Classeur des familles

Pour répondre à :

  • vos Questions
  • vos Difficultés
  • vos Recherches d'informations

Violence domestique

Violence domestique

On est en présence de violence domestique dès lors qu’une personne exerce ou menace d’exercer une violence physique, psychique ou sexuelle au sein d’une relation familiale, conjugale, de concubinage ou encore de partenariat enregistré, que cette relation soit en cours ou dissoute.

 

Aucune violence n’est admissible, ni tolérable, ni excusable. Outre la prévention de celle-ci et l’aide aux victimes, l’Etat a mis en place un système de sanctions, dont les mécanismes diffèrent selon que la victime est un-e adulte ou un-e enfant  et selon la gravité des actes de violence exercés.

La protection contre la violence, ainsi que la prévention de celle-ci, commandent une approche différente selon que la victime est un-e enfant ou un-e adulte. Les enfants bénéficient d’une protection spécifique contre la violence et la maltraitance. Les personnes mariées, pacsées, séparées, divorcées ou encore en concubinage, en cours ou dissout.
 
Un climat familial où sévit la violence engendre de graves problèmes chez les adultes qui la subissent (le plus souvent des femmes), ainsi que chez les enfants, même si cette violence n’est pas dirigée directement contre eux. Il est donc important que les personnes concernées par ce problème trouvent le courage d'en parler. Des services et associations sont spécialisés dans la protection et l’accompagnement des personnes victimes d'actes de violence.

On distingue plusieurs formes de violence domestique qui peuvent être exercées seules ou en association : La violence physique • La violence sexuelle • La violence psychique • La violence sociale • La violence économique

La violence domestique est souvent assimilée à la violence contre les femmes dans les relations de couple. Pourtant, la notion de violence domestique est beaucoup plus large puisqu’elle englobe la violence contre les femmes/hommes dans les relations de couple et les situations de séparation; la violence contre les enfants et les adolescent-e-s au sein de la famille; la violence contre les personnes âgées dans le cadre familial; ainsi que la violence entre frères et soeurs. 
 
Les actes de violence sont réprimés par la loi, qu'ils soient commis dans l'espace public ou dans la sphère privée. Selon la gravité de l'infraction, la poursuite pénale aura lieu d’office ou au contraire sur plainte.

Les enfants bénéficient d'une protection particulière en raison de leur rapport de dépendance à l'égard des adultes.

A côté de la répression pénale, il existe d'autres moyens légaux pour se protéger contre les violences subies, éviter les récidives et/ ou encore se faire indemniser: il s'agit de l'action civile et/ou des mesures mises en place par la Loi sur l'aide aux victimes d'infractions (LAVI).

Conseils : que faire si vous êtes victime de violence dans le couple et/ ou d’une agression sexuelle ?

A télécharger

Télécharger