News - Sécurité dans les snowparks pour mieux protéger les enfants et les adolescents

11 Décembre 2019 -16h03

Chaque année, 76 000 adeptes des sports d’hiver se blessent si grièvement dans les domaines skiables suisses qu’ils doivent se soumettre à un traitement médical. Selon une analyse du BPA, environ un de ces accidents sur dix se produit dans un snowpark. Autre fait notable: les accidents y touchent majoritairement des jeunes, qui s’y blessent aussi plus grièvement que sur les pistes. Dans une nouvelle documentation technique (à paraître en français au premier semestre 2020), le BPA montre comment signaliser correctement les snowparks et les classer par niveau de difficulté, en réservant les installations les plus exigeantes au sport de compétition.

snowpark
snowpark © Tous droits réservés

Avec leurs tremplins faits de neige et leurs éléments artificiels («jibs»), les snowparks dans les domaines skiables suisses attirent de plus en plus de skieurs et de snowboarders. Une popularité qui se reflète aussi dans la statistique des accidents: parmi les 76 000 blessures annuelles subies en Suisse lors de la pratique des sports de neige et nécessitant un traitement médical, une sur dix se produit dans un snowpark selon une analyse du BPA.

La majorité des blessés ont moins de 30 ans

Il est frappant de constater que les jeunes sont très majoritairement touchés par les accidents dans les snowparks: 80% des blessés sont ainsi âgés de 10 à 30 ans, contre «seulement» 43% sur les pistes. Les blessures sont en outre souvent graves, en particulier lors de chutes sur des éléments durs, et touchent généralement la tête et le dos. Les blessures dorsales sont d’ailleurs quatre fois plus fréquentes dans les snowparks que sur les pistes. L’utilisation des snowparks doit donc être intuitive et tolérer les erreurs, ce qui signifie que celles-ci ont des conséquences moins lourdes, en particulier pour les enfants et les adolescents. Pour ce faire, le BPA conseille les exploitants de snowparks et les aide à améliorer la sécurité de leurs installations.

Séparation et signalisation claires

Afin d’éviter les accidents graves, le BPA recommande, dans une nouvelle documentation technique, de mieux signaliser et séparer les snowparks des pistes, afin qu’aucun usager ne s’y engage par erreur. Le BPA conseille également de classer les installations par niveau de difficulté, de XS à XL. «En choisissant un niveau de difficulté adapté à leurs capacités, les amateurs de snowparks réduisent leur risque de blessures sans renoncer à se faire plaisir», explique Benedikt Heer, spécialiste en sports de neige au BPA.

 

Du XS au XL

Les snowparks XS s’adressent aux enfants de moins de 6 ans: conçus de manière ludique et adaptés à leur âge, ils sont construits dans des zones aussi plates que possible et dotés d’éléments sans hauteur de chute. Ils tiennent ainsi compte du fait que les tout-petits n’ont pas encore les capacités physiques suffisantes pour des snowparks plus exigeants. Le niveau S se prête à la majorité des adeptes: enfants dès 6 ans, débutants et personnes avec peu d’expérience. Les snowparks XS et S ne contiennent que des éléments pouvant aussi être parcourus à faible vitesse. Les enfants de moins de 13 ans ne devraient emprunter les snowparks M et L qu’avec un accompagnateur compétent. Enfin, le BPA déconseille de permettre au grand public d’accéder aux snowparks de niveau XL, conçus pour le sport de compétition.

Principales recommandations comportementales dans un snowpark

  • Portez l’équipement de protection: casque et protection dorsale, protège-poignets pour les snowboarders.
  • Regardez avant de sauter.
  • Planifiez votre passage.
  • Commencez par un parcours simple et augmentez progressivement le niveau de difficulté.

Vous débutez? Suivez un cours donné par une école de ski ou de snowboard.