Plusieurs infractions constatées lors de contrôles sur des chantiers

29 Novembre 2019 -14h14

Début novembre, la Police cantonale fribourgeoise, l’Inspectorat chantiers Fribourg (ICF) et le Service public de l’emploi (SPE) ont effectué plusieurs contrôles sur des chantiers d’immeubles à La Tour-de-Trême et à Fribourg. Plus d’une centaine d’ouvriers ont été contrôlés, plusieurs d’entre eux étaient en infractions. Des dénonciations seront transmises aux autorités compétentes.

Police cantonale Fribourg - gros plan badge
Police cantonale Fribourg - gros plan badge © 2018 Police cantonale Fribourg

Au début du mois de novembre 2019, des contrôles coordonnés entre la Police cantonale fribourgeoise et l'Inspection pour la lutte contre le travail au noir composé d’inspecteurs de l’Inspectorat Chantiers Fribourg (ICF) et du Service public de l’emploi (SPE), entité mandatée par l’Etat pour effectuer des contrôles dans le secteur du bâtiment et du nettoyage, se sont déroulés sur des chantiers d’immeubles à La Tour-de-Trême et Fribourg.

Ainsi, le lundi 4 novembre 2019, un chantier de trois immeubles situé à La Tour-de-Trême a été inspecté. 43 personnes issues de 12 entreprises ont été contrôlées. Un ressortissant kosovar de 24 ans se trouvait en situation illégale et travaillait sans autorisation. Après avoir satisfait aux mesures de police, il s’est vu notifié une interdiction d’entrée en Suisse par le Service de la population et des migrants. L’intéressé, ainsi que son employeur seront dénoncés à l’autorité compétente.

La semaine suivante, le mardi 12 novembre 2019, un contrôle a été effectué sur le chantier d’un immeuble à Fribourg. 67 ouvriers, dont trois s’étaient cachés à l’arrivée des intervenants, ont été contrôlés. 60 d’entre eux ont été auditionnés sur place par les inspecteurs des chantiers. Quatre ressortissants kosovars en situation illégale ont été interpellés et conduits au poste de police pour la suite de la procédure. Deux d’entre eux, âgés de 20 ans, se sont vu notifier une interdiction d’entrée en Suisse avant d’être relaxés. Le troisième, âgé de 23 ans, a été placé en détention administrative dans une prison en vue de son renvoi. Le dernier, âgé de 24 ans, également signalé pour une peine privative de liberté, a été incarcéré afin de purger sa peine. Il sera renvoyé dans son pays d’origine au terme de celle-ci.

Les auditions menées par les inspecteurs de l’Inspectorat pour la lutte contre le travail au noir ont révélé plusieurs soupçons d’infractions qui ont trait principalement au non-respect des obligations en matière du droit des étrangers, des assurances sociales et d’imposition à la source. Sur l’ensemble des ouvriers contrôlés, 21 font désormais l’objet d’une enquête qui portera également sur l’identification des différents employeurs impliqués. Les dossiers ont été remis aux instances compétentes pour la suite de la procédure.

Actualités liées