Toute introduction de poissons, généralement issus d’un élevage, dans un milieu naturel est un rempoissonnement, le déversement de truites étant la technique la plus pratiquée et éprouvée.

Oeufs de Corégone
Oeufs de Corégone © Tous droits réservés - Sébastien Lauper

Quels sont ses objectifs?

Les objectifs recherchés par une action de rempoissonnement sont généralement les suivants:

  1. Compenser l’impact des altérations du milieu
  2. Réintroduire une espèce disparue ou initier la restauration d’une population
  3. Accroître l’intérêt halieutique d’un cours d’eau
  4. Augmenter artificiellement le rendement de la pêche

La technique de rempoissonnement la plus répandue est l’introduction de truites au stade juvénile, soit directement dans la rivière où la pêche est ouverte soit par l’intermédiaire d’un ruisseau d’élevage. Cette technique vise à compenser les perturbations du milieu et à accroître le rendement de la pêche. Par ailleurs, en termes de développement patrimonial durable, les déversements de poissons surdensitaires ou non adaptés, artificialisant les peuplements, sont à éviter.
La législation fédérale sur la pêche (disponible sur www.admin.ch) oblige à annoncer aux services cantonaux responsables toute action de rempoissonnement. Elle interdit en outre toute immersion de poissons non-indigènes dans le milieu naturel ou tout transfert de poissons d’un bassin versant à l’autre.

Le rempoissonnement à l’aide de boîtes à incubation

Cette forme de rempoissonnement consiste à introduire directement des œufs fécondés dans les cours d’eau. Différents dispositifs d’enfouissement ou de dépose sont disponibles. Grâce à ce procédé, la dynamique naturelle du développement des embryons en fonction des conditions météorologiques et hydrologiques en cours est respectée.

© SFF
© SFF © Tous droits réservés
© SFF

Projet Glâne

En 2015, le Service des forêts et de la nature du canton de Fribourg a mandaté la haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (hepia) et la Fondation de la Maison de la Rivière afin d’effectuer une étude sur le peuplement piscicole et une évaluation du succès de l’alevinage et de la reproduction naturelle de la Glâne, une des rivières majeures du canton de Fribourg. De plus, elle permet d’obtenir un état écologique du cours d’eau avant le rétablissement de la migration (création de passes à poissons) et les revitalisations planifiées. Finalement, l’étude démontre si la population piscicole de la Glâne s’est rétablie depuis la pollution de 2011.

Informations supplémentaires

⇒ Retour à la page d'accueil du Secteur faune, biodiversité, chasse et pêche
⇒ Retour à la page milieux aquatiques

⇒ gardes-faune

Contacts

Pour toutes questions ou compléments d'information, veuillez prendre contact par courriel à l'adresse:
SFN.faune@fr.ch

Actualités liées