Stéphane Quéru, chef du Service de l’enfance et de la jeunesse, préside depuis janvier la Conférence Latine de promotion et de protection de la jeunesse (CLPPJ)

29 Mars 2019 -17h21

Trois questions à Stéphane Quéru pour en savoir plus sur la CLPPJ.

Stéphane Quéru, Chef du Service de l'enfance et de la jeunesse SEJ
Stéphane Quéru, Chef du Service de l'enfance et de la jeunesse SEJ © Tous droits réservés
La CLPPJ, c’est quoi ?

C’est la conférence régionale composée des responsables des services cantonaux de protection et de promotion de l’enfance et de la jeunesse de la Suisse latine.

Elle a pour objectif d’harmoniser les procédures dans des domaines tels que l’adoption, l’accueil extrafamilial de jour, le placement d’enfants et la formation des intervenant-e-s en protection de l’enfant.

La CLPPJ est aussi un lieu d’échange d’informations pour les chefs de service des cantons latins en matière de promotion et de protection de l’enfant.

Pourriez-vous donner un exemple concret de dossier traité par la CLPPJ ?

En matière de procédure d’adoption, nous avons, par exemple, défini des schémas standardisés pour les cantons latins en ce qui concerne les évaluations des couples qui souhaitent adopter. Cela a permis, d’une part, de fournir des critères communs à tous les professionnel-le-s. D’autre part, il existe désormais une procédure permettant de régler, entre cantons, l’attribution des enfants confiés à l’adoption nationale.

Un autre dossier a consisté à répertorier l’ensemble des directives, des normes et des recommandations cantonales en matière d’accueil extrafamilial de jour. Cela a permis aux autorités politiques de disposer d’éléments comparatifs dans ce domaine.

Quels sont les objectifs actuels de la CLPPJ?

Actuellement, la CLPPJ travaille en particulier sur des projets de formation conjointe des intervenants en protection de l’enfant des différents cantons. Pour cela, elle collabore en lien étroit, notamment avec les Hautes écoles de Travail social de Genève et de Fribourg, dans le cadre du CAS en protection de l’enfant.

D’autre part, la CLPPJ travaille avec l’Université de Genève dans le but de développer des outils de travail communs aux services de protection de l’enfant. Par exemple, elle envisage de proposer un programme de formation continue commun aux intervenantes et intervenants des services de protection sur le thème de la prise en charge des enfants subissant différentes formes complexes de maltraitance.

Comment travaille la CLPPJ ?

La CLPPJ se réunit 4 fois par année. Elle est chargée d’élaborer des recommandations pour les conseillers d’Etat latins, dans le cadre du Groupement romand des chef-fe-s de service de l’action sociale (GRAS). Le GRAS est l’organe technique de la Conférence latine des affaires sanitaires et sociales (CLASS).

Dans ce cadre, la CLPPJ mandate des groupes de travail chargés d’élaborer des dossiers thématiques.

Certains dossiers peuvent être relayés au niveau national à la Conférence des délégués cantonaux à la promotion de l’enfance et de la jeunesse (CPEJ), organe technique de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS).

Actualités liées