Fortes concentrations d’ozone dans l’air

26 Juillet 2019 -16h00

Les émissions de polluants atmosphériques associées aux conditions météorologiques actuelles entraînent de fortes concentrations d’ozone dans l’air. Le seuil d’information de 180 µg/m3 a été franchi hier sur plusieurs stations de mesure en Suisse. Des recommandations sont donc émises pour protéger la santé de la population et limiter le pic de pollution.

Ciel
Ciel © 2015 Benjamin Ruffieux - 2015 Benjamin Ruffieux

Dans certaines régions de Suisse, les concentrations d’ozone ont atteint un niveau qui pourrait entraîner des effets sur la santé d’une partie de la population. Les concentrations ont dépassé le seuil d’information de 180 µg/m³ défini par la Conférence des directeurs des travaux publics, de l’aménagement du territoire et de l’environnement à Genève, Payerne et au sud des Alpes.

Sur le territoire fribourgeois, la moyenne horaire maximale de 149 µg/m³ a été mesurée hier au Parc de Pérolles à Fribourg. Selon l'ordonnance sur la protection de l'air, la moyenne horaire d'ozone ne doit en aucun cas dépasser plus d'une fois par année la valeur limite d'immission de 120 µg/m³. Cette valeur a été dépassée 152 fois à Fribourg depuis le début de l’année.

Evolution

En raison des conditions météorologiques, les concentrations d’ozone devraient rester élevées ces prochains jours, mais pourraient baisser ce weekend si les précipitations annoncées arrivent.

Le Service de lenvironnement publie chaque heure les valeurs de la concentration d’ozone au Parc de Pérolles à Fribourg. Ces valeurs sont représentatives de la plus grande partie du territoire cantonal, à l'exception des secteurs à proximité immédiate de routes à fort trafic.

La concentration d’ozone et la qualité de l’air sont également disponibles via l’application gratuite airCHeck.

Recommandations

D’une manière générale, séjourner à l’extérieur pour des activités usuelles de loisirs (promenade, baignade, pique-nique, etc.) ne pose pas de problème. Les personnes sensibles risquent toutefois de ressentir des irritations des muqueuses des yeux, du nez et de la gorge. En cas d’activités physiques intenses, ces personnes risquent de subir une diminution de leur capacité pulmonaire de 5 à 10%.

Ce que vous pouvez faire

La pollution à l’ozone n’est pas une fatalité. Le comportement individuel de chaque personne peut contribuer à réduire les nuisances. Quelques gestes simples permettent de diminuer la pollution.

  • Privilégier la mobilité douce, les transports en commun et le covoiturage.
  • Employer des produits ne contenant pas de solvants.
  • Utiliser des machines et appareils de jardinage et de bricolage électriques plutôt que des moteurs à essence. Lors de recours à des moteurs à essence, utiliser de lessence «alkylée» (sans benzène), carburant approprié pour moteurs deux- et quatre-temps.
  • Acheter des produits de saison et préférer des produits régionaux transportés sur de courtes distances.

Actualités liées