Le SITel depuis un demi-siècle au service de l’Etat

Le Service de l’informatique et des télécommunications de l’Etat de Fribourg a fêté ses 50 ans en 2014. Durant toutes ces années, le SITel a connu une évolution impressionnante en s’adaptant au développement extraordinaire de l’informatique.

C’est le 2 novembre 1964 que le premier ordinateur de l’Etat de Fribourg a été mis en service en association avec l'Université et les Entreprises électriques fribourgeoises : le Centre électronique Fribourg (CEF) voit ainsi le jour dans des locaux créés spécialement à cet effet par l’Université. Le personnel de l’époque se compose d’un chef d’exploitation, d’un opérateur et d’une opératrice-poinçonneuse.

En cinquante ans, le Service informatique aura connu quatre appellations, six Conseillers d’Etat et quatre chefs de service. En 1973, une société simple est créée sous le nom de Centre de calcul Fribourg (CCF). Elle est composée de l'Etat et de l'Université d'une part, de la Banque de l'Etat d'autre part. En 1981, la Banque de l'Etat de Fribourg décide de se doter de sa propre infrastructure et quitte la société. Cette dernière est dissoute mais le nom de CCF est conservé. En 1985, le Service informatique devient le Centre Informatique de l’Etat de Fribourg (CIEF) avant de recevoir en 2003 son appellation actuelle de Service de l’informatique et des télécommunications (SITel).

Un développement impressionnant

Le premier ordinateur, un Univac III aux performances exceptionnelles pour l’époque, est remplacé de nombreuses fois. Une étude de l’époque prévoit un terminal pour 25 employés en 1980, un pour 6 en 1986 et un pour 2 en 1990. En 1985, les utilisateurs de l’administration cantonale disposent au total de 222 écrans, 12 PC et 27 imprimantes. L'ordinateur central (mainframe) est définitivement débranché en 2011 et remplacé par de nombreux serveurs dédiés au fonctionnement de l’infrastructure de base ainsi qu’à l'exploitation de plus de 350 applications.

A partir des années 2000, le SITel a redéfini sa stratégie et offre depuis lors ses services à d'autres administrations publiques. Actuellement, le SITel travaille pour de nombreux clients internes et externes représentant plus de 10'000 utilisateurs et 9'000 postes de travail. Cette infrastructure traite notamment plus de 500'000 courriels par jour. A ce jour, le SITel héberge et maintient l'infrastructure et les applications de plus de 90 communes et d’autres établissements autonomes.

Du papier à la fibre optique

Les premières applications informatiques ne fournissaient des résultats que sur papier. Il n’y avait donc aucune nécessité de disposer d’un réseau. L’arrivée du télétraitement (terminal) a obligé le canton à investir dans son infrastructure de télécommunication. Au début, seules quelques liaisons entre le Service informatique et certains grands services (Service cantonal des contributions, Office de la circulation et de la navigation, Comptabilité générale, etc.) permettaient la transmission des données. Aujourd’hui, le réseau sécurisé de l’Etat de Fribourg compte plus de 10'000 km de fibres optiques, 1'500 éléments actifs et 1'000 antennes wifi.

Ces chiffres démontrent l’évolution spectaculaire de l’informatique et de la technologie en 50 ans et les attentes toujours plus importantes qu'elle doit satisfaire. Afin d'y répondre, plus de cinquante projets sont conduits par année. Ces derniers se caractérisent par leur grande diversité. Ils exigent parfois le développement interne d'applications spécifiques afin de répondre à des besoins particuliers.

Tourné vers l'avenir et orienté clients

Bien entendu, le personnel du SITel a suivi cette croissante. De 3 collaborateurs à ses débuts, le SITel compte aujourd’hui plus de 150 personnes représentant près de 25 fonctions informatiques de référence.

Satisfaire ses clients tout en suivant l’évolution technologique, exploiter des systèmes dont la complexité va grandissante et exigeant une formation continue et parfois une remise en question, concourent à rendre la mission du SITel difficile mais passionnante. Les défis futurs seront nombreux. Les collaboratrices et collaborateurs du SITel, professionnels et motivés, sauront les relever.