COVID-19: FAQ - vos questions, nos réponses

Foire aux questions relatives au coronavirus.

Covid-19
Covid-19 © Tous droits réservés
Retour page principale COVID19

 

VACCINATION

La population ayant accès à la vaccination suit un ordre de priorité par groupes-cibles qui sera élargi par étapes. Pour savoir si vous pouvez déjà vous faire vacciner et pour toute autre question à ce propos, rendez-vous sur la page Covid-19: vaccination  

 


 

COVID-19: QUESTIONS DE BASE

  • Si vous avez les symptômes ci-dessous et êtes une personne vulnérable*, appelez votre médecin traitant ou un médecin de garde
    Si vous avez les symptômes légers ci-dessous suivants depuis 48h, évaluez la nécessité de faire un test sur www.fr.ch/coronacheck et restez à domicile.

    • Symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires (maux de gorge, toux (surtout sèche), insuffisance respiratoire, douleurs dans la poitrine)
    • Fièvre
    • et/ou perte soudaine de l’odorat et/ou du goût

    Nouveau (dès le 3 décembre 2020):

    • Maux de tête
    • Faiblesse générale, sensation de malaise
    • Douleurs musculaires
    • Rhume
    • Symptômes gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée, maux de ventre)
    • Éruptions cutanées

    Pour ces nouveaux critères, il sera toutefois recommandé d’appeler un médecin ou un établissement de santé en cas de suspicion que les symptômes seraient liés à une autre cause.

    *(hypertension, diabète, maladie cardiovasculaire, maladie respiratoire chronique, immunosuppression, cancer, obésité, femmes enceintes)

  • Les personnes âgées, les femmes enceintes et les adultes souffrant déjà d’une maladie* sont des personnes vulnérables au COVID-19. Elles peuvent tomber gravement malades.

    *(hypertension, diabète, maladie cardiovasculaire, maladie respiratoire chronique, immunosuppression, cancer, obésité)

    Plus d’informations pour les personnes vulnérables

  • Evaluez si vous devez faire le test sur www.fr.ch/coronacheck. Vous aurez ensuite si nécessaire la possibilité de vous inscrire pour un test PCR (résultat dans les 48h) au centre de test cantonal à Forum Fribourg. Si le coronacheck indique que vous devez faire un test, vous pouvez aussi faire un test rapide (dans une pharmacie).

    Votre médecin traitant peut faire les 2 tests (PCR et rapide), c’est lui qui décidera quel test est indiqué dans votre situation.

    Plus d’informations et liste des pharmacies www.fr.ch/coronacheck

  • Si vous avez reçu une notification de l’application SwissCovid, prenez rendez-vous au centre cantonal de test à Forum Fribourg via www.fr.ch/coronacheck, dans une pharmacie qui effectue les tests rapides ou chez votre médecin traitant qui dispose des 2 sortes de tests.

    Plus d’informations www.fr.ch/coronacheck


 

ENSEIGNEMENT

Votre enfant est malade: peut-il aller à l’école ou à la crèche ? Votre enfant a eu un contact avec une personne infectée: que faire ? Vous trouverez ici des informations sur les différents thèmes en lien avec les enfants et le coronavirus.

  • Oui, l’enseignement continue d’être donné en classe pour l’école obligatoire et les écoles du postobligatoire comme les collèges. Les établissements de formation concernés doivent appliquer un plan de protection contre le COVID-19 qui prévoit des mesures en matière d’hygiène et de distance ainsi que des règles pour le port du masque et un accès limité aux bâtiments. Il en va de même pour les cours de formation professionnelle, incluant les cours interentreprises.

    Si la situation devait s’aggraver, les écoles sont prêtes à revoir l'organisation de leur enseignement.

  • Oui, les institutions de la petite enfance restent ouvertes. C’est aussi le cas des crèches et autres structures d’accueil extrafamilial de jour qui prévoient un plan de protection.

  • A partir du degré tertiaire, les enseignements en classe sont interdits, que ce soit à l’Université de Fribourg ou dans les hautes écoles comme la Haute école spécialisée de Suisse occidentale à Fribourg (HES-SO//FR) ou la Haute école pédagogique (HEP). Font exception les enseignements indispensables pour la filière de formation pour lesquelles la présence sur place est nécessaire. Les leçons particulières peuvent elles aussi encore avoir lieu.

  • Oui, pour les étudiants dès le niveau du cycle d’orientation (dès 12 ans). Ceux-ci doivent porter le masque non seulement en classe, mais sur tout le site de formation, y compris durant les récréations. Cette règle reste donc valable pendant les pauses, les déplacements entre l’arrêt de transport public et sur les chemins qui mènent à l’école si une distance suffisante entre les personnes ne peut pas être respectée.

    A l’école primaire, le masque n’est pas obligatoire. Les enfants dont les familles le souhaitent peuvent le porter. L’école ne demandera pas à un élève de retirer le masque, à condition qu’il puisse le mettre et l’enlever tout seul.

  • Oui, les enseignants mais aussi les pédago-thérapeutes, le personnel administratif, technique ou d’intendance ainsi que tous les intervenants ponctuels doivent porter le masque et respecter une distance suffisante entre les personnes dans la mesure du possible, sur tout le site de formation et y compris pendant les pauses. Ils doivent aussi suivre les autres règles d’hygiène et de conduite comme la désinfection régulière des mains, des objets ou des surfaces. Ces points sont valables quels que soient l’établissement de formation et le degré d’enseignement.

  • Non. Les élèves ou leurs parents ainsi que les étudiants se procurent les masques faciaux, qui sont des effets personnels, à leurs propres frais. Les masques sont par contre fournis gratuitement au personnel des écoles.

  • Dans les établissements de formation non liés au parcours scolaire ou académique, comme dans le domaine des loisirs, les leçons particulières et individuelles restent autorisées. L’enseignement en classe à plusieurs est par contre interdit pour les personnes de plus de 12 ans. A la place, les cours peuvent être donnés à distance. Ce principe s’applique par exemple pour l’Ecole Club Migros, les écoles de langue ou les cours de dessin et de poterie.

    Il y a toutefois une exception pour l’enseignement en classe: il est autorisé pour 30 personnes au maximum, avec port du masque obligatoire et respect d’une distance suffisante entre les personnes, s’il s’agit d’une filière de formation certifiante et si la présence des étudiants est considérée comme absolument nécessaire (sécurité et secours, santé, social et intégration). On peut citer par exemple les cours samaritains et les cours de langue pour migrants.

  • De l’école obligatoire jusqu’au collège y compris, les sorties scolaires de type camps verts ou camps de sports d’hiver sont interdites jusqu’au 31 mars 2021. Il en va de même pour les voyages d’étude et toutes les activités comprenant au moins une nuit à l’extérieur. Quant aux activités sans nuit à l’extérieur de l’école obligatoire comme les manifestations scolaires, les courses d’école et les semaines sportives ou thématiques, elles ne peuvent être organisées qu’en Suisse, si les mesures d’hygiène et de conduite sont respectées.

    Pour le degré tertiaire, les séjours à l'étranger autres que les voyages individuels d'échange sont interdits jusqu'à la fin de l'année académique 2020/21. Les stages professionnels individuels à l'étranger peuvent être pour l’heure part maintenus.

  • Les mesures de protection pour les cours d’éducation physique et de sport sont publiées sur le site Internet du Service du sport. Les règles pour les cours d’éducation physique donnés dans le cadre scolaire sont différentes de celles sur la pratique du sport et de la danse en général.

  • Toutes les personnes vulnérables au COVID-19 ou les personnes vivant avec elles peuvent se rendre dans les établissements de formation de façon normale. Elles doivent, comme toute autre personne, garder une distance suffisante et/ou porter le masque ainsi que suivre les règles d’hygiène liées au coronavirus. Les élèves déclarés vulnérables sur avis médical sont toutefois autorisés à ne pas venir physiquement à l’école. Ils bénéficient alors d’un enseignement à distance.

  • Les parents ont le droit et l’obligation de scolariser leur enfant. Si un élève ne vient pas à l’école ou si les parents refusent de l’envoyer à l’école sans raison valable, la direction de l’établissement se renseigne auprès des parents. S’ils maintiennent leur décision de garder l’enfant à la maison, une dénonciation au préfet sera faite. Les élèves concernés ne bénéficient pas de l’enseignement à distance.

  • Les parents doivent garder leur enfant ou adolescent à la maison si l’un des parents ou une personne de plus de 12 ans qui vit avec la famille attend un résultat de test. Si le test est négatif et que le jeune n’a pas de symptômes, il peut retourner à l’école. Bien sûr, si dans la famille l’un des parents ou une personne de plus de 12 ans est positif au COVID-19, le jeune reste aussi à la maison, le temps de recevoir les instructions du Service du médecin cantonal.

  • Les élèves ayant des symptômes doivent porter un masque d’hygiène, être isolés et rentrer chez eux immédiatement. A l’école primaire, les parents de l’enfant sont informés par la direction et priés de venir le chercher. Des informations utiles pour savoir quoi faire dans cette situation se trouvent sur la page Internet suivante.

    En cas de COVID-19 confirmé dans une classe, l’établissement de formation n’est pas automatiquement fermé ou la classe mise en quarantaine. C’est au Service du médecin cantonal de prescrire cette mesure après évaluation.

  • Lorsqu’une flambée de fièvre, de toux, ou un « état grippal » se présente parmi les élèves sans qu’au moins une personne de plus de 12 ans de leur entourage ne soit malade, il y a peu de chance qu’il s’agisse du COVID-19. D’autres maladies peuvent être à l’origine des symptômes, raison pour laquelle les parents contactent le pédiatre ou médecin de famille qui va décider si une consultation est nécessaire. Il est ainsi très important de cherche à savoir s’il y a dans l’entourage de l’enfant des personnes qui ont des symptômes du COVID-19. Ces personnes devraient alors se faire examiner au plus vite dans un centre de test rapide. Un enfant non testé, sans cas de coronavirus dans son entourage, peut rejoindre l’école 24h après les derniers symptômes.


 

ETABLISSEMENTS DE SOINS

  • Les visites sont permises dans les hôpitaux et les maisons de naissance, à certaines conditions. Les patients ne souffrant pas ou plus de Covid-19 sont autorisés à recevoir des proches, mais à partir du cinquième jour d’hospitalisation seulement. Une seule personne est admise quotidiennement pour une durée maximale d’une heure et les visites se font en chambre uniquement, de 14 h à 20 h. Des conditions spéciales s’appliquent toujours pour les visites à la maternité, en pédiatrie et pour les visites de proches en soins intensifs ou durant les situations de fin de vie.

  • Les établissements médico-sociaux se conforment aux directives du médecin cantonal. En présence de deux résidents testés positifs, les EMS peuvent par exemple être interdits aux visites. Lorsqu’elles sont autorisées, chacune d’elles doit par ailleurs être enregistrée (nom des visiteurs, coordonnées et personne visitée, date de la visite, absence de symptômes compatibles avec le Covid-19) afin de permettre le traçage. Aucun contact physique n’est permis, le nombre de visiteurs est limité à deux par résident et par jour et la durée de la visite n’excède pas une heure. En règle générale, les personnes se trouvant en isolement ou en quarantaine sont exclues des visites. Des exceptions sont toutefois possibles, par exemple pour les personnes en fin de vie ou lors de situation de détresse. Pour en savoir plus, consultez la directive cantonale Covid-19 pour les EMS.

  • Il faut comprendre par là toute situation dans laquelle le résident se sent abandonné, souffre de solitude de façon importante et que ceci se traduit par des signes de début de syndrome de glissement (état de grande déstabilisation physique et psychique marqué par l’anorexie, la dénutrition ainsi qu’un comportement de repli et d’opposition). La direction de l’établissement concerné se charge d’accorder ou non ces droits de visite.


 

ETABLISSEMENTS ET INSTALLATIONS ACCESSIBLES AU PUBLIC

  • Jusqu'au 28 février, sont ou restent fermés tous les commerces et les marchés "non essentiels", bars, cafés, restaurants (y compris ceux situés sur les pistes de skis), buvettes, cabarets, discothèques, centres de loisirs et de divertissement, casino, patinoires, musées, galeries, théâtres, cinémas, fitness et autres installations sportives en intérieur. Les piscines, bains thermaux, spas et  «wellness» sont également fermés, sauf pour la clientèle des hôtels donnant accès à de telles installations.

  • Dans son ordonnance, le Conseil fédéral détaille la liste des biens qu’il estime de première nécessité et de consommation courante. Par conséquent, tous les commerces qui ne proposent pas de tels produits, qu’ils soient alimentaires ou non, sont considérés comme «non essentiels» et doivent fermer leurs portes. Selon la loi, sont des biens «essentiels»:

    • Les produits alimentaires frais (viande, poisson, charcuterie, produits laitiers, œufs, fruits et légumes frais, pain et pâtisseries)
    • Les produits alimentaires dits «secs» (boissons alcoolisées et non alcoolisées, confiseries, produits du tabac, conserves, farines, céréales, riz, pâtes, épices, produits congelés, aliments pour bébés)
    • Les articles de drogueries et d’hygiène tels que savons, produits cosmétiques, déodorants, etc.
    • Les articles de vaisselle et de table tels que couverts et ustensiles de cuisine, matériel de cuisson et de conservation, etc.
    • Les produits de nettoyage et d’entretien
    • Les journaux et revues
    • Les produits de papeterie
    • Les plantes d’intérieur, les fleurs coupées, les articles de bricolage et de jardinage (outils, matériaux de construction semences, terre, etc.)
    • Le matériel photographique
    • Les pièces de rechange et accessoires électrotechniques (piles, batteries, etc.)
    • Les articles de bonneterie, sous-vêtements et vêtements pour bébés
    • Les aliments pour animaux et produits d’hygiène et d’élevage des animaux ainsi que les animaux qui doivent être acquis pour garantir une détention conforme aux besoins de l’espèce.

    Sont donc fermés les magasins de vêtements et de chaussures, les magasins d'électromnénagers (sauf pour réparation), les magasins de jouets, les librairies (sauf pour journaux et articles de papeterie), les bijouteries et horlogeries (sauf pour réparation) et les magasins de loisirs (mercerie, décoration, modélisme, bricolage loisirs, etc.).Les expositions dans le domaine de la construction (cuisines, sanitaires, etc.) ne sont ouverts que sur rendez-vous.

  • Oui, les commerces vendant des biens de consommation courante ou de première nécessité, comme les magasins d'alimentation et les pharmacies, restent ouverts. Les points de vente des opérateurs de télécommunications, les magasins d'informatique, les magasins de réparation et d'entretien, les parfumeries, les drogueries, les magasins qui vendent des moyens auxiliaires médicaux (lunettes, appareils auditifs), les magasins de bricolage ou de jardinage et les fleuristes peuvent eux aussi rester ouverts. Les commerces et établissements accessibles au public qui proposent des services (bureaux de poste, banques, agences de voyages et coiffeurs) également, mais ils doivent fermer entre 19 h et 6 h ainsi que le dimanche. Les commerces et magasins autorisés à ouvrir mais ayant dans leur assortiment d'autres articles que ceux autorisés par l'annexe 2 de l'ordonnance fédérale, doivent clairement signaler les articles qui sont interdits à la vente (fermeture de rayons, affiches, etc.). Le «click and collect» y est autorisé (voir plus bas).   

  • Les magasins de sports sont autorisés à ouvrir uniquement pour la location et la réparation. Toute vente est interdite. Le «click and collect» est autorisé. Dans les stations de ski, ce service est également possible le dimanche.

  • Le «click and collect» est autorisé pour tous les commerces fermés et pour l'achat d'artticles non autorisés à la vente en magasins pour autant qu'un plan de protection efficace soit mis en place. Les magasins et surfaces de vente ne doivent pas être accessibles aux clients qui sont admis uniquement dans une zone de collecte et de paiement des produits qui ont été préalablement commandés en ligne. Les essayages et tests sont interdits. 

  • Toutes les dégustations sont interdites, qu’il s’agisse de nourriture ou de boisson. Cette règle vaut pour tous les types de commerces. Chez les marchands de vins et les vignerons par exemple, seule la vente est autorisée. Il en va de même partout ailleurs, y compris sur les marchés.

  • Les cantines d’entreprises, d’établissements de formation et de structures d’accueil respectant un plan de protection peuvent rester ouvertes, à la condition de n’accueillir que leurs propres personnels. Il en va de même pour les structures extra-scolaires qui utilisent des locaux de commune pour les repas en provenance de traiteurs et pour les locaux mis à disposition d’étudiants pour la pause de midi. Dans ce dernier cas, il faut toutefois appliquer un plan de protection et prévoir des tables de quatre personnes au maximum.

    Pour plus d’informations sur les services de restauration scolaire (cantines, mensas, réfectoires, cafétérias, etc.) ainsi que les mesures de lutte contre le COVID-19 à respecter pour les restaurateurs et les établissements scolaires, veuillez s’il vous plaît consulter ce document.

  • Les hôtels sont autorisés à rester ouverts. Les repas peuvent y être servis (matin, midi, soir) uniquement pour les clients qui y dorment. Les éventuels espaces « wellness », spas et autres bars de ces établissements sont soumis à la même règle.

  • Dans la parahôtellerie, les chambres d’hôtes et les campings peuvent rester ouvertes. Cependant, les bivouacs et les hébergements collectifs tels que chalets de colonies et logements avec dortoirs doivent impérativement rester fermés.

  • Les lieux culturels comme les théâtres, les cinémas, les salles de spectacles et de concerts restent fermés au moins jusqu’au 28 février. Les musées et galeries d'art ne sont plus autorisés non plus à ouvrir jusqu'à cette date.


 

FAMILLE

  • Si l’état de santé de votre enfant nécessite selon vous l'avis d'un professionnel ou si son état de santé se dégrade, appelez :

    1. d’abord son pédiatre traitant
    2. en son absence, la centrale des médecins de garde
    3. en cas d’urgence vitale, appelez le 144

    Pour le canton de Fribourg, en dessous de 12 ans, la décision de réaliser ou non un test est prise avec les parents par le pédiatre traitant et selon les recommandations de l'OFSP.

    L'enfant symptomatique dès 12 ans doit se faire tester.

    Les différents cas de figure sont répertoriés sur la page COVID-19 : enfants et santé.

  • Si vous n’avez pas été contacté par l’équipe de traçage du Service du médecin cantonal, vous pouvez continuer à aller travailler, mais en respectant les distances, en portant un masque et en surveillant votre état de santé.

    Vos enfants ne sont pas concernés.

    Si vous avez été contacté et été mis en quarantaine, vos enfants peuvent continuer à aller à l’école, mais vous devez maintenir les distances et porter le masque.

    Les parents doivent garder leur enfant à la maison si :

    • L’un d’eux ou une personne de plus de 12 ans qui fait ménage commun avec l’un d’eux, est en attente d’un résultat de test. Si le test est négatif et que l’enfant n’a pas de symptômes, il peut revenir à l’école ;
    • L’un d’eux ou une personne de plus de 12 ans qui fait ménage commun avec l’un d’eux, est positif au Covid-19, le temps que le Service du Médecin cantonal vous donne des indications utiles.
  • Portez un masque et gardez les distances. Et désinfection et hygiène des mains.

    Les parents doivent garder leur enfant à la maison si :

    • L’un d’eux ou une personne de plus de 12 ans qui fait ménage commun avec l’un d’eux, est en attente d’un résultat de test. Si le test est négatif et que l’enfant n’a pas de symptômes, il peut revenir à l’école ;
    • L’un d’eux ou une personne de plus de 12 ans qui fait ménage commun avec l’un d’eux, est positif au Covid-19, le temps que le Service du Médecin cantonal vous donne des indications utiles.
  • Sur le principe, les enfants ne sont pas soumis à la quarantaine s’ils n'ont pas eu de contact étroit avec une personne positive. 

    Si l'isolement complet est difficilement réalisable du fait de la présence et de l'âge des enfants, on demande aux parents de mettre un masque lorsqu'ils sortent de leur chambre et de mettre en place toutes les mesures possibles pour limiter les contacts étroits. Si apparition de symptômes, aller faire un test.

  • La quarantaine des enfants vivant sous le même toit commence en même que l’isolement du parent positif.

    Pour les enfants de moins de 12 ans, la quarantaine durera le temps de l'isolement du ou des parents. Si l'isolement est prolongé, la quarantaine le sera aussi.

    Pour les enfants de plus de 12 ans, la quarantaine se termine 10 jours après le dernier contact étroit avec le parent positif. Cela signifie que l’enfant doit poursuivre la quarantaine même après la fin de l’isolement du parent. Dans ce cas, si un ou plusieurs enfants ne sont pas autonomes, le parent peut rester à la maison. Le certificat médical de son enfant fait foi d’attestation pour l’employeur.

  • Non, il n'y a pas d'obligation pour lui, sauf s'il est en quarantaine/positif et qu'il doit se rentre à une consultation médicale/test.

  • Un des deux parents se met en quarantaine avec l'enfant. C’est le certificat de l'enfant qui fait justificatif auprès de l'employeur du parent resté en quarantaine avec l'enfant.

  • Pas besoin de vous mettre en quarantaine, veillez à votre état de santé et consultez votre médecin en cas de symptômes. Gardez les distances et portez un masque.

  • Contactez le responsable d’établissement de l’école et le pédiatre.


 

MUSIQUE, CHANT, THEÂTRE

  • Les enfants de moins de 16 ans peuvent pratiquer toutes les activités culturelles, sauf le chant choral, sans aucune restriction et sans port obligatoire du masque. L'activité doit toutefois se dérouler par groupes d'au maximum 10 personnes incluant le personnel encadrant.

  • Les amateurs de théâtre ou de musique instrumentale de 16 ans ou plus peuvent continuer à suivre des répétitions individuelles ou en groupes de 5 personnes au maximum, à condition de porter un masque et de garder une distance suffisante entre les personnes. Elles peuvent renoncer au masque dans de grands locaux et si des règles supplémentaires en matière de distance et de limitation des capacités sont appliquées. A noter que les leçons particulières et individuelles restent autorisées pour toutes ces activités, à l’exception du chant.

  • Les répétitions des artistes et des ensembles professionnels restent autorisées. Les concerts et autres types de représentations sont également permis jusqu’à nouvel avis, mais sans public.


 

QUARANTAINE ET ISOLEMENT

  • Si vous êtes guéri-e du COVID-19 et pouvez fournir l’attestation d’un test positif qui ne date pas de plus de trois mois, votre quarantaine peut être levée. L’attestation doit être transmise à sancovid@fr.ch. Si vous développez des symptômes faites le coronacheck.

  • Une personne est mise en quarantaine si elle a eu un contact étroit avec une personne positive. Lorsque le nombre de cas positifs est très élevé, les quarantaines peuvent être limitées, pour une question d’impossibilité de tracer, aux personnes vivant sous le même toit.

    La quarantaine, c’est principalement :

    • Eviter pendant dix jours tout contact avec des personnes extérieures au foyer familial.
    • Surveiller son état de santé, faire le coronacheck (www.fr.ch/coronacheck) ou, si on est une personne vulnérable, contacter son médecin traitant dès l’apparition de symptômes et se mettre en auto-isolement.

    C’est le Service du médecin cantonal qui prononce la mise en quarantaine, via SMS ou via un appel à la personne concernée par la cellule de traçage.

  • La personne testée positive doit se mettre en isolement. Ce que vous devez faire si vous êtes en isolement :

    • Restez seul/e chez vous ou dans une pièce si vous vivez avec d'autres personnes, et gardez la porte fermée. Aérez régulièrement.
    • Faites-vous livrer des denrées alimentaires et d'autres produits de première nécessité par des membres de votre famille ou des amis, qui les déposeront devant votre porte.
    • Evitez tout contact direct avec d’autres personnes.
    • Respectez systématiquement les règles d’hygiène.

    La durée est de minimum 10 jours depuis le début des symptômes, avec absence de symptômes depuis au moins 48h.

    • À la fin de la période d’isolement prévue :
      • levée de l’isolement si vous n’avez plus de symptômes depuis 48h (vous pouvez alors reprendre votre vie normalement)
      • si vous avez encore des symptômes adressez-vous à votre médecin traitant ou au médecin de garde
    • Si vous avez subi une perte de l’odorat et du goût, recouvrer ces sens peut prendre du temps. S’ils sont les seuls symptômes persistants, l’isolement peut être levé.

    Plus d’informations


 

RASSEMBLEMENTS ET MANIFESTATIONS

  • Qu’ils aient lieu en privé ou dans l’espace public, par exemple sur des places ou aires de jeux, dans des parcs ou encore sur des trottoirs et sentiers pédestres, les rassemblements sont limités à 5 personnes au maximum, enfants y compris. Dans le privé, seuls les enfants de moins de 12 ans ne sont pas obligés de porter le masque et la Confédération recommande un maximum de 2 ménages.

  • La Confédération impose l’obligation du port du masque (hormis pour les enfants de moins de douze ans) dans les espaces extérieurs accessibles au public et qui sont animés. C’est le cas notamment des zones piétonnes fréquentées des centres urbains où il est souvent difficile de respecter les distances. Il revient à chacun de déterminer le moment où le port s’impose mais, en cas de doute, le masque doit être porté.

    Lorsque, dans l’espace public et dans une situation de forte affluence, les mesures de prévention ne sont pas respectées, les communes peuvent définir les zones dans lesquelles le port du masque est obligatoire. Les communes en fixe le périmètre et assure l’information à la population. 

  • Pour toute manifestation ou rassemblement organisé, il est obligatoire de prévoir un plan de protection. Le plan de protection exige notamment le port du masque, la désinfection des mains ainsi qu’une distance suffisante entre les participants en permanence. L’organisateur doit garantir l’élaboration et la mise en œuvre du plan. Il collecte les coordonnées des participants, les conserve durant 14 jours puis les détruit. Le nombre de participants autorisé diffère aussi selon le type de manifestations.

    Les marchés extérieurs peuvent-ils avoir lieu ?

    Oui, les marchés extérieurs sont autorisés pour autant qu'ils offrent des produits de première nécessité selon la liste de la Confédération. Des plans de protection sont imposés, notamment afin de permettre une canalisation appropriée des personnes (marquages au sol, rubans, etc.) et pour que la distance requise puisse être maintenue entre les personnes. Le port du masque est obligatoire dans tous les espaces où la forte fréquentation ne permet pas en tout temps de respecter les distances. C’est généralement le cas sur les marchés. Les marchés de bétail et marchés de bétail de boucherie à l'extérieur sont également autorisés.

    Les manifestations à caractère politique font-elles exception ?

    Les manifestations politiques doivent en plus obtenir une autorisation de la préfecture concernée. Le nombre de participants est actuellement limité à 30 personnes. Quant aux récoltes de signatures, elles ne peuvent comprendre un nombre de participants excédant 10 personnes.

    Qu’en est-il des séances liées à la vie des collectivités publiques ?

    Elles doivent également prévoir un plan de protection. Le nombre maximal de participants varie selon les cas. Sont autorisées sans limite de personnes les séances du Grand Conseil et de ses commissions, celles des conseils communaux et généraux ainsi que les assemblées communales et des commissions. Les séances officielles et les assemblées de partis politiques, d’associations et de groupements, par exemple dans un but électoral ou pour déterminer des prises de position politiques, sont limitées à un maximum de 30 personnes.

    Les assemblées d’associations intercommunales doivent-elles siéger en présentiel ?

    Si elles le désirent, les associations intercommunales peuvent siéger en présentiel. Mais le comité peut également prévoir une séance sous une forme écrite (circulation des documents) ou électronique.

    Et les assemblées syndicales, patronales et assemblées du personnel ?

    Il en va de même pour les assemblées des organisations syndicales, patronales et du personnel au sein des entreprises: si elles ne peuvent être reportées, organisées en visioconférence ou par voie de circulation, elles sont limitées à 30 personnes.

  • Les assemblées à caractère non politique d’associations, de sociétés, de clubs, tout comme les événements de type réunions PPE sont à éviter au maximum, dans la mesure du possible. Si elles doivent cependant être organisées en présentiel, le nombre de participants est limité à 10 personnes.

    Les assemblées statutaires des corporations de droit public, qui sont elles-mêmes limitées à 30 personnes, doivent pour leur part obtenir une autorisation du préfet. Tous ces rassemblements sont aussi astreints au plan de protection.

    Des plans de protection doivent-ils être validés pour la tenue des assemblées et séances qu’il est possible d’organiser ?

    Oui, l’ensemble des séances officielles et politiques, des assemblées statutaires, des assemblées syndicales ou patronales, des manifestations politiques et autres événements cités dans l’alinéa 2 de l’article 2 de l’ordonnance du Conseil d’Etat doit avoir un plan de protection à faire agréer par le préfet.

  • Cela dépend des cas de figure. Les manifestations commerciales à l’intérieur, comme les portes-ouvertes, sont strictement interdites.

  • Les manifestations commerciales à l'extérieur sont généralement interdites. Toutefois, les marchés de fruits et légumes, qui proposent des denrées alimentaires ou d'autres biens de première nécessité et de consommation courante, sont autorisés sans limite de personnes. Le port du masque y est obligatoire et ils doivent obtenir l’autorisation de la préfecture concernée et se doter d’un plan de protection pour avoir lieu. Ce dernier doit prévoir la délimitation claire de l’espace, la gestion des flux de personnes (sens de circulation précis avec une entrée et une sortie), le nombre maximal de personnes autorisées en fonction de la surface à disposition et l’application des mesures sanitaires en vigueur (notamment l’obligation de port du masque et le respect des distances entre les personnes). Les marchés de bétail et marchés de bétail de boucherie à l'extérieur sont également autorisés.

  • Non, les événements de distribution gratuite de biens de nécessité à la population (actions sociales) sont soumis aux mêmes exigences. Ils sont autorisés sans limite de personnes.

  • Les célébrations religieuses, pour autant que les distances interpersonnelles et un espace de 4 m2 par personne soient respectés, sont limitées à 50 personnes, officiants non compris. Il en va de même pour les enterrements, où l’on ne compte pas non plus le personnel rattaché à l’office religieux ou celui des pompes funèbres.

  • Pour les mariages civils, le droit fédéral impose le huis-clos, soit 5 personnes au maximum (mariés, témoins, officier de l’état civil). Pour les mariages religieux, le nombre de participants est limité à 10 personnes, officiants non compris. La même règle est valable pour les cérémonies de baptême.

  • A l’instar des assemblées communales, les assemblées paroissiales (catholiques et protestantes) sont autorisées sans limite de personnes. Pour ces différents rassemblements, il faut également prévoir et mettre en œuvre un plan de protection.


 

SERVICES A LA PERSONNE

  • Les établissements qui offrent ordinairement des services à l’emporter (take-away) et effectuent des livraisons à domicile sont autorisés à condition de pouvoir distribuer les aliments dans des contenants fermés. Ils sont ouverts tous les jours jusqu’à 23 heures, même le dimanche. La vente de boissons (uniquement fermées) est autorisée seulement aux personnes qui commandent un repas. Un plan de protection est exigé. Sur les domaines skiables, la vente se fait uniquement à l’extérieur. La terrasse ne doit pas être accessible, le mobilier rangé et les sanitaires intérieurs ne sont pas accessibles. Les restaurants sur les pistes sont accessibles uniquement par les écoles lors des journées de ski (concept des cantines scolaires).

  • Non, les services par des professionnels de la santé reconnus (médecins, dentistes, physios, etc.) ou par ceux du domaine social sont ouverts selon les horaires habituels. Les services par d'autres professionels (naturopathes, homéopathes, kinésiologues, etc.) sont également ouverts. Ils ferment à 19 heures ainsi que le dimanche.

  • Non. Contrairement à la situation du printemps 2020, les salons de coiffure, les instituts de beauté, les barbiers ou encore les tatoueurs ne sont pas obligés de fermer leurs portes. Ils restent ouverts selon les horaires habituels, mais au plus tard 19h, et restent fermés le dimanche.

  • Tout à fait. Les blanchisseries et les ateliers de couture sont ouverts selon les horaires habituels. Il en va de même pour les cordonneries, les services de menuiserie et tous les commerces de réparation et d’entretien comme les bijouteries, les horlogeries, les magasins d’électroménagers, les garages proposant un service technique.

  • L’administration publique, la police, les services de location de voiture, les hôtels et les établissements en libre-service (stations-service, installations à utiliser soi-même ou automatisées) restent ouverts selon les horaires habituels. Les bureaux de poste, les banques et les agences de voyage peuvent aussi ouvrir mais au plus tard jusqu’à 19 heures et ils ferment le dimanche.

  • Les bibliothèques et ludothèques sont ouvertes, mais uniquement pour le prêt. L'accès aux salles de lecture est autorisé pour les étudiants et chercheurs de l’institution abritant la bibliothèque. Quant aux offices de tourisme, ils sont ouverts selon les horaires habituels.


 

SPORT ET DANSE

  • Toutes les infrastructures sportives d’intérieur sont fermées, sauf pour les jeunes de moins de 16 ans, pour les activités sportives scolaires (école obligatoire) et pour le sport d'élite.

    Les installations sportives en plein air peuvent rester ouvertes sous certaines conditions, étroitement liées aux sports qui y sont pratiqués.

    Les domaines skiables peuvent également rester ouverts à condition d’appliquer rigoureusement des plans de protection stricts et des limites de capacité valables à l’échelle nationale dans les moyens de transport fermés afin d’éviter la propagation du virus dans les régions touristiques. Toutes les remontées mécaniques fribourgeoises ont reçu le feu vert du Canton. En revanche, les restaurants dans les stations et sur les pistes sont fermés. Ils peuvent toutefois proposer de la vente à l'emporter.

  • Toutes les activités sportives – à l’exclusion des compétitions – sont autorisées en plein air et dans des infrastructures sportives d’intérieur pour les enfants de moins de 16 ans, quel que soit le sport ou la danse, tant que le nombre total de participants ne dépasse pas 10 personnes (y compris le personnel encadrant).

    Pour les personnes de plus de 16 ans, les activités sportives et de danse sans contact physique – à l’exclusion des compétitions – sont autorisées en extérieur uniquement et par groupe de 5 personnes au maximum (y compris le personnel encadrant).

    Les activités sportives impliquant un contact physique comme le football, le hockey, le basketball, les sports de combat ou les danses sportives sont interdites. Pour ces disciplines, les entraînements individuels et les exercices techniques sans contact physique sont autorisés en extérieur uniquement et par groupe de 5 personnes au maximum (y compris le personnel encadrant).

  • Pour les personnes de plus de 16 ans, les entraînements de sport et de danse sans contact physique sont autorisés uniquement en extérieur et par groupes de 5 personnes au maximum (y compris le personnel encadrant). Pour les moins de 16 ans, ils sont autorisés aussi en intérieur, y compris le dimanche selon les horaires habituels, tant que le groupe ne dépasse pas 10 participants (y compris le personnel encadrant).

  • Non, les compétitions sportives sont interdites quels que soient les domaines, sauf pour les sportifs de haut niveau appartenant à l’un des cadres nationaux ou l’une des équipes nationales d’une fédération sportive nationale. Leurs activités d’entraînements sont également autorisées si elles se font à titre individuel, en groupes d’au maximum 15 personnes ou dans des équipes de compétition fixes. Autre exception: les équipes appartenant à une ligue majoritairement professionnelle peuvent elles aussi s’entraîner et participer à des compétitions.

  • Les activités impliquant un contact physique comme le football, le hockey, le basketball, les sports de combat ou la danse sportive sont interdites. Pour ces disciplines, seuls les entraînements individuels sans contact physique sont autorisés, sous conditions (voir deux questions plus haut).

    Sont également interdits: le tennis, le badminton et le tennis de table, le minigolf (sauf pour les clubs), le crossfit, le spinning et les activités similaires. Les piscines sont fermées au public (cours de natation et de bébés nageurs interdits). Les patinoires artificielles, les salles d'escalade ou d'escrime et toute autre infrastructure sportive d'intérieur sont également fermées.

    Les jeunes de moins de 16 ans, les activités scolaires et les sportifs d'élite échappent à toutes les interdictions répertoriées ci-dessus. 

  • Pour les moins de 16 ans, le yoga, le pilates et les activités similaires peuvent être pratiqués par groupe de 10 personnes au maximum (y compris le personnel encadrant) dans un local dédié et aéré. Pour les plus de 16 ans, ces disciplines ne sont autorisées que par groupe de 5 personnes (le personnel encadrant y compris) et uniquement en extérieur.

  • Les centres équestres restent ouverts Pour ce qui est des installations intérieures et extérieures pour des activités sportives avec les chiens, elles sont fermées, sauf pour des cours individuels.


 

TESTS

  • Dans le canton de Fribourg, les personnes présentant des symptômes légers ont la possibilité de se faire tester dans le centre de dépistage cantonal COVID-19 de l’HFR à Forum Fribourg (tests PCR, résultat en principe dans les 48 heures).

    Les Fribourgeoises et Fribourgeois ont aussi accès aux tests rapides (résultat dans les 15-20 min) disponibles dans les pharmacies autorisées et chez la plupart des médecins traitants.

    Le médecin traitant peut faire les 2 tests (PCR et rapide), c’est lui qui décidera quel test est indiqué selon la situation.

    Pour s’inscrire au centre de test et pour plus d’informations www.fr.ch/coronacheck

     

  • Les personnes asymptomatiques ayant reçu une alerte de l’application SwissCovid peuvent se rendre sur www.fr.ch/coronacheck pour prendre un rendez-vous au centre de dépistage cantonal ou chez un pharmacien (test PCR ou test rapide). Le test doit être réalisé au plus tôt cinq jours après le contact avec la personne testée positive.

    Les personnes asymptomatiques qui ne remplissent pas les critères de test peuvent effectuer un test rapide chez leur médecin de premier recours, dans certaines pharmacies, dans les hôpitaux et dans les centres de tests autorisés par les cantons. Elles doivent assumer elles-mêmes les coûts du test ou le faire prendre en charge par l’instance qui le prescrit (l’employeur, p. ex.). Si le résultat est positif, la personne doit se soumettre à un test PCR pour le confirmer. Les coûts des tests PCR de confirmation sont pris en charge par la Confédération.

  • Les tests sont pris en charge dans les cas suivants

    • Vous avez effectué le coronacheck qui vous indique que vous devez passer un test.
    • Vous n’avez pas de symptômes, mais avez été en contact avec un cas positif et avez reçu une notification du médecin cantonal ou de l’application SwissCovid (test à effectuer au plus tôt après le 5ème jour)
    • Le test est ordonné par le Service du médecin cantonal.

    Dans tous les autres cas, votre médecin traitant facturera le test et peut vous informer sur les coûts.

  • Elles appellent la hotline santé 084 026 1700, s’adressent à une pharmacie à leur médecin traitant.

  • En principe, cela ne devrait pas être le cas. Cas échéant, appelez la hotline santé ou essayez de faire le test en pharmacie.

  • Si votre médecin décide qu’un test sérologique est nécessaire, c’est votre caisse maladie qui prendra en charge le test. Il pourra vous indiquer quel est le coût.

  • Si vous êtes positif, vous avez dû recevoir un SMS du Service du médecin cantonal ou un appel. Via le SMS, vous pouvez directement commander le certificat pour vous et vos contacts étroits qui vivent sous le même toit. Le temps de traitement est de max. 5 jours ouvrables. Si le Service du médecin cantonal vous appelle, les informations recueillies serviront à établir un certificat.

    Seul le Service du médecin cantonal peut établir ce genre de certificats.


 

TRAVAIL

  • Le travail à distance devient désormais la norme. Les employeurs sont tenus à le mettre en place pour autant que leur activité le permette, "sans efforts disproportionnés". Là où ce n'est pas possible et réalisable à un coût raisonnable, les employés seront tenus de porter un masque facial dès que deux personnes travaillent dans la même pièce. Les employeurs veillent notamment à la mise en place de séparations physiques, à la séparation des équipes ou au port d'un masque dans les espaces extérieurs. Lorsqu'elles ne pourront pas ouvrer à domicile, ou dans des conditions similaires, les personnes vulnérables seront exemptées de l'obligation de travailler et percevront l'intégralité de leur salaire. En revanche, les employés n'ont droit à aucun remboursement de frais pour remplir leurs obligations professionnelles depuis leur domicile. 

  • Dans les espaces clos ainsi que les véhicules, les employés sont tenus de porter un masque facial dès que deux personnes travaillent ensemble. Ceux qui en sont exemptés pour des raisons particulières, notamment médicales, devront présenter une attestation délivrée par un spécialiste habilité à le faire. Le personnel des guichets des entreprises de transports publics et  des services de location de voitures est exempté de l'obligation du port du masque.

  • Prendre contact avec votre médecin traitant.

  • Non. Il vous faut immédiatement informer la direction de l’école de votre situation. Toutefois, il est bon de rappeler qu’un cas positif dans une classe ne conduit pas automatiquement à sa mise en quarantaine. Cette mesure sanitaire ne peut être décrétée que par le Service du médecin cantonal (SMC) après évaluation de la situation. Vous trouverez plus d'informations ici

  • Oui, vous pouvez le faire pour autant que vous n’ayez aucun symptôme. Vous devez cependant en aviser la direction de votre école.

  • Il faudra faire le test (Coronacheck), si les symptômes sont compatibles avec le Covid-19 (toux, fièvre, maux de gorge, mal à respirer, perte de goût ou d’odorat). Vous restez à la maison jusqu’au résultat du test. S’il est positif, vous êtes en isolement au moins 10 jours, et jusqu’à 48h après disparition des symptômes. S’il est négatif, vous pouvez retourner au travail si votre état général le permet (en règle générale 24h après la disparition des symptômes aigus).

  • Salaire dû ou non, chômage technique (RHT), allocation perte de gain (APG), crédits bancaires pour les entrepreneurs, situation des apprentis, des entreprises formatrices et des étudiants des Hautes écoles spécialisées: vous trouverez sur cette page web de nombreuses réponses à vos questions. Les informations y sont régulièrement mises à jour. Vous y trouverez également tous les formulaires nécessaires pour des demandes d’indemnités.

    La Hotline économie et entreprises vous répond également au 026 304 14 10, du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h à 17h.

  • Sont considérées comme «cas de rigueur» les entreprises particulièrement touchées par les conséquences de la pandémie en raison de la nature même de leur activité économique. Il s’agit principalement des entreprises actives dans les domaines de l’évènementiel ou du tourisme, des forains et des prestataires du secteur des voyages. En revanche, les entreprises déjà au bénéfice d’une aide sectorielle fédérale (culture, sport, transport publics, médias) n’ont pas droit à cette indemnité. Par ailleurs, un «cas de rigueur» existe si le chiffre d’affaires annuel de l’entreprise est inférieur en 2020 à 60% de sa moyenne des dernières années. Le formulaire à remplir pour déposer une demande et des informations complémentaires sont disponibles sur le site internet de la Promotion économique.

  • Oui, le Conseil d’Etat a décidé d’appuyer les entités économiques qui ont dû cesser leur activité principale, selon les arrêtés du 23 octobre et du 3 novembre. Ce soutien, estimé à 7 millions de francs, prévoit la prise en charge du loyer net pour les locataires et de la charge d’intérêt hypothécaire pour les propriétaires, au pro rata de la durée de fermeture. Vous trouverez ici toutes les modalités d’application de cette mesure. Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez appeler le 026 305 24 13 ou écrire à fermetureimposee@fr.ch. Les demandes sont à déposer avant le 31 janvier 2021.

  • Le Conseil d’Etat a effectivement décidé d’une mesure visant à améliorer la situation des personnes qui se retrouvent au chômage technique suite aux fermetures ordonnées. En principe, les employés en réduction d’horaire de travail (RHT) perçoivent une indemnité correspondant à 80% de leur salaire habituel. Cette nouvelle aide cantonale prend la forme d’une compensation de 10 des 20% non indemnisés. Aucune démarche particulière ne doit être entreprise par l’employeur ou par l’employé. Le versement de cette compensation sera réalisé directement par la Caisse publique de chômage (CPCh), sur la base de la demande initiale de RHT pour novembre déposée par les entreprises concernées par la mesure.

  • Cette aide est destinée aux dirigeants qui sont employés par leur entreprise et à leurs conjoints (après déduction des indemnités RHT déjà perçues) ainsi qu’aux dirigeants en raison individuelle qui ont été exclus de l’ordonnance fédérale sur l’APG en raison d’un revenu prévisionnel 2019 supérieur à 90 000 francs ou inférieur à 10 000 francs. Dans les deux cas, l’indemnité mensuelle est plafonnée à 2560 francs. Le dépôt des demandes se fait uniquement par le biais d’un formulaire électronique et se termine le 31 janvier 2021.


 

VOYAGES ET TOURISME

  • Pour toute question à ce sujet, téléphonez à l’infoline de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) dédiée aux voyageurs se rendant en Suisse. Elle est accessible au numéro 058 464 44 88 tous les jours de 6 h à 23 h.

  • Si vous rentrez d’un voyage dans un Etat ou un territoire avec un risque élevé d’infection, une quarantaine (10 jours) est obligatoire dès votre retour en Suisse. Elle n'est pas obligatoire en revanche pour un simple transit de moins de 24 heures sans arrêt. Les personnes doivent s'annoncer dans les 48 heures après leur entrée dans le pays auprès du canton en remplissant le formulaire en ligne. Des contrôles aléatoires sont effectués. Le non-respect de cette annonce ou de la quarantaine peut entraîner le paiement d'une amende jusqu'à 10 000 francs.

    Ces règles s’appliquent aux personnes de nationalité suisse et étrangères (touriste ou personne sans de titre de séjour ou visa).

    Pour plus d’informations, vous trouverez par ailleurs des informations dans différentes langues sur le site de l’OFSP.

  • La quarantaine (10 jours) est obligatoire pour les personnes étrangères qui entrent en Suisse en provenance d’un pays à risque. Immédiatement après votre arrivée, rentrez chez vous ou rendez-vous dans un hébergement adapté (un hôtel ou un logement de vacances par exemple). En chemin, gardez une distance minimale de 1,5 mètre avec autrui et portez un masque. Évitez si possible les transports publics. Déclarez ensuite votre arrivée dans les deux jours à l’autorité cantonale compétente et ne sortez plus durant 10 jours.

  • Votre employeur a l’obligation de continuer à vous verser le salaire dans deux cas: d’une part, si c’est lui qui vous a envoyé travailler dans un Etat ou un territoire à risque élevé d’infection et que vous devez vous mettre en quarantaine à votre retour; d’autre part, si vous pouvez continuer à travailler en télétravail malgré votre quarantaine. Si vous ne pouvez pas travailler en raison de la quarantaine prononcée à l’adresse des voyageurs entrant en Suisse et que vous ne recevez pas de salaire de votre employeur, les principes suivants s’appliquent : vous avez droit à une allocation pour perte de gain COVID-19 si votre destination ne se trouvait pas sur la liste des Etats et des territoires à risque élevé d’infection au moment de partir. En revanche, vous n’avez droit à aucune indemnisation si le pays figurait déjà sur cette liste lors de votre départ. L’évaluation concrète se fait entre vous et votre employeur.

  • Dans son article 4, l’ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) dans le domaine du transport international de voyageurs prévoit des possibilités de dérogation à la quarantaine dans certaines situations. Les demandes doivent être adressées à sancovid@fr.ch et doivent contenir le plus de détails possible ainsi que les coordonnées complètes, y compris le numéro de téléphone, de la personne concernée.

  • Un test négatif ne permet pas de lever une quarantaine obligatoire et ne réduit pas non plus sa durée. En effet, un tel résultat n’exclut pas une infection. Vous en trouverez l’explication biologique sur la page de l’OFSP Coronavirus: questions fréquentes.

  • Si vous êtes dans l’impossibilité de remplir le formulaire en ligne sur le site de l’Etat de Fribourg, vous pouvez appeler la Hotline santé. Elle est disponible au 084 026 1700, tous les jours de 9h à 17h

  • Pour autant que vous avez uniquement transité pendant moins de 24h, il n’est pas nécessaire de faire une quarantaine. Par transit il faut comprendre traverser le pays par nécessité géographique pour se rendre entre un point A et un point B, sans volonté de s’y arrêter. Un séjour de moins de 24h qui ne relève pas du transit oblige à la quarantaine de 10 jours et vous devez vous annoncer dans les 48 heures auprès de l’autorité cantonale par le biais d’un formulaire en ligne.

  • Oui. La liste en vigueur au moment de l’entrée sur territoire suisse détermine l’existence d’une obligation de mise en quarantaine. Dans le cas d'un ajout de pays, si la personne revient avant que la nouvelle liste n’entre en vigueur (pays annoncé préalablement à la date d’entrée en vigueur de la nouvelle liste), la quarantaine n'est pas exigée.

  • Pour faire un test dans le but de voyager, vous pouvez vous adresser à votre médecin traitant ou à la Permanence médicale (026 321 11 44). Dans les deux cas, un rendez-vous est nécessaire. Vous pouvez aussi contacter le Centre médico-chirurgical de Fribourg (CMCF), du lundi au samedi de 9h à 18h, au 026 467 67 67 (sans rendez-vous).

    Le test PCR est à charge de la personne si elle est asymptomatique (entre 150 et 200 francs). Il est déconseillé de voyager si vous êtes symptomatique, même si votre test est négatif. Les tests sérologiques ne sont pas reconnus pour établir un diagnostic et ne donnent pas d'information sur l'immunité.

  • Si vous êtes passé par un Etat ou une zone ne présentant pas un risque élevé d’infection, l’autorité cantonale compétente peut réduire la durée de la quarantaine. Il faut ainsi compter 10 jours à compter de celui où vous avez quitté pour la dernière fois un pays ou une zone à risques, le jour 1 étant le jour de départ de ce pays.

    Si vous êtes incertain quant à la durée exacte de votre quarantaine, vous pouvez appeler la hotline santé au 084 026 17 00.

  • Non, les gardes-frontière ne contrôlent que si la personne est autorisée à rentrer en Suisse (nationalité suisse, visa, titre de séjour, permis valable, etc.).