Sorties culturelles en période de coronavirus : la réserve du public a augmenté

21 Septembre 2020 -11h31

Un tiers de la population suisse souhaite attendre que la crise du coronavirus soit complètement terminée avant de reprendre les sorties culturelles. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée fin août 2020 sur mandat de l’Office fédéral de la culture (OFC) et de la Conférence des délégués cantonaux aux affaires culturelles (CDAC). Le public se montre aujourd’hui plus réticent que début juin. A ce moment-là, seul un quart de la population voulait attendre la fin de la crise avant de retourner dans les lieux culturels. L’enquête indique par ailleurs que les mesures de protection adoptées et le soutien des pouvoirs publics au secteur culturel rencontrent une large approbation.

Vie culturelle
Vie culturelle © © Nicolas Brodard - © Nicolas Brodard

Depuis une première enquête, menée début juin 2020, la volonté de reprendre les visites culturelles a sensiblement diminué. 24 % des personnes interrogées se disaient alors prêtes à visiter des institutions et à participer à des manifestations culturelles « sans crainte particulière ». Fin août, cette proportion est tombée à 18 %. 42 % des sondés ne pensent pas reprendre les visites culturelles avant 2021 ; lors de la première enquête, ce chiffre était de 22 %. Les réponses varient en fonction du type d’offre culturelle : alors que 36 % des personnes interrogées n’ont pas l’intention de visiter un musée ou une exposition avant 2021, 43 % d’entre elles ne sont pas prêtes à retourner « voir un spectacle (concert, théâtre, opéra, danse, cirque, etc.) ».

L’exigence de mesures sanitaires sur les lieux culturels est quant à elle plus marquée qu’au début du mois de juin. Alors que seuls 36 % de la population étaient favorables au port obligatoire du masque à cette période, son port dans les lieux clos rencontre désormais une large approbation (65 %). L’acceptation de l’enregistrement des spectateurs sur une liste de présence a également connu une augmentation significative, passant de 25 à 43 %. Ces mesures rencontrent une plus grande approbation parmi la génération plus âgée, mais elles suscitent également un écho favorable chez les jeunes.

 

Le secteur de la culture est considéré comme fragilisé

Seuls 46 % des membres ou abonnés à une institution culturelle la saison dernière (18 % des sondés) disent avoir renouvelé leurs abonnements ou leurs cartes d’adhésion ou vouloir le faire. 43 % des sondés ayant contracté des abonnements souhaitent réduire leurs dépenses sur ce plan ou résilier leurs abonnements.
 

86 % des personnes interrogées considèrent le secteur de la culture comme fragilisé par la crise du coronavirus. Pour 41 % d’entre elles, il est un peu voire nettement plus fragilisé que les autres secteurs. La proportion de sondés qui considèrent les acteurs culturels comme davantage fragilisés que les professionnels des autres secteurs est nettement plus élevée en Suisse romande (51 %) et en Suisse italienne (48 %) qu’en Suisse alémanique (37 %).

La Confédération a, en collaboration avec les cantons, élaboré des mesures complémentaires visant à atténuer l’impact économique de la pandémie de COVID-19 dans le secteur de la culture. Selon l’enquête, les Suisses sont largement favorables à un soutien des pouvoirs publics à ce secteur en temps de pandémie.

L’enquête a été menée du 20 août au 2 septembre 2020 par l’agence L’Oeil du Public (Suisse) sur un échantillon représentatif de la population suisse de 1197 personnes. Elle fournit aux autorités et aux entreprises culturelles des informations sur le comportement culturel de la population suisse pendant la pandémie.