Le Conseil d’Etat renonce à poursuivre le financement de ftth fr SA

31 Mai 2019 -11h50

Le Conseil d’Etat renonce à poursuivre son financement de la société ftth fr SA. La société avait été lancée en 2012 par l’Etat de Fribourg (10,6%), Groupe E (75,8%), Gruyère Energie (12,3%) et Industrielle Betriebe Murten (1,3%) ; Swisscom en était partenaire jusqu’en 2016, avant de se retirer. Aujourd’hui, l’évolution des technologies a permis d’atteindre les objectifs souhaités en termes de débit sur la quasi-totalité du territoire cantonal. La poursuite des objectifs initiaux de ftth fr SA, suite au départ de Swisscom, nécessiterait également un apport financier supplémentaire important, de quelque 300 millions de francs. Dans ce contexte, le Conseil d’Etat préfère ne pas poursuivre son financement. La société ftth fr SA continuera à exploiter le réseau et à le développer dans les zones déjà équipées.

Carte mère d'un ordinateur
Carte mère d'un ordinateur © Tous droits réservés

Ftth fr SA avait pour ambition d’assurer l’extension de la fibre optique en ville et en campagne et de raccorder progressivement et à des conditions avantageuses l’ensemble du canton de Fribourg au réseau à fibre optique. Aujourd’hui, grâce à l’évolution des technologies, le fossé numérique est quasiment comblé.

L’Etat de Fribourg avait accordé à ftth fr SA, par décret du Grand Conseil du 13 septembre 2012, une contribution financière de 40 millions de francs, constituée d’une prise de participation de 5 millions au capital-actions et d’un prêt sans intérêt de 35 millions, dont 20 ont été versés à ce jour. Suite à la dénonciation de son contrat de partenariat par Swisscom, en 2016, une analyse de situation a été lancée pour faire le point sur le projet et son avenir. 

La poursuite de la mission de base de ftth fr nécessiterait un apport de fonds supplémentaires estimé à quelque 300 millions de francs. Or, l’évolution technologique rapide a permis d’atteindre pour une très large part les objectifs en prestations très haut débit par une combinaison de fibres FTTH et d’autres technologies. Par ailleurs, le succès commercial de ftth fr SA n’atteint pas le niveau espéré en 2012 : les hypothèses de location du réseau de fibre optique ne sont pas remplies, alors que le développement du réseau principal, qui occasionne l’essentiel des coûts, suit la cadence initialement prévue (la moitié des fibres optiques tirées est actuellement utilisée et dégage un chiffre d’affaires). Le niveau de prix ne permet pas à ftth fr SA de dégager le bénéfice nécessaire à l’autofinancement du développement du réseau. Le Conseil d’administration de ftth fr SA a décidé d’abandonner la dynamique d’équipement systématique du territoire, en réservant le développement à des situations particulières, notamment dans les zones déjà équipées.

L’objectif de l’Etat est de s’assurer que la population fribourgeoise dispose d’un accès à des réseaux à haut débit et non pas de défendre une technologie parmi d’autres. L’évolution des technologies réduit la certitude à long terme de la rentabilité de la fibre optique. Le fossé numérique est déjà quasiment comblé par des technologies alternatives qui seront suffisantes à moyen terme et les autres opérateurs se chargeront du développement des technologies idoines pour le raccordement en haut et très haut débit du canton.

Le Conseil d’Etat a donc décidé de renoncer à dégager les moyens financiers très importants nécessaires pour mener à bien la stratégie de ftth fr SA après le départ de Swisscom. La 3ème tranche du prêt de l’Etat (15 millions de francs) ne sera dès lors pas libérée.

Actualités liées