Chapeau
Tableau de bord trimestriel de l'économie fribourgeoise, spécialement destiné aux milieux économiques du canton

Indicateurs : Novembre 2021

Ces indicateurs résument les principaux résultats du test conjoncturel du KOF dans l’industrie et dans le commerce de détail. Ils présentent aussi une vue d'ensemble des tendances conjoncturelles dans l'évolution de la population, le marché du travail, le PIB, les faillites, la consommation d'énergie, la construction, l'hôtellerie, le parc des véhicules, les cours de change et la bourse.

Indicateurs ensemble de l'industrie - novembre 2021
Indicateurs ensemble de l'industrie (suite) - novembre 2021
Indicateurs commerce de détail et marché du travail - novembre 2021
Autres indicateurs  - novembre 2021
Indicateurs ensemble de l'industrie - novembre 2021
Indicateurs ensemble de l'industrie (suite) - novembre 2021
Indicateurs commerce de détail et marché du travail - novembre 2021
Autres indicateurs  - novembre 2021

Légende

Explications légende
Vergrössern Explications légende © Tous droits réservés
Explications légende

Commentaire

Une croissance de l’économie mondiale légèrement en retrait  

L’incertitude quant à la situation économique, financière et sanitaire reste élevée. La situation dans les pays avancés connaît un ralentissement en raison des ruptures des chaînes d’approvisionnement qui affecte plusieurs branches. De nombreux pays font face à une recrudescence de la pandémie ce qui continue à impacter négativement sur leur situation économique. Ces contre-coups sont en moindre mesure contrebalancés par la situation économique plutôt encourageante de certains pays émergents et pays en développement exportateurs de produits de base à court terme. Par conséquent, le Fond Monétaire International (FMI) a revu à la baisse ses prévisions pour 2021. Il prévoit une croissance mondiale de 5,9% en 2021 ; 0,1 points de pourcentage de moins que les dernières prévisions de juillet 2021. En revanche, il maintient ses prévisions inchangées pour 2022, avec une croissance attendue de 4,9%. On continue de constater une reprise à deux vitesses avec d’un côté, les pays ayant des campagnes de vaccination plus lentes et un appui des pouvoirs publics plus timide qui peinent à voir un redressement et de l’autre, ceux qui ont pu redémarrer plus rapidement leur économie grâce aux campagnes de vaccination et au soutien des pouvoirs publics. Seuls quelques pays, comme les Etats-Unis, peuvent attester d’un niveau de production d’avant la crise. Mais cela est mis à mal par les goulots d'étranglement de l'offre et la hausse des coûts des transports et de l’énergie qui freinent la reprise des marchés mondiaux. La production industrielle, qui avait été très forte jusqu'au début de cette année fait face aujourd'hui à un arrêt. Les effets conjugués de l’augmentation de la demande globale en raison de la reprise économique et de la baisse de la production et de la mobilité lié à la pandémie ont créé un déséquilibre qui contribuent à une forte hausse de l'inflation au cours de ces derniers mois. Cette problématique est susceptible d’être résolue qu’au courant de 2022 et agira d’ici-là comme un frein sur la reprise. 

Les problèmes d’approvisionnement pèsent sur l’embellie économique nationale 

Au niveau de la Suisse, la situation économique devrait continuer son ascension comme anticipé lors de dernières prévision de juin 2021, mais à un rythme moins soutenu que précédemment prévu. Cela s’explique d’une part par les problèmes d’approvisionnement évoqués plus haut et d’autre part, par le fait que le fléchissement économique n’a pas été aussi important en 2020 que ce que l’on s’attendait, de sorte que les potentiels de rattrapage sont dans l’ensemble plus faibles. Le Groupe d’experts de la Confédération a donc révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2021. Il la prévoit à 3,4% ; 0,4 point de moins que les dernières prévisions de juin 2021. La croissance économique, favorisée par les effets de rattrapage de la consommation privée et des investissements, devrait s’accélérer en 2022 pour atteindre 3,6% (0,1 point de plus que les dernières prévisions de juin 2021).

D’après l’enquête conjoncturelle dans l’industrie du mois d’octobre du KOF, l’évolution des affaires varie selon les branches. Les indicateurs témoignent d’une détérioration dans l’évolution de la situation des affaires, les perspectives d’emploi et la situation des commandes dans le secteur de la production, notamment dans les branches de la fabrication de machines et véhicules et de la branche de l’industrie chimique, pharmaceutique et plastique qui sont impactées par les difficultés d’approvisionnement. Au contraire, la branche de l’hôtellerie et la restauration, encore fortement soumise aux aléas de la pandémie, voit sa situation s’améliorer et les perspectives d’emploi sont positives. Globalement, autant chez les producteurs de biens que dans de nombreux secteurs de services, la contrainte la plus apparente semble être une pénurie de travailleurs qualifiés. 

Le recours à la réduction de l’horaire du travail et le chômage devraient reculer graduellement. Le SECO anticipe un taux de chômage annuel moyen de 3,0% pour 2021 (prévisions de juin : 3,1%) et de 2,7% pour 2022 (prévisions de juin : 2,8%). Pour ce qui concerne l’inflation, il annonce une légère hausse par rapport aux prévisions de juin (2021 : +0,5 %, 2022 : +0,8 %). L’indicateur de l’emploi du KOF confirme aussi cette tendance. En effet, il poursuit son ascension et se trouve à son plus haut niveau depuis 2008. Cela est dû en partie à l’embellie de la situation du marché du travail dans l’industrie hôtelière. 

Quelques nuages planent sur le canton de Fribourg mais les perspectives restent favorables 

Les derniers résultats d’octobre de l’enquête conjoncturelle dans l’industrie du KOF témoignent d’un assombrissement d’une partie des indicateurs de situation. Pour l’ensemble de l’industrie on note une baisse des indicateurs de la marche des affaires, des entrées de commande, de l’excédent du personnel et des stocks de produits intermédiaires et finis et de capacité technique. A l’exception de l’industrie du bois et du papier ; imprimerie, l’appréciation de la situation des affaires se détériore aussi pour l’ensemble des branches sous-examen. Bien que les résultats des indicateurs de perspective subissent un léger ralentissement, ils se maintiennent dans le positif. Ceux concernant l’effectif en personnel, de la production et des prix de vente se trouvent même à un niveau plus élevé que les indicateurs nationaux. Les principaux obstacles relevés pour l’ensemble de l’industrie sont une main-d’œuvre et une demande insuffisantes. Au niveau du commerce de détail, aussi bien les indicateurs de situation que les indicateurs de perspective restent dans le positif. Seuls bémols, l’indicateur de la perspective des affaires a été noté plus bas que lors de l’édition précédente et l’indicateur du volume des ventes présente une tendance légèrement négative ces trois derniers mois.  

Tout comme dans le reste de la Suisse, la situation sur le marché du travail fribourgeois s’améliore progressivement. Parmi les indicateurs hors enquête conjoncturelle du KOF, le taux de chômage fribourgeois du mois d’octobre reste stable par rapport au mois précédent et s’affiche à 2,6% ; 0,1 point au-dessus du niveau suisse. Le canton de Fribourg enregistre 179 demandeurs d’emplois en moins que le mois précédent et 1’308 personnes en moins qu’en octobre 2020. Selon les séries désaisonnalisées, les taux de chômage national et fribourgeois continuent leur descente ; la courbe fribourgeoise ayant rejoint celle de la Suisse. Les demandes de préavis de réduction de l'horaire de travail (RHT) et celles décomptées suivent aussi la même évolution à la baisse. L’institut CREA a revu à la hausse ses prévisions pour la croissance de l'économie fribourgeoise. Il l’estime à 3,2% en 2021 (0,5 point de plus que les dernières prévisions datant d'octobre 2020). Pour 2022, le CREA prévoit une croissance de l’économie fribourgeoise de 3,4% (aussi 3,4% pour la Suisse). Au niveau des branches économiques, les constructions autorisées connaissent une forte augmentation. Cela est principalement dû à l’acceptation d’un nouveau projet immobilier de plus de 300 appartements en ville de Fribourg. Les nuitées dans l’hôtellerie poursuivent leur forte progression, avec une croissance dans le canton de Fribourg par rapport au même mois de l’année précédente supérieure à la moyenne nationale. Tout comme son homologue suisse, l’indicateur fribourgeois des voitures de tourisme neuves mises en circulation continue de baisser. Par rapport au mois de septembre, les importations et exportations fribourgeoises sont en recul mais en hausse par rapport à l’année précédente. 

Sources

Fonds monétaire international (FMI), BNS, Office fédéral de la statistique, Centre de recherches conjoncturelles de l’EPF de Zurich, Institut Créa d'économie appliquée de la Faculté HEC de l’Université de Lausanne, Service public de l'emploi du canton de Fribourg, Service de la statistique du canton de Fribourg

Publié par  Service de la statistique

Dernière modification : 19/01/2022