La fouille de la maison à Morat a mis en évidence de nombreux objets suspects

12 Aout 2020 -19h28

Lors de la fouille de la maison à Morat, de nombreux objets suspects, présentant visuellement toutes les caractéristiques d’un DEINC (Dispositif Explosif ou Incendiaire Non Conventionnel) ont été découverts et examinés par les spécialistes NEDEX. La neutralisation de l’un d’eux a nécessité le recours à une charge explosive.

Police cantonale Fribourg
Police cantonale Fribourg © Tous droits réservés

Depuis lundi 10 août 2020, en fin de matinée, un important dispositif policier a été mis en place à Morat suite à la découverte d’un colis suspect à l’intérieur d’une maison inhabitée. Les pompiers du Centre de Renfort de Morat et une ambulance de Morat ont également dû être sollicités.

Les spécialistes NEDEX (neutralisation, enlèvement, détection d’engins explosifs) de la Police cantonale vaudoise ont déterminé qu’il s’agissait d’une caisse métallique, à laquelle était relié une télécommande et qui contenait différents éléments, tels que des câbles électriques, des bombonnes de gaz et une matière blanche. Tous ces éléments ont été neutralisés. L’analyse de cette matière, effectuée par le FOR (Forensische Institut de Zürich), a finalement permis de déterminer qu’aucune substance explosive ou incendiaire n’était présente.

Lors de la fouille de l’intérieur et des environs de la maison, une dizaine d’autres objets suspects, présentant toutes les caractéristiques visuelles d’un DEINC, ont été retrouvés à l’intérieur de l’habitation. Pour pouvoir les neutraliser, sans risque pour les intervenants et la population, les spécialistes ont dû les analyser séparément afin de déterminer leur composition.

Les voisins proches de l’habitation, soit une dizaine de personnes, ont été invités à quitter leur domicile durant les phases délicates de l’intervention.

Un objet ressemblant visuellement à une mine anti-personnel a encore dû être neutralisé à l’aide d’une charge explosive dont la détonation a pu être perçue dans les environs.

Il a pu être déterminé qu’une grande partie des objets suspects retrouvés sur place étaient des leurres. Des analyses sont encore en cours par le FOR afin d’analyser les substances présentes dans ceux traités ce jour.

L’enquête, menée par la Police cantonale, se poursuit afin de tenter d’établir le profil et le mobile de l’auteur présumé.  En l’état, aucun lien ne peut être établi avec le colis suspect trouvé en juin dernier à Léchelles. Personne n’a été blessé et il n’y pas eu de danger immédiat pour la population.

Il ne sera procédé à aucune autre communication d’ici le terme des investigations.