Espace et environnement du canton de Fribourg, de 1941 à 2020

23 Septembre 2021 - 07H32

A l’échelon cantonal, le Plan Climat cantonal 2021-2026 cherche en partie à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Au SStat, nous souhaitons proposer au public quelques chiffres clés sur cette thématique pour contribuer à la réflexion.

Lorsque l’on observe l’évolution de la température de l’air depuis 1941, on constate une tendance à la hausse des températures maximales et minimales absolues. Cette tendance est aussi avérée au niveau de la moyenne, même si moins visible graphiquement. En 2019, la part des dépenses dans la protection de l’environnement et l’aménagement du territoire représente moins de 1% des dépenses cantonales totales ; part légèrement plus petite que la moyenne nationale qui s’élève à 1,5%. Toujours en 2019, le canton de Fribourg se positionne au 5ème rang national selon le nombre d’hectares dédiés aux réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs ainsi que pour le nombre d’hectares dédiés aux sites de reproduction des batraciens. Au cours des vingt dernières années, on remarque une diminution significative des précipitations. Malgré le fait que l’on observe une diminution de moitié du nombre de dépassements de la moyenne horaire de la pollution atmosphérique à l’ozone sur les dix dernières années, la tendance à long terme depuis 1994, elle reste stable. Il n’y a aucun doute que la tradition agricole du canton de Fribourg soit visible lorsque l’on calcule les typologies de surface d’utilisation du sol. Plus de la moitié de son territoire est consacré à l’agriculture (56%) alors qu’en comparaison nationale ce pourcentage représente un peu plus d’un tier de la surface totale (36%). Suivent les surfaces boisées, respectivement 27% pour Fribourg et 31% pour la Suisse et les surfaces improductives avec une proportion de 9% pour Fribourg et 25% en moyenne nationale. Enfin, les surfaces d’habitat et d’infrastructure ne représentent que 8% du total du territoire que ce soient les chiffres fribourgeois ou suisses. Près des centres urbains ou à la périphérie du canton, en proximité des cantons voisins, on peut attester une plus grande concentration de zones destinées à l’habitat et aux infrastructures. Depuis le relevé de 2012, on observe que la quantité de déchets urbains du canton de Fribourg affiche une tendance à la baisse et nettement en dessous de la moyenne des cantons participant au Cercle Indicateurs. Au contraire, concernant la teneur en nitrates des eaux souterraines, les résultats fribourgeois dépassent largement ceux de la moyenne des cantons participant au Cercle Indicateurs et depuis le relevé de 2011, ils sont repartis à la hausse.