Patrice Borcard sera le prochain directeur de l’Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments

Le Conseil d’Etat a nommé l’actuel préfet de la Gruyère Patrice Borcard au poste de directeur de l’Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments (ECAB), sur proposition de son conseil d’administration. Il entrera en fonction le 1er janvier 2022, succédant à l’actuel directeur Jean-Claude Cornu. L’un de ses premiers défis sera la mise en œuvre de la future nouvelle loi sur la défense incendie et les secours.

Patrice Borcard © Etat de Fribourg - Staat Freiburg

Le successeur de Jean-Claude Cornu à la tête de l’ECAB est connu : dès le 1er janvier 2022, c’est l’actuel préfet de la Gruyère Patrice Borcard qui reprendra les rênes de l’établissement. Il a été nommé par le Conseil d’Etat, sur proposition du conseil d’administration, à l’issue d’une procédure de nomination lancée en novembre 2020, et qui a vu 62 personnes déposer leur candidature.

Agé de 55 ans, titulaire d’une licence ès lettres, M. Borcard mettra au profit de l’ECAB les compétences et expériences acquises au gré d’un riche parcours professionnel. Préfet de la Gruyère depuis bientôt dix ans, Patrice Borcard a d’abord œuvré comme enseignant, avant d’opter au début des années 1990 pour le journalisme, à La Liberté d’abord, puis durant 11 ans comme rédacteur en chef de La Gruyère. Il était ensuite entré au service de l’Etat en tant que conseiller scientifique auprès de la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport (DICS), de 2007 à 2011.

En tant que préfet, M. Borcard connaît particulièrement bien les domaines d’activités de l’ECAB, puisqu’il dispose de par la loi de compétences importantes en la matière, que ce soit comme autorité de surveillance de l’organisation de la défense incendie dans son district, comme organe de référence en cas de sinistre ou comme organe de décision en cas de problèmes de sécurité. M. Borcard a en outre représenté la Conférence des préfets au sein de l’organisation de projet chargée de la révision complète de la législation sur la défense incendie et les secours, que le Grand Conseil traitera ce printemps.

L’une de ses premières tâches à la tête de l’ECAB sera donc la mise en œuvre de cette nouvelle législation. Mais les défis sont multiples : digitalisation, optimisation des structures et des processus, évolution du site de formation de Châtillon, coordination intercantonale, etc. Ce à quoi s’ajoutera la conduite opérationnelle d’une institution de quelque 83 collaboratrices et collaborateurs, qui assure plus de 123'000 bâtiments pour une valeur de 93 milliards de francs.