La question n’est pas de savoir quel chamois nous voulons chasser, mais quels prélèvements sont possibles pour assurer des populations saines avec une structure sociale et d’âge aussi naturelle que possibles.

Tirage au sort - chamois
Service des forêts et de la nature © Tous droits réservés - Elias Pesenti

Les directives émises par Chasse Suisse et la Conférence des services de la faune, de la chasse et de la pêche (CFP), approuvées par l’OFEV, pour une gestion durable des populations de chamois en Suisse posent le principe suivant : « La question n’est pas de savoir quel chamois nous voulons chasser, mais quels prélèvements sont possibles pour assurer des populations saines avec une structure sociale et d’âge aussi naturelle que possibles ».

Ces directives donnent les indications suivantes pour une planification de la chasse respectueuse des populations :

  • Définir des zones de gestion du gibier : effectuer les comptages et fixer des quotas de tir par unités de gestion (UdG, unités dans lesquelles les sous-populations d’animaux sauvages se développent).
  • Définir les quotas de tirs en tenant compte de la règle des 3 tiers : 1 tiers de jeunes, un tiers de femelles et un tiers de mâles. Ceci permet de stabiliser les populations.

Dans ce cadre, le Service des forêts et de la nature a introduit en 2017 une attribution des permis de chasse par tirage au sort. Ce dernier permet non seulement de contrôler la pression de chasse (le nombre de tirs est limité au 15 % des individus comptés dans les territoires ouverts à la chasse) mais aussi respecte un prélèvement équilibré par sexe et par classe d’âge au sein de chaque unité de gestion (UdG).

Fonctionnement du tirage au sort

Les chasseurs désirant participer à la chasse du chamois sont invités chaque année en juin à s’inscrire pour le tirage au sort. Ils peuvent alors donner leurs préférences quant au sexe, la classe d’âge de l’animal (jeune ou pas) et les régions de chasse souhaités selon le formulaire prévu à cet effet.  

L’ensemble des données sont collectées et introduites dans un programme informatique spécialement conçu à cet effet, traduisant les instructions présentes dans les articles 59 et 60 de l’ordonnance du 6 juin 2016 concernant la chasse (OCha) et tenant compte des désirs exprimés par les chasseurs.

Afin de garantir les contraintes posées, le tirage au sort s’effectue en deux phases :

  • La première est limitée aux chasseurs qui n’ont pas été tirés au sort durant les deux dernières années malgré leur inscription.
  • La deuxième est effectuée parmi les restants. Dans cette dernière, une priorisation est également effectuée concernant l’attribution de la classe d’âge « bouc ». Les chasseurs qui ont été tirés au sort les deux dernières années et qui n’ont pas eu de boucs obtiendront, dans la mesure du possible, un bouc dans les régions choisies (si inscrits pour un bouc). Si dans les régions choisies aucun bouc n’est disponible, ils obtiendront un chamois d’un autre sexe ou classe d’âge.

Dans les deux phases du tirage au sort, l’attribution d’un chamois est directement dépendante des choix dans l’inscription du chasseur (régions et classes d’âge). Plus le choix du chasseur est vaste (nombre de régions et nombre de classes d’âge), plus sa probabilité d’être sélectionné sera grande.

Les chasseurs ayant participé au tirage au sort sont informés personnellement par courrier au début du mois de juillet.

Les quotas de tir, par sexe et par classe d’âge au sein de chaque UdG, sont introduits chaque année dans l’ordonnance sur la planification annuelle de la chasse (OPlan), approuvée par la DIAF.

Actualités liées