus importants bouleversements économiques. Depuis le Proche-Orient se diffuse progressivement un nouveau mode de vie, basé sur l’agriculture, l’élevage et aussi la construction de villages sédentaires: la néolithisation atteint notre région et s’impose sur les traditions des chasseurs-cueilleurs. Une fois que cette nouvelle économie est installée, nous parlons alors de Néolithique. Le site d’Arconciel/La Souche a été occupé approximativement entre 7000 et 4900 av. J.-C., à la fin du Mésolithique et à la transition avec le Néolithique. Pour cette période charnière, les archéologues ont cherché à déterminer comment les populations de la région fribourgeoise et, plus globalement, de la Suisse occidentale, alliaient la tradition à l’innovation dans un contexte européen mouvementé. À ce titre, les techniques de fabrication des outils de pierres offrent un sujet d’étude inestimable pour cette période. À travers les matières et les savoir-faire, elles témoignent des changements et des échanges entre plusieurs populations, mais également des attachements parfois forts aux traditions régionales. La recherche publiée dans ce nouvel ouvrage met en évidence la spécificité de la région fribourgeoise à cette époque et pousse à s’interroger sur les différents mécanismes de transition des sociétés.

Réalisée par Laure Bassin sous la supervision du Prof. Dr. Matthieu Honneger (Université de Neuchâtel) et du Prof. Dr. Philippe Della Casa (Université de Zürich), cette étude a pu être menée à bien grâce à une bourse du Fonds National Suisse de la recherche scientifique et le soutien du SAEF. Elle s’est soldée par la défense d’une thèse de doctorat et un titre de docteur brillamment mérité.

Avec cette nouvelle parution, accessible par le lien suivant (https://www.saef.ch/publications/AF27/Archeologie_Fribourgeoise_27.pdf), le Service archéologique ose le pari de la nouveauté que représentent les publications numériques. Facile à diffuser, enrichie d’aides à la navigation, économique à réaliser et agréable à consulter, la monographie numérique atteint plus efficacement le public national et international, spécialisé ou non. Que l’ensemble du personnel technique et scientifique du SAEF soit remercié pour ses diverses contributions à la réussite de cet ouvrage. Il est l’aboutissement d’un processus qui a allié démarche scientifique et créativité pour offrir un produit de qualité apprêté pour l’ère de transmission de l’information numérique.