Tableau de bord trimestriel de l'économie fribourgeoise, spécialement destiné aux milieux économiques du canton

Conjoncture fribourgeoise © Tous droits réservés

Indicateurs : Mai 2021

Ces indicateurs résument les principaux résultats du test conjoncturel du KOF dans l’industrie et dans le commerce de détail. Ils présentent aussi une vue d'ensemble des tendances conjoncturelles dans l'évolution de la population, le marché du travail, le PIB, les faillites, la consommation d'énergie, la construction, l'hôtellerie, le parc des véhicules, les cours de change et la bourse.

Indicateurs ensemble de l'industrie - mai 2021
Mai 2021
Indicateurs commerce de détail et marché du travail - mai 2021
Autres indicateurs  - mai 2021
Indicateurs ensemble de l'industrie - mai 2021
Mai 2021
Indicateurs commerce de détail et marché du travail - mai 2021
Autres indicateurs  - mai 2021

Légende

Explications légende
Agrandir Explications légende © Tous droits réservés
Explications légende

Commentaire

Lueur d’espoir pour l’économie mondiale

Cela fait déjà plus d’une année que le monde a été secoué par la pandémie de la Covid-19. En plus du bilan humain toujours en hausse, la communauté mondiale a dû faire face à un nombre de chômeurs grandissant. Tous ces éléments ont contribué à exacerber les difficultés sociales et économiques des États. La reprise dans les différents pays va dépendre de plusieurs facteurs : la vitesse de déploiement des vaccins, l’allègement des mesures de confinement, l’étendue des mesures de soutien économique, l’adaptation de l’économie aux nouveaux modes de travail et la structure pré-pandémique du tissu économique. L’économie mondiale est actuellement propulsée par les Etats-Unis et la Chine. En Europe, la situation devrait aussi progresser vers de meilleurs horizons. Au contraire, les pays émergents et les pays en développement à faible revenu payent un tribut plus lourd et devront probablement s’attendre à des pertes plus prononcées à moyen terme. Toutefois, à la suite des mesures inédites des pouvoirs publics, la récession engendrée par la Covid-19 devrait être moins étendue que la crise financière mondiale de 2008. Le Fond Monétaire International (FMI) a donc revu ses prévisions précédentes à la hausse avec une croissance de 6,0% en 2021 et de 4,4% en 2022. Une fois la pandémie maitrisée, les priorités devraient à nouveau être axées sur la cause climatique ; au soutien à une économie durable et aux technologies nécessaires à son actuation. 

Amélioration de la conjoncture pour la Suisse

Le Groupe d’experts de la Confédération a annoncé une croissance du PIB corrigé des événements sportifs de 3,0% pour l’année 2021 (prévision inchangée). La prévision pour le taux de chômage reste elle aussi inchangée et s’établit à 3,3%. Ces prévisions reposent sur un accroissement des mesures d’assouplissement. Les secteurs les plus touchés par les effets néfastes de la crise et par les changements d’habitude des consommateurs devraient aussi progresser vers des jours plus propices. Le secteur suisse des exportations se voit plus détendu au vu d’un contexte international plus favorable. Cela a amené le Groupe d’experts de la Confédération à tabler une croissance de 3,3% en 2022 ; 0,2 points de plus que les dernières prévisions. Pour le chômage, il maintient sa prévision pour 2022 à 3,0% en moyenne annuelle. 

L’amélioration de la situation se reflète dans les réponses des participants à l’enquête conjoncturelle du KOF de ce mois d’avril. La situation des affaires poursuit sa reprise dans le vert et concerne tous les secteurs de l’industrie confondus. La capacité de production est aussi en hausse et les carnets de commandes sont remplis ce qui devrait relancer la machine des investissements. Depuis le début de la crise, c’est la première fois que les indicateurs de l’emploi font état d’une amélioration par rapport aux mois précédents. Au niveau du commerce de détail, la situation est très encourageante. Les indicateurs clés sont aussi dans le vert. 

Contrairement au secteur public qui a contribué à la création d’emplois pendant la crise, les entreprises privées vont rester prudentes à l’embauche tant que la situation demeure incertaine. Tout comme à l’international, la crise de la Covid-19 semble avoir limité les opportunités d’emplois surtout pour les jeunes. Cela s’explique, en partie, parce que ces derniers exercent plus largement un métier dans des secteurs violemment touchés par cette crise. Le débat politique s’est tourné à nouveau sur l’accord-cadre avec l’Union européenne. Des risques persistent dans le secteur de l’immobilier. Une fois les principales mesures de soutien juridique et économique épuisées, on peut s’attendre à une vague de licenciements et de faillites. Il en ressort aussi que certaines entreprises font face à une pénurie de matériaux en parallèle à la hausse de leurs prix. À la suite de la hausse des prix des fruits et légumes ou encore de l’habillement, l'indice national des prix à la consommation (IPC) est repassé en positif en avril pour la première fois depuis un an. L’inflation et les taux d'intérêt restent bas - même si l'économie se comporte étonnamment bien. 

Éclaircie aussi sur Fribourg

Les résultats fribourgeois de l’enquête conjoncturelle du KOF du mois d’avril sont très proches de la moyenne suisse. Pour l’ensemble de l’industrie, les principaux indicateurs de situation ont tourné au vert. Ceux de perspective montrent une évolution plus mitigée, en particulier, les entrées des commandes sont inscrites à la baisse. Les branches sous examens reportent toutes une amélioration de la situation des affaires. Comme pour l’ensemble de l’industrie, elles témoignent toutefois d’un indicateur des entrées des commandes qui n’évolue pas à la même vitesse et dans le même sens que celui des affaires. Certaines branches considèrent comme principaux obstacles à la production une demande et une main d’œuvre insuffisantes. Le commerce de détail se porte mieux ; la plupart des indicateurs poursuivent leur ascension. 

Parmi les indicateurs hors enquêtes KOF, les nuitées enregistrent une nette amélioration au cours des trois derniers mois du relevé. L’initiative du Magic Pass a apporté ses fruits ; le canton de Fribourg a joui du tourisme indigène pendant la dernière saison hivernale. Le taux de chômage désaisonnalisé et les RHT décomptées (au mois de février) restent stables. Ces deux indicateurs progressent moins rapidement que leurs homologues suisses. Actuellement, le canton de Fribourg compte encore 17’598 demandes de RHT en cours (préavis) ; une baisse de pratiquement 10% par rapport au mois de mars. Les indicateurs des voitures de tourisme neuves et des constructions autorisées ont eux aussi viré au vert. 

Sources

Fonds monétaire international (FMI), BNS, Office fédéral de la statistique, Centre de recherches conjoncturelles de l’EPF de Zurich, Institut Créa d'économie appliquée de la Faculté HEC de l’Université de Lausanne, Service public de l'emploi du canton de Fribourg, Service de la statistique du canton de Fribourg