11 Janvier 2021 -10h24

Malgré la crise du COVID-19, l’année 2020 a été fructueuse pour les chercheurs et chercheuses du Musée d’histoire naturelle de Fribourg. Plus d’une dizaine d’articles scientifiques ont été publiés dans des revues internationales. Les sujets de ces travaux allaient des arbres reliques rares et des pavots arctiques, aux plantes aquatiques menacées. Les résultats publiés élargissent non seulement nos connaissances sur ces organismes, mais aident également à protéger ces espèces en grande partie menacées d'extinction.

Zelkova abelicea
Zelkova abelicea © Tous droits réservés - Gregor Kozlowski

Un des travaux les plus originaux de cette année 2020 portait sur le mécanisme et la vitesse de vol des fruits du Zelkova de Crète (Zelkova abelicea), une espèce d’arbre endémique de l’île grecque. L’étude a été menée en collaboration avec le Jardin botanique de l’Université de Fribourg (Suisse), ainsi qu’avec l’Université d’Édimbourg (Royaume-Uni). Elle a été récemment publiée dans l’American Journal of Botany.

Le Zelkova de Crète, étroitement apparenté à nos ormes, a une propriété unique : il propage non seulement ses fruits individuellement, mais également à l’aide de courtes pousses annuelles qui tombent complètement de l’arbre en automne avec les feuilles et les fruits attachés. Cette méthode de dispersion n'est connue dans aucun autre groupe de plantes à fleurs. Elle n’a guère été étudiée et est mal documentée.

Zelkova abelicea
Zelkova abelicea © Tous droits réservés - Gregor Kozlowski
Zelkova abelicea
Dispersal units Zelkova abelicea
Dispersal units Zelkova abelicea © Tous droits réservés - Gregor Kozlowski
Dispersal units Zelkova abelicea

Les Zelkova peuvent ainsi se répandre sur des distances relativement longues. Certes, les fruits de cette espèce d’arbre ainsi équipés volent légèrement moins bien que ceux des érables, mais bien mieux par exemple que ceux des frênes. Chacune de ces branches volantes est différente, parfois plus longue ou plus courte, et parfois à trois ou six feuilles. Cela leur permet d'atteindre une distance de vol très variable et de couvrir une zone de quelques centaines de mètres autour de la plante mère.

Les Zelkova sont donc parfaitement adaptés pour atteindre tous les habitats avoisinants et appropriés des montagnes crétoises. Cependant, ils ne quitteront jamais l’île de cette manière. Cette espèce très ancienne a atteint et colonisé la Crète il y a plusieurs millions d’années, lorsque le niveau de la Méditerranée était plus bas et que la Crète était reliée au continent par des ponts terrestres. Aujourd’hui, elle est, dans une certaine mesure, piégée sur l’île.

Gregor Kozlowski