Jean-François Steiert, Vice-président, Conseiller d'Etat

Présentation de Jean-François Steiert, Conseiller d'Etat, Directeur de l'aménagement, de l'environnement et des constructions

Jean-François Steiert, vice-président du Conseil d'Etat
Jean-François Steiert, vice-président du Conseil d'Etat © Tous droits réservés - Stemutz
  • né en 1961, de Rickenbach / TG
  • lic. ès lettres
  • domicilié à Fribourg
  • en fonction depuis 2016
  • parti socialiste
  • en couple avec Manon Delisle, 2 enfants
  • activité antérieure: conseiller national, délégué intercantonal à la formation

Responsable de la

Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions DAEC
Rue des Chanoines 17
1701 Fribourg
Plan de situation
T +41 26 305 36 04
F +41 26 305 36 09
Contact

Services de la DAEC

Suppléant: Maurice Ropraz

Jean-François Steiert est président de la Délégation des travaux publics et de l'environnement

Liens d'intérêts

Eléments biographiques

Né le 7 février 1961 à Berne, originaire de Rickenbach (TG). Catholique. Fils de Wolfgang, médecin et de Sébastienne, née Binz, professeur de piano. Il vit à Fribourg avec sa compagne Manon Delisle, fille de Jean-Pierre, professeur à l’EPFL, et leurs deux filles. Il est l’aîné de trois frères dont le second, Thierry Steiert, est conseiller communal (2011) puis syndic (2016) de la Ville de Fribourg. Son grand-père maternel est René Binz, conservateur chrétien-social, qui a été vice-chancelier (1924-1933) puis chancelier de l’Etat de Fribourg (1933-1969).

Jean-François Steiert grandit dans un environnement bilingue, parlant français à la maison mais faisant ses classes en allemand, puis poursuivant ses études en français au Collège Saint-Michel en obtenant un baccalauréat scientifique (type C) en 1978. Il achève sa formation d’historien en 1989 par une licence en Lettres à l’Université de Fribourg, ce qui l’amène à collaborer notamment au Dictionnaire historique de la Suisse.

Durant ses moments de loisirs, il aime ainsi à jouer du piano, de la clarinette ou de la flûte, de même qu’à pratiquer le cyclisme, la marche en montagne, le ski de piste et de randonnée, la natation ou les échecs dont il est un fin connaisseur. Il est membre du club d’échecs de Guin. Il a affronté, lors d’un tournoi d’échecs par équipes opposant l’équipe du parlement suisse et celle de la Douma russe, l’ancien champion du monde Anatoly Karpov.

Il participe, de 1983-1991, à plusieurs projets coopératifs (logement, énergie, mobilité, jeux, etc.) puis collabore en français comme en allemand à divers quotidiens et autres publications. Dès 1992, il travaille comme collaborateur scientifique au Centre universitaire de recherche sur le plurilinguisme à Berne. Il est successivement secrétaire central et chargé de presse du Parti socialiste suisse (1993) puis, cinq ans plus tard, secrétaire général de ce parti ainsi que de son groupe à l’Assemblée fédérale (1998). En 2000, il est collaborateur personnel de la cheffe du Département de la formation et de la jeunesse du Canton de Vaud avant d’être nommé, le 1er août 2002, délégué aux affaires intercantonales pour ce même département. Le 1er juin 2005, il est élu président de la Conférence des secrétaires généraux de la Conférence intercantonale de l’Instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).

Membre du Conseil général de la Ville de Fribourg de 1991 à 2001 et du Grand Conseil fribourgeois de 2002 à 2007, il assume notamment la vice-présidence de la commission des fusions.

Il accède au Conseil national le 1er septembre 2007 à la suite au décès de Liliane Chappuis. C’est en cours de législature également qu’il quittera cette institution, le 26 février 2017, à cause de son élection au Conseil d’Etat fribourgeois (2016). Parlementaire reconnu influent par la presse et par ses collègues, il s’engage en particulier sur les dossiers ayant trait à la formation, à la santé, au social ou à l’environnement. Il est membre de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique ainsi que de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture. Il est co-président du groupe parlementaire Suisse-Russie et du groupe parlementaire de la culture. Il s’implique dans de nombreuses associations ou fondations comme Pro Vélo Suisse, la Ligue fribourgeoise contre le cancer, la fondation Les Buissonnets, le Centre de formation continue pour les adultes handicapés, la Société suisse pour la politique de la santé (présidence), la Fédération suisse des services aux patients (vice-présidence). Il est le meilleur élu fribourgeois au Conseil national en 2015, jouant le rôle de locomotive électorale.

Il se présente une première fois en 2006 à l’élection au Conseil d’Etat. En 2013, il s’incline de peu lors d’une élection complémentaire qui l’oppose au démocrate-chrétien Jean-Pierre Siggen, manquant de faire basculer à gauche la majorité au sein de l’Exécutif cantonal. Jean-François Steiert accède au Conseil d’Etat lors de l’élection du 27 novembre 2016, meilleur élu de l’alliance de gauche qui sauve ses trois sièges lors du second tour. Il prend la tête de la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC).

Il a mené à bout le Plan Directeur cantonal en matière d’Aménagement du Territoire, le concept d’amélioration ferroviaire et la loi sur le « littering » (déchets jetés au sol).

Il y a de nombreux objets en cours de planification ou de réalisation : le projet d’aménagement d’un nouveau pôle urbain sur le site de Bertigny-Chamblioux, au centre du Grand Fribourg, avec la couverture de l’autoroute qui coupe aujourd’hui le centre cantonal, des routes de contournement de localités, la liaison Marly-Matran avec un pont comparable en longueur à celui de la Poya,  le plan sectoriel pour les vélos (150 millions de francs) ou encore la mise en place d’une stratégie immobilière propriétaire de l’Etat.

Le conseiller national Jean-François Steiert est élu au Conseil d’Etat en 2016, lors du second tour, avec les candidats de la gauche. Il devient le Directeur de l’Aménagement, de l’Environnement et des constructions. Le programme gouvernemental 2017-2022 demande à toutes les directions de remplir trois objectifs :

  1. Fribourg s’impose comme un pôle économique et d’innovation.
  2. Fribourg renforce le centre cantonal.
  3. Fribourg fait la révolution 4.0.

La DAEC reçoit quatre missions spécifiques. La première est d’aménager efficacement le territoire. La deuxième est d’adapter les infrastructures aux besoins croissants. La troisième est de favoriser la mobilité durable. La quatrième est de préserver les ressources naturelles. La DAEC est en charge du plan directeur cantonal pour l’aménagement du territoire. Les experts prévoient 150'000 habitants de plus jusqu’en 2050. Le défi principal est de concilier la densification de l’habitat et des activités avec une amélioration de la qualité de vie, qui passe aussi par le renforcement des transports publics et de la mobilité douce dans les déplacements. Le nouveau Plan directeur cantonal adopté par le Conseil d’Etat le 2 octobre 2018 donne le cadre pour réaliser cet objectif dans l’ensemble du canton. Le projet de couverture de l’autoroute entre Chamblioux et Bertigny permettrait d’abriter 20'000 à 30'000 personnes et des zones d’activité pour celles-ci. Il est destiné à mettre en œuvre de manière exemplative et novatrice des solutions concrètes à ce défi. Le Directeur de la DAEC doit gérer un réseau de la fibre optique à établir dans tout le canton, dans un partenariat unissant l’Etat, Groupe E, Gruyère Energie, IB Murten. Un contrat unifiait cette entité « FTTH FR SA » avec Swisscom qui l’a rompu en 2016.

Jean-François Steiert défend avec succès, en 2017, la modification de la loi sur l’Aménagement du Territoire et des Constructions (LATeC) qui introduit l’application FRIAC (FRIbourg Autorisation de Construire). Il défend avec succès trois décrets devant le Grand Conseil. Le premier concerne un crédit d’études sur la future transformation de l’Hôpital cantonal (1,4 million de francs). Le deuxième permet d’acquérir l’immeuble et les terrains d’Elanco à Saint-Aubin (20 millions de francs). Le troisième est un crédit routier à Châtel-Saint-Denis, permettant de supprimer un passage à niveau (23 millions de francs).

En 2018, Jean-François Steiert fait passer une modification de la loi sur les déchets afin de mieux lutter contre le « littering » (déchets sauvages). Le Directeur de la DAEC obtient l’assentiment du Grand Conseil pour quatre décrets. Le premier permet de corriger la route au lieu-dit « En Bataille », près de Broc (5,8 millions de francs). Le deuxième sert la même cause pour la route intercantonale entre Riederberg et Boltigen (10 millions de francs). Le troisième concerne des travaux à la jonction autoroutière de Matran (6,7 millions de francs). Le quatrième permet d’acheter le bâtiment de Swisscom à Fribourg (33 millions de francs). Il renforce par ailleurs l’offre en transports publics sur le rail et la route et fait adopter le nouveau Plan directeur cantonal visant notamment à stopper le mitage du territoire ainsi que le Plan sectoriel vélo pour la réalisation d’infrastructures cyclables dans l’ensemble du canton.