Présentation

La Chancellerie d'Etat se compose de neuf secteurs, trois services subordonnés et deux autorités rattachées administrativement (voir l'organigramme). Elle est dirigée par la Chancelière d'Etat, Danielle Gagnaux-Morel.

Sis à la Rue des Chanoines, le bâtiment de la Chancellerie d’Etat est chargé d’histoire. L’historique disponible ci-dessous permet de découvrir cette bâtisse.

La Chancellerie d'Etat, façade sud du bâtiment central, 1737 et 1827, les deux annexes, 1843

La Chancellerie d'Etat, façade sud du bâtiment central, 1737 et 1827, les deux annexes, 1843

Historique du bâtiment

I. La Chancellerie primitive : une construction modeste

Egalement appelée Secreterie, la Chancellerie primitive a vu le jour entre 1483 et 1484, à l’emplacement de la Chancellerie actuelle. Elle découlait de l’adjonction, en 1481, d’immeubles contigus. Lors de l’année 1602, le bâtiment est agrandi d’une nouvelle maison. Le plan Martini, réalisé en 1606, représentait la façade méridionale de la bâtisse. On y apercevait les armes de l’Etat. Quoique déjà important pour le quartier, le bâtiment restait relativement simple pour la ville de Fribourg.

II. La Chancellerie actuelle : un bâtiment chargé d’Histoire

Parmi les plus remarquables constructions de la période patricienne, l’actuelle Chancellerie d’Etat a été bâtie entre 1734 et 1737. Un rehaussement de la Chancellerie primitive était initialement prévu. Toutefois, un incendie survenu en 1728 dans les maisons voisines poussa les autorités à construire un nouveau bâtiment. Ainsi, en 1737, les travaux débutés trois ans plus tôt s’achevèrent avec la mise en place de la corniche à décrochement portant la date de fin du chantier. La construction de cette bâtisse, qui comptait alors deux étages, est l’œuvre du tailleur de pierres officiel, Hans Fasel l’Ancien. Elle lui valu de voir ses initiales, H.F.W.M (Hans Fasel Werk Meister), inscrites sur la façade. Les travaux furent réalisés sous la responsabilité de l’édile de l’époque, Jean-Nicolas de Montenach. Depuis, la Chancellerie a subi de nombreuses modifications pour revêtir son apparence actuelle :

  • En 1828, elle est rehaussée d’un étage. La corniche est alors déplacée et est désormais ornée de deux lions tenant les armes de l’Etat. Cette sculpture a été réalisée par Joseph Tschupphauer. 
  • En 1843, l’Etat acquière deux maisons voisines, appartenant au boucher Jaeggly. Il ajoute ainsi deux annexes au bâtiment initial. 
  • En 1875, l’annexe orientale est rehaussée d’un étage. 
  • De 1901 à 1903, suite au déménagement des archives de l’Etat de Fribourg, la grande remise de l’annexe orientale est réaménagée. Les portails du rez-de-chaussée sont remplacés par cinq fenêtres.
  • En 1954, la façade est entièrement restaurée. 
  • En 1965, l’Ancien théâtre, construit en 1827, est détruit et une nouvelle annexe, composée de quatre étages et de combles, est construite.

Dans son ouvrage, Marcel Strub appréciait le bâtiment en ces mots : « La Chancellerie de l’Etat offre un aspect qui répond parfaitement à sa situation et à sa fonction. Elle impose en effet par la masse de son cube comme par le volume considérable de sa toiture. Par la symétrie de sa composition, la sobriété de son décor, la faible saillie de sa modénature, elle relève d’un classicisme sévère, voire un peu sec. Mais il en émane une réelle impression de grandeur ». Quelques dizaines d’années plus tard, Philippe Simon rejoignait cette description en écrivant : « Volume et masse comme attributs d’un pouvoir qui se cramponnait à son passé ».

III. L’intérieur de la Chancellerie : des symboles marquants

A l’instar de l’extérieur, l’intérieur du bâtiment de la Chancellerie d’Etat renferme des éléments symboliquement et historiquement intéressants. Au rez-de-chaussée, un vestibule rectangulaire, composé de six voûtes revêtues d’un décor de stuc blanc, accueille le visiteur. Un escalier pourvu d’une rampe en fer forgé permet de se rendre dans les étages. La ferronnerie est l’œuvre de Joseph Soler. Outre la rampe, le serrurier de l’Etat a également réalisé la porte grillagée fermant l’escalier et les grilles extérieures protégeant les fenêtres. Ces éléments datent du XVIIIème siècle. De belles salles composent, en plus des bureaux, les pièces de la Chancellerie. L’ancienne salle du Conseil d’Etat est lambrissée d’une boiserie sombre de style Régence, remontant à l’époque de la construction. Cette pièce, parmi les plus remarquables du bâtiment est notamment meublée d’un canapé et de 11 fauteuils Louis XV, copies exécutées en 1844. Elle est aujourd’hui utilisée comme salle de réception des hôtes officiels. L’actuelle salle du Conseil d’Etat, plus moderne, contient un meuble boisé en forme de fer à cheval. Ce bureau permet au Conseil d’Etat de siéger. Acquis en 1986, date de l’élection de la 1ère femme au Conseil d’Etat, il cache les jambes des politiques afin de ne dévoiler, par bienséance, la mixité politique qu’au dessus de la ceinture. Dans cette salle, on découvre également deux poêles de faïence blanche, érigés en 1843 par François-Bernard Nuoffer. Enfin, au 4ème étage, un palan servant à hisser le bois de chauffage a été conservé, offrant à la Chancellerie un ultime symbole historique.