26 septembre 2015 : Journée du bilinguisme

  • Programme de la 1ère édition de la Journée du bilinguisme

Fribourg, le canton à la couture des langues

Le canton de Fribourg est l’un des trois cantons officiellement bilingue de la Suisse, avec les cantons de Berne et du Valais. Avec sa capitale, Fribourg, située sur la frontière linguistique, il compte 63% de francophones et 29% de germanophones (recensement de 2000). Si la majorité de la population n’est pas bilingue, les deux langues cohabitent sereinement.  

Témoignages

Faits

  • Le français et l’allemand sont les deux langues officielles du canton de Fribourg qui compte plus de 270’000 habitants;
  • 63% de la population est francophone, 29% est germanophone (voir la carte)
     

Un peu d'histoire

Le canton de Fribourg est un des trois cantons officiellement bilingues de Suisse, avec Berne et le Valais. Il est entré dans la Confédération suisse en 1481. La capitale cantonale Fribourg est située sur la couture des langues. Le canton compte sept districts. Cinq sont francophones (la Sarine, la Glâne, la Gruyère, avec la commune alémanique de Jaun/Bellegarde, la Veveyse, la Broye), le Lac étant bilingue et la Singine germanophone.

Depuis des siècles, l’allemand et le français sont parlés dans ce territoire à cheval sur la Sarine. L’allemand a ainsi été la langue du Gouvernement de 1483 à 1798. De 1798 à 1856, il y a un bilinguisme de fait: le français (1798-1814, 1831-1856) ou l’allemand (1814-1830) était la langue du Gouvernement et les textes officiels traduits dans l’autre langue. De 1857 à 1990, le français et l’allemand sont les langues officielles, la version française faisant foi. Depuis 1991, français et allemand sont à égalité (source: DHBS).

Chaque texte officiel est ainsi traduit dans les deux langues partenaires. L’article 17 de la Constitution précise que «celui qui s’adresse à une autorité dont la compétence s’étend à l’ensemble du canton peut le faire dans la langue officielle de son choix».

Fribourg est le seul canton en Suisse à avoir imposé, par la voie constitutionnelle (Constitution, art. 64), l’enseignement d’une langue nationale, en l’occurrence sa deuxième langue officielle, comme première langue étrangère. Cette volonté s’inscrit dans le contexte de la compréhension mutuelle entre les deux communautés linguistiques.

Ce que disent la Constitution et la législation

  • Langue parlée

Le français et l’allemand sont les langues officielles du canton. Leur utilisation est réglée dans le respect du principe de la territorialité: l’Etat et les communes veillent à la répartition territoriale traditionnelle des langues et prennent en considération les minorités linguistiques autochtones.

La langue officielle des communes est le français ou l’allemand. Dans les communes comprenant une minorité linguistique autochtone importante, le français et l’allemand peuvent être les langues officielles.

L’Etat favorise la compréhension, la bonne entente et les échanges entre les communautés linguistiques cantonales. Il encourage le bilinguisme. Le canton favorise les relations entre les communautés linguistiques nationales.

La liberté de la langue est garantie.

(Référence: art. 6 et 17 de la Constitution)

  • Relation avec les autorités cantonales

Celui qui s’adresse à une autorité dont la compétence s’étend à l’ensemble du canton peut le faire dans la langue officielle de son choix.
 

  • Lors d’une procédure judiciaire

Langue de la procédure
En général, la procédure a lieu en français ou en allemand.
En particulier, la procédure a lieu :
a) dans les arrondissements de la Sarine, de la Gruyère, de la Glâne, de la Broye et de la Veveyse en français ;
b) dans l'arrondissement de la Singine en allemand ;
c) dans l'arrondissement du Lac en français ou en allemand, en procédure pénale selon la langue officielle du ou de la prévenu e et en procédure civile selon la langue officielle de la partie défenderesse.

Devant les autorités dont la compétence n'est pas liée à un arrondissement, la langue est celle qu'utiliserait le tribunal d'arrondissement compétent.
En seconde instance, la procédure a lieu dans la langue de la décision attaquée.

Des cas particuliers sont prévus pour la procédure civile.

(Référence: Art. 115, Loi du 31 mai 2010 sur la justice (LJ) (RSF 130.1)

  • Ecole et enseignement

L’enseignement est donné en français dans les cercles scolaires où la langue officielle est le français, et en allemand dans les cercles scolaires où la langue officielle est l’allemand.

Lorsqu’un cercle scolaire comprend une commune de langue officielle française et une commune de langue officielle allemande, ou une commune bilingue, les communes du cercle scolaire assurent la fréquentation gratuite de l’école publique dans les deux langues.

L’inspecteur scolaire peut, pour des raisons de langue, autoriser un élève à fréquenter l’école d’un cercle scolaire autre que le sien. 

(Référence: Art. 7 et 9b de la Loi du 23 mai 1985 sur l’école enfantine, l’école primaire et l’école du cycle d’orientation (loi scolaire) RSF 411.0.1)

Formation et institutions

  • Université

L’Université de Fribourg est l’une des rares universités européennes à utiliser plus d’une langue d’enseignement. Elle est même la seule à employer de façon conséquente deux langues, dans le cadre de l’enseignement comme au sein de l’administration. Si l’Université fribourgeoise se distingue par son bilinguisme dès ses débuts – avec la possibilité d’étudier en allemand et en français – le concept d’études bilingues est plus récent. L’Université cultive en effet une politique ambitieuse propre à faire du bilinguisme – et du plurilinguisme – un atout de l’institution. Elle s’est lancée depuis quelques années dans le développement de nombreuses voies d’études bilingues débouchant sur des diplômes et des licences bilingues.

Certes, s’il est possible d’effectuer des études dans une seule langue, une formation bilingue est encouragée. Et pour de nombreux étudiants, cette perspective d’ouverture à d’autres langues et cultures est une des raisons qui les poussent à choisir Fribourg comme lieu d’études. L’Université n’est d’ailleurs pas un établissement destiné à des étudiants déjà bilingues. Des multiples moyens sont proposés aux étudiants qui souhaitent améliorer leurs connaissances linguistiques durant leur parcours universitaire.

  • Institut de plurilinguisme

Fondé en 2008, l’Institut de Plurilinguisme est le fruit d’une collaboration entre l’Université de Fribourg et la Haute Ecole pédagogique de Fribourg. C’est dans l’élan de la création voulue par le Conseil d’Etat – en 2007 – de la Fondation pour la recherche et le développement du plurilinguisme que l’institut s’est constitué. La démarche a été couronnée en juin 2010 par la décision du Conseil fédéral d’attribuer à Fribourg le Centre de compétence national du plurilinguisme, institution issue de la loi fédérale sur les langues.
L’institut de plurilinguisme se consacre à l’étude du plurilinguisme, dans toutes ses dimensions sociales, linguistiques, politiques, économiques et pédagogiques. Ses recherches portent en priorité sur les domaines de l’école et de l’enseignement, de la migration, des milieux de travail ainsi que sur l’évaluation des compétences langagières.
L’Institut de Plurilinguisme, situé à la rue de Morat à Fribourg, collabore avec de nombreux partenaires en Suisse et à l’étranger. 

  • Bilinguisme à l’école

L’école fribourgeoise a toujours placé l’apprentissage de la langue partenaire – l’allemand pour les francophones, le français pour les germanophones, au cœur de ses priorités. Les élèves fribourgeois étudient une deuxième langue dès la 3e année primaire et les plus jeunes y sont progressivement sensibilisés dès l’école enfantine, grâce à des activités d’éveil et d’ouverture aux langues étrangères.
Le Conseil d’Etat a renforcé ses efforts en matière d’apprentissage des langues en présentant en 2009 un Concept cantonal de l’enseignement des langues, à tous les niveaux de l’école obligatoire, avec des prolongements vers le gymnase et la formation professionnelle. L’ambition est de saisir toutes les opportunités d’apprendre durant et après la scolarité obligatoire. Ce concept en neuf propositions poursuit l’objectif de l’acquisition d’une langue partenaire – ou étrangère  - utile, utilisable et utilisée. La mise en œuvre de ce programme ambitieux doit se prolonger jusqu’en 2014.
S’appuyant sur la réalité vécue dans les écoles fribourgeoises, le Concept cantonal  comprend notamment les objectifs suivants : développement des échanges scolaires, de la dixième année linguistique, conduite de projets linguistiques visant l’intégration de séquences d’enseignement en utilisant les deux langues, instauration de classes bilingues à l’échelle du CO.

Médias et bilinguisme

Dans le canton de Fribourg, on peut s’informer dans les deux langues.

Soit simultanément en français et en allemand, par exemple en consultant la Feuille officielle du canton de Fribourg / Amtsblatt des Kantons Freiburg, en lisant Le Lac ou en parcourant le site officiel de l’Etat www.fr.ch.

Soit en français ou en allemand, avec plusieurs médias pour les deux langues : 

La direction et la rédaction de RadioFR sont bilingues, tout en diffusant deux programmes distincts.