Le castor (Castor fiber) fait partie de la faune indigène. En Suisse, les derniers castors ont été exterminés au début du XIXe siècle. A partir des années 1950, cette espèce a été réintroduite à différents endroits.

Castor
Service des forêts et de la faune © Tous droits réservés - Adrian Aebischer

Presque 2000 individus habitent actuellement en Suisse. Le castor peut aménager de façon déterminante son habitat par ses activités (p. ex. construction de canaux et de digues, abattage d'arbres). Il favorise ainsi d'autres espèces animales et végétales. Lorsque le castor s'adapte à nos paysages ruraux, cette situation s'accompagne de certains conflits potentiels avec l'agriculture (cultures fruitières et maraîchères, champs de maïs). Les castors sont en plus susceptibles d'endommager les digues en raison de leur activité de creusement ou de provoquer des inondations avec les digues qu'ils construisent.

Conflits potentiels

Le canton s'engage à ce qu'une population de castors qui est capable de survivre à long terme puisse vivre dans le canton de Fribourg. Les conflits avec l'agriculture doivent rester en-dessous d'un seuil tolérable. Un concept cantonal pour gérer le castor, son habitat et les dégâts causés par cette espèce est en élaboration.

Le castor n'utilise qu'une bande très étroite de quelques mètres à proximité de l'eau dans laquelle se déroulent presque toutes ses activités. Laisser une bande de 10 à 20 mètres contribue déjà à éviter préventivement presque tous les conflits avec le castor.

La revitalisation des cours d'eau est la méthode la plus efficace et à long terme aussi la moins chère pour éviter des futurs problèmes. Cette mesure sera profitable pour plusieurs raisons:

  • moins d'inondations dans les cultures,
  • moins de produits azotés et pesticides dans les eaux,
  • plus de place pour de nombreuses autres espèces animales et végétales qui utilisent les rives comme habitat et comme corridor,
  • plus d'espace de détente pour l'homme,
  • moins de conflits avec le castor.
Que faire ?

Solutions techniques pour prévenir ou réparer les dégâts

Toute intervention sur les constructions du castor (barrage, terrier, hutte) doit faire l'objet d'une autorisation cantonale. Dans tous les cas, il est impératif de contacter le garde-faune qui pourra recommander les mesures les mieux adaptées à la situation.

Prévention durable des conflits

Le meilleur moyen pour diminuer à long terme les conflits avec le castor est d'accorder suffisament d'espace aux cours d'eau, comme le prévoit l'ordonnance sur la protection des eaux.

Une revitalisation permet au cours d'eau de remplir toutes ses fonctions et résout ainsi souvent les conflits. De plus, il faut éviter d'installer des chemins agricoles ou des routes à moins de 10 mètres des cours d'eau afin d'éviter les effondrement.

Actualités liées