Archives en ligne

Les documents des Archives de l'Etat déjà consultables en ligne: 

Manuscrits

Dans le cadre du projet e-codices.ch (bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse) piloté par l'Institut d'études médiévales de l'Université de Fribourg, les Archives de l'Etat ont fait numériser quelques-uns de leurs plus beaux manuscrits médiévaux. 

Sur le site du projet, vous trouverez une description de chaque manuscrit et la possibilité de feuilleter la collection complète des images en haute résolution de ces pièces d'archives numérisés.

Le Miroir de Souabe

Cote: Législation et variétés 42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le manuscrit du „Schwabenspiegel“ fut commandé en 1410. Il contient une collection des droits et coutumes des terres et fiefs, en usage en Allemagne du sud et dans la région de l’actuelle Suisse allemande. A la suite, sont ajoutés des livres de la Bible: les Rois et Macchabée, ainsi que la première traduction allemande de la Handfeste (la lettre des privilèges et franchises) de la ville de Fribourg de 1249. Le manuscrit a la particularité de contenir une miniature représentant l’étendard de la ville de Fribourg qui, pour la première fois, arbore ses couleurs actuelles, le blanc et le noir.

Le premier livre des bourgeois / Livre des bourgeois 1 (1341-1416)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Archives d'Etat de Fribourg possèdent toute une série de livres des bourgeois. Le premier et le second livres des bourgeois recouvrant la période allant de 1341 à 1769 sont les plus importants. Les livres des bourgeois permettent d'observer la bourgeoisie de la ville de Fribourg: d'une bourgeoisie très ouverte pour des raisons économiques au tournant des XIVe et XVe siècles, vers une fermeture progressive, jusqu'à un patriciat refermé sur lui-même durant le XVIIIe siècle. Avec ces livres des bourgeois, c'est-à-dire avec l'inscription contrôlée des nouveaux bourgeois sur des listes, qui peuvent avoir depuis l'origine la forme d'un livre, les villes surtout de grande et moyenne taille–qui connaissent une évolution politique et économique certaine à la fin du Moyen Age- réagirent à l'essor démographique, à l'immigration et aussi à la grande peste (milieu du XIVe s.), qu'elles cherchent ainsi à réguler. Le premier livre n'avait pas été planifié mais résulte de l'assemblage de fascicules isolés peut-être reliés en 1416.

Le deuxième livre des bourgeois / Livre des bourgeois 2 (1416-1798)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier et le second livres des bourgeois recouvrant la période allant de 1341 à 1769 sont les plus importants. Les livres des bourgeois permettent d'observer la bourgeoisie de la ville de Fribourg: d'une bourgeoisie très ouverte pour des raisons économiques au tournant des XIVe et XVe siècles, vers une fermeture progressive, jusqu'à un patriciat refermé sur lui-même durant le XVIIIe siècle. Avec ces livres des bourgeois, c'est-à-dire avec l'inscription contrôlée des nouveaux bourgeois sur des listes, qui peuvent avoir depuis l'origine la forme d'un livre, les villes surtout de grande et moyenne taille–qui connaissent une évolution politique et économique certaine à la fin du Moyen Age- réagirent à l'essor démographique, à l'immigration et aussi à la grande peste (milieu du XIVe s.), qu'elles cherchent ainsi à réguler. Le second livre fut commencé en 1416 à la suite d'une planification consciente du chancelier de la ville, Petermann Cudrefin, qui avait rédigé depuis 1396 le premier livre et l'avait trouvé très “désordonné”.

Le Livre des Drapeaux

Cote: Législation et variétés 53

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1646, le Petit Conseil de Fribourg confie à Pierre Crolot, artiste franc-comtois, la tâche de reproduire les drapeaux et bannières prises par les troupes fribourgeoises lors des campagnes du Sundgau, de Bourgogne et d’Italie (fin XVe – début XVIe siècle) et exposés jusqu’alors dans l’église Saint-Nicolas. On perd la trace de ces objets en 1822, à l’exception de trois chapes de l’ordre bourguignon de la Toison d’Or (exposées aujourd’hui au château de Gruyères). Le livre contient quarante-deux enluminures : trois frontispices présentant les armes de la ville, de ses bailliages et les armoiries des membres du Petit Conseil, trente planches figurant les bannières et neuf planches représentant des pièces d’habillement et des tapisseries de Bourgogne. Le livre des Drapeaux est à la fois un objet d’art, un précieux document sur des objets disparus, et un témoignage de la gloire des troupes fribourgeoises à la fin du moyen âge. 

Le Katharinenbuch

 Cote: Stadtsachen A 596

 

 

 

 

 

 

 

 

Le «Schulordnung und Satzungen der neuaufgerichteten und reformierten Schule zu Freiburg im Üchtland» (dit "Katharinenbuch"), contient les ordonnances pour une école supérieure, telle qu’elle aurait dû être fondée à Fribourg durant la Réforme catholique, selon le modèle des écoles réformées. Peter Schneuwly (1540-1597), qui a probablement lui-même fréquenté les écoles de Fribourg, peut en être considéré comme l’auteur. Depuis 1557, il suivit des études à Fribourg-en-Brisgau où il obtint un Magister artium. Depuis 1564, il fit partie des clercs du Chapitre de Saint-Nicolas à Fribourg ; en 1565, il devint chanoine et en 1566, prédicateur dans la ville. C’est durant cette période que se situent aussi les premiers travaux préparatoires du "Katharinenbuch". Entre 1577 et 1597, Schneuwly fut vicaire général du diocèse de Lausanne et, entre 1578 et 1587, prévôt de Saint-Nicolas. Le "Katharinenbuch" est aussi le document de fondation de la Chambre des scolarques de la ville de Fribourg. La réforme scolaire à laquelle aspirait Schneuwly n’est jamais entrée en vigueur, puisqu’en 1580, sur l’initiative de Schneuwly lui-même, les Jésuites, auxquels fut confié l’ensemble du système scolaire supérieur, furent appelés à Fribourg.

Les antiphonaires du Chapitre de St-Nicolas à Fribourg

Antiphonaire CSN III.3.7, p. 4

Accès directes aux 8 volumes:

 

Les 8 (2 x 4) antiphonaires du Chapitre de St-Nicolas de Fribourg (érigé en 1512) comportent les parties chantées de l’office, avec notations musicales et le texte correspondant à l’Ordinaire de Lausanne. La fabrication de cette œuvre monumentale de 1’600 feuillets de parchemin de format grand-folio est entamée au plus tard en 1509 et terminée vers 1517 par le maître Ruprecht (Fabri) à Fribourg. L’ornementation des livres et les miniatures sont l’œuvre de Jakob Frank du Couvent des Augustins de Fribourg. Les reliures proviennent de l’atelier franciscain de Fribourg et datent du 16e siècle. Récemment, les 8 volumes ont été restaurés aux frais du Chapitre. Ces documents merveilleux et uniques, trésor inestimable du pays de Fribourg, sont conservés, avec les archives du Chapitre de St-Nicolas, aux Archives de l’Etat de Fribourg. Pour plus d'information voir également l'article sur l'exposition des antiphonaires en 2012.

Registrum Lombardorum

Cote: RN 9/1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le RN 9/1 est le plus ancien registre de notaire conservé aux Archives de l’état de Fribourg et est issu de l’étude notariale de Pierre Nonans. Deux parties distinctes composent le registre. Les 110 premiers folios constituent une partie « normale », enregistrant des affaires allant du 1er février 1356 (n. st.) au 21 mars 1359 (n. st.). La seconde partie commence à l’envers au folio 123 et va jusqu’au fol. 110, de telle sorte que les deux textes se rejoignent tête-bêche au fol. 110r. Cette seconde partie constitue un registre spécial (fol. 110-123), qui enregistre les emprunts souscrits entre le 1er mars 1356 (n. st.) et le 20 mars 1359 (n. st.) auprès des lombards de Fribourg, prêteurs d’argent d’origine lombarde établis à Fribourg dès la fin du XIIIe siècle, et qui porte le nom de Registrum Lombardorum. C’est sous cette appellation que l’ensemble du registre a été désigné par l’historiographie.

Les recensements de la population du canton de Fribourg de 1811 - 1880

Un premier recensement en 1799
Dans le canton de Fribourg, le premier recensement, au sens moderne du terme, n'a été établi qu'en 1799. Ce décompte des habitants du canton ordonné par le Gouvernement helvétique ne mentionne pas toujours de façon exacte le nombre d'habitants de chaque village.

  • Consultable aux AEF sous la cote AEF, Imprimés 984
    (brochure imprimée de 38 p.)

Les recensements cantonaux et fédéraux de 1811 à 1880
L'Acte de Médiation de 1803 obligea les cantons à fournir 1% de leur population - pourcentage augmenté par la suite - pour le contingent cantonal auprès de l'armée fédérale. Pour disposer de données exactes, Fribourg ordonna, en 1811, un premier recensement cantonal complet, détaillé et précis. Ces recensements furent renouvelés en 1818, 1831, 1834, 1836, 1839, 1842, 1845.
A partir de 1850, et tous les dix ans, la Confédération suisse organisa des recensements fédéraux. Les Archives de l'Etat de Fribourg ont conservé les feuilles originales des recensements de 1850, 1860, 1870 et 1880. Les recensements des années qui suivent n'ont été conservés que sous la forme de statistiques publiées.

Pour en savoir plus voir l'entrée sur les recensements aux AEF dans l'inventaire en ligne 

Les recensements sur Familysearch

Les recensements de 1811 à 1880 en ligne
En collaboration avec l'organisation Familysearch.org les AEF ont fait numériser l'intégralité des recensements de 1811 à 1880 et l'Institut Fribourgeois d'Héraldique et de Généalogie (www.ifhg.ch) a indexé par nom l'entièreté des recensements pour l'année 1834.

Cette source importante concernant la population fribourgeoise est désormais disponible sur le site de Familysearch sous forme de scans des feuilles remplies à la main par les agents de l'Etat.

L'accès direct aux recensements fribourgeois:

Les recensements sont organisés par commune et par ménage. L'enregistrement de chaque individu peut comprendre le nom, le lieu de naissance, l'âge, le statut marital et la profession.

Accès à l'ensemble des recensements fribourgeois numérisés:

Grâce au travail d'indexation par les membres de l'Institut Fribourgeois d'Héraldique et de Généalogie, il existe depuis 2015 également la possibilité de chercher d'après les noms et prénoms dans les recensements pour l'année 1834 (des travaux d'indexation des recensements de 1880 sont en cours):

L'enquête Stapfer de 1799

Cette enquête sur la situation des écoles en Suisse de 1799 s'inscrit parmi toute une série d'enquêtes lancées par la jeune République Helvétique pour évaluer la situation du pays. Initiée par Philipp Albert Stapfer (1766-1840), ministre des arts et des sciences, l'enquête consistait en un questionnaire avec 60 questions adressées directement à tous les maitres et maitresses d'école en Suisse et non au curés, typiquement responsables de l'éducation dans l'ancien régime.

Le projet "Stapfer-Enquête 1799" a pour but d'éditer l'ensemble de près de 2500 réponses sous forme d'une base de données en ligne qui présente les originaux aussi bien que des transcriptions. En plus, plusieurs travaux de recherches sont en cours à ce sujet. 

Depuis février 2014 les questionnaires fribourgeois des AEF sont accessibles en ligne. Malheureusement seulement env. 68 questionnaires de notre canton ont été conservés aux AEF. Ils sont accessibles sous le lien suivant:

Presse suisse en ligne

Presse suisse en ligne (PSEL) est le site des journaux suisses numérisés par la Bibliothèque nationale suisse et ses partenaires permettant des recherches par thèmes, mots-clés ou par date, dans un ou plusieurs journaux à la fois.

Vous trouverez sur le site une sélection de la presse fribourgeoise, dont presque toutes les éditions de La Liberté, mais également les plus anciens numéros des Freiburger Nachrichten et de La Gruyère, parmi d'autres. Les originaux sont conservés à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg ainsi qu'aux AEF.
L'accès au site est libre et présente l'avantage de pouvoir effectuer des recherches plein texte.

Accès directe aux numéros par année :