Enquêtes CDIP : excellents résultats pour les élèves fribourgeois

24 Mai 2019 -16h15

La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) a présenté ce matin les résultats de deux enquêtes visant à mesurer l’atteinte des compétences fondamentales en langues et en mathématiques. Elles se sont déroulées en 2016 et en 2017 dans toute la Suisse, permettant de collecter des données utiles au monitorage national de l’éducation. Les résultats obtenus par les élèves fribourgeois sont plus que réjouissants. D’une façon générale, ils se situent à chaque fois au-dessus de la moyenne suisse ou des cantons de référence pour les élèves francophones et dans la moyenne ou juste au-dessus pour les élèves germanophones.

titre d'une conférence de presse de la CDIP
CDIP Compétences fondamentales © Tous droits réservés

La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique a présenté ce matin les résultats de deux enquêtes qui se sont déroulées en 2016 et en 2017. Ces deux enquêtes visaient à mesurer l’atteinte des compétences fondamentales en langues et en mathématiques. Ce qui a été testé : divers aspects de compétence pour les mathématiques, pour la langue de scolarisation (L1) – la compréhension écrite et l’orthographe – l’allemand première langue étrangère (L2) pour les élèves francophones et le français (L2) pour les élèves germanophones.

La Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport constate que les résultats obtenus par les élèves fribourgeois sont très bons. D’une façon générale, ils se situent à chaque fois au-dessus de la moyenne suisse pour les élèves francophones et dans la moyenne et pour la langue partenaire au-dessus de la moyenne (cantons de référence) pour les élèves germanophones.

De très bons résultats homogènes pour les langues

A la fin de l’école obligatoire et pour la langue de scolarisation (L1), les élèves de 8H sont plus de 90% à avoir atteints les compétences fondamentales en compréhension écrite, contre 88% en moyenne suisse. Ils et elles sont 91% (89% moyenne des cantons romands) dans la partie francophone et 84% (84% moyenne des cantons alémaniques) à répondre aux exigences en matière d’orthographe. Quant à l’atteinte des compétences fondamentales pour la langue partenaire (L2), les élèves germanophones obtiennent d’excellents résultats avec 78% pour la compréhension de l’écrit (65% moyenne des cantons alémaniques) et 96% pour la compréhension de l’oral (89%). Les élèves francophones sont 79% (72% moyenne des cantons romands) à atteindre les objectifs fixés pour la compréhension de l’écrit et 92% (88%) pour la compréhension de l’oral. Il n’y a pas de différences significatives, ni selon le genre, l’origine sociale, la langue parlée à maison ou encore le statut migratoire.

Des résultats excellents en mathématiques avec quelques différences entre les régions linguistiques

Si les résultats des élèves fribourgeois sont pour les mathématiques globalement au-dessus de la moyenne suisse (62%), soit 83% pour les élèves francophones – ce qui est excellent et le meilleur résultat de tous les cantons -  et 63% pour les élèves germanophones quelques différences apparaissent entre les deux régions linguistiques, notamment en ce qui concerne les résultats par type de classe.

Ainsi les élèves qui se trouvent dans des classes à exigences de base sont moins nombreux que les autres élèves à atteindre les compétences fondamentales en mathématiques à la fin de la scolarité obligatoire  - ce qui est plus marqué dans la partie germanophone que dans la partie francophone. La différence est par contre moindre pour les élèves des classes générales et inexistante pour les élèves des classes prégymnasiales qui sont 99% à atteindre les objectifs fixés. De même, le statut migratoire semble avoir une incidence sur l’acquisition des compétences de base un peu plus marquée dans la partie germanophone que dans la partie francophone du canton.

Ces différences s’expliquent en grande partie par le niveau d’harmonisation, bien développé dans la partie francophone du canton grâce au PER et le développement de moyens d’enseignement communs, et qui se trouve au début pour les cantons germanophones y compris Fribourg. Les données ainsi récoltées sont précieuses et permettront de concentrer les efforts sur ce qu’il s’agit d’améliorer encore.

Les facteurs du succès

Caractérisé par une grande stabilité, le dispositif scolaire tel qu’il est organisé dans le canton favorise une évolution en continu, pragmatique et cohérente. Si les services de l’enseignement de la scolarité obligatoire ont des exigences strictes notamment en matière de planification de l’enseignement (par exemple, l’enseignant-e tient un journal où sont décrits les objectifs et activités prévus avec les élèves), ils peuvent aussi compter sur un corps enseignant et des directions d’école consciencieux et motivés qui se sentent fortement responsables des résultats obtenus par les élèves.
La mise en œuvre du plan d’études romand (PER) dès 2012 et celle des moyens d’enseignement dans les écoles de la partie francophone du canton ont fait l’objet d’un accompagnent réfléchi et au service des enseignant-e-s. Un processus similaire d’harmonisation débutera en août prochain dans les écoles de la partie germanophone avec l’entrée en vigueur du Lehrplan 21 (LP 21)  -  prévue simultanément à tous les niveaux de l’école obligatoire et jusqu’en 2022/23.

L’école fribourgeoise, grâce à ses deux régions linguistiques, est en recherche permanente de cohérence et de qualité. Au vu des excellents résultats obtenus par les élèves, elle peut être fière de ce qui a été fait et poursuivre son travail, sachant qu’elle a fait les bons choix.

Actualités liées