Retour

Bilan intermédiaire du plan de mesures pour la protection de l'air

11 Juillet 2011 - 09h30

Retour

La concentration de certains polluants a diminué dans le canton de Fribourg, mais la charge reste souvent trop importante. C'est ce que révèle un bilan intermédiaire du plan de mesures pour la protection de l'air, adopté par le Conseil d'Etat en 2007. Trois ans après son entrée en vigueur, la mise en œuvre des mesures techniques suit la planification prévue ; des efforts importants restent cependant à accomplir dans les années à venir pour atteindre les objectifs visés.

Lorsque la pollution atmosphérique est excessive, la loi fédérale sur la protection de l'environnement oblige les cantons à prendre les mesures nécessaires afin de limiter les émissions de polluants et à élaborer des plans d'assainissement dans les régions touchées. Le Conseil d'Etat a ainsi adopté le 8 octobre 2007 un nouveau plan de mesures pour la protection de l'air en remplacement des plans datant des années 90. Afin de contrôler l'efficacité de ce plan, la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions a chargé le Service de l'environnement d'établir un premier bilan, en collaboration avec les agglomérations, les communes et les services de l'Etat concernés.

Qualité de l'air

L'état de la situation par rapport à la pollution de l'air varie selon les indicateurs considérés:

  • Pour le dioxyde d'azote (NO2), la pollution urbaine de fond se situe depuis plusieurs années à un niveau sensiblement inférieur à la valeur limite d'immission. En revanche, les niveaux de pollution le long des routes à fort trafic dépassent nettement la valeur limite d'immission fixée à 30 µg/m3.
  • Les résultats des mesures de l'ozone (O3) montrent que les valeurs limites d'immission sont toujours nettement dépassées.
  • L'exposition des régions rurales aux particules fines (PM10) a diminué ces dernières années et est passée en dessous de la valeur limite. Par contre, les mesures effectuées dans les villes de Fribourg et Bulle font apparaître un dépassement de la valeur limite annuelle.
  • Les mesures de la concentration d'ammoniac effectuées depuis plusieurs années dans le canton confirment que la charge observée est susceptible d'engendrer des dégâts sur les écosystèmes sensibles situés en dehors des zones agricoles (forêts, hauts-marais, prairies maigres, etc.).

Bilan des mesures

Certaines mesures techniques, comme l'assainissement des chauffages ou l'équipement des bus avec des filtres à particules, ont été mises en œuvre avec succès. Des efforts doivent encore être faits en ce qui concerne les mesures demandant la prise en considération de la protection de l'air dans des domaines tels que la gestion de la mobilité, l'énergie ou l'agriculture.

En matière de transports, la plupart des mesures préconisées sont en phase de concrétisation, notamment dans les agglomérations. Les services de l'Etat sont en cours de réorganisation afin de permettre une plus grande efficacité dans la planification d'une mobilité durable et respectueuse de l'environnement. Les discussions ont commencé dans le cadre des programmes d'agglomération de Fribourg et de Bulle et devront être poursuivies lors du débat sur la prochaine révision du plan directeur cantonal. Dans les agglomérations, le développement des transports publics et de la mobilité douce permettra la diminution des charges de pollution.

Dans le domaine de la production de chaleur, la politique énergétique visant à réduire la consommation est en parfaite synergie avec la protection de l'air. Concernant la production d'énergie, le couplage chaleur force et la valorisation de la biomasse (bois, biogaz) peuvent engendrer des émissions importantes de particules, d'oxydes d'azotes et d'odeurs, raisons pour laquelle les services compétents doivent bien informer les maîtres de l'ouvrage lors du choix du concept énergétique et veiller à ce que des solutions peu polluantes soient réalisées.

Au niveau agricole, les premiers résultats de la mise en œuvre des mesures visant à réduire les émissions d'ammoniac sont encourageants mais des efforts supplémentaires doivent encore être déployés pour atteindre une diminution substantielle des dépôts d'azote.

La sensibilisation de la population et des acteurs concernés devra être intensifiée. L'amélioration de la qualité de l'air dépend en effet des comportements et des décisions de chacun.

Le prochain bilan prévu pour 2014 présentera un état des lieux complet. Il constituera la base pour une éventuelle révision du plan de mesures.

_____________

Ce que nous pouvons tous faire pour préserver l'air

A la maison

  • Diminuer notre consommation énergétique et les émissions de polluants en isolant notre habitation.
  • Choisir un mode de production d'énergie pas ou peu polluante. Panneaux solaires pour l'eau chaude, sonde géothermique ou chauffage à bois moderne à la campagne, gaz ou mazout dans les agglomérations.
  • Bien choisir les matériaux lors de la construction et la rénovation. Opter par exemple pour des peintures sans solvants.
  • N'incinérer aucun déchet en plein air. L'incinération d'ordures ménagères, de déchets de bois et d'autres déchets constitue une source de pollution et engendre des émissions toxiques

Pour les déplacements

  • Opter pour un mode de transport écologique. Se déplacer à pied, à vélo, avec les transports en commun, avec un véhicule électrique ou un véhicule avec une faible consommation d'énergie.
  • Choisir le train plutôt que l'avion pour les déplacements en Europe.

Actualités liées