Patrimoine culturel immatériel de l'Unesco : les propositions du canton de Fribourg transmises à la Confédération

10 Mai 2011 -09h30

La Confédération a décidé d'établir, avec les cantons, une liste des traditions vivantes de la Suisse en vue de leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. Le Conseil d'Etat a validé les propositions pour le canton de Fribourg sur la base des travaux du groupe de référence fribourgeois.

Il y a lieu de rappeler que les Chambres fédérales ont ratifié la convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. La notion de patrimoine culturel immatériel désigne un bien culturel vivant (tradition vivante), transmis de génération en génération, qui contribue à forger le sentiment d'identité et de continuité d'une communauté.

La Direction de l'instruction publique, de la culture et du sport (DICS), par son Service de la culture, a confié au Musée gruérien la mission de dresser un inventaire de l'ensemble des traditions vivantes du canton. Celui-ci a constitué un groupe de référence présidé par Mme Isabelle Raboud- Schüle, directrice du Musée gruérien. A l'issue de la première étape de ses travaux, le groupe de référence a retenu les principales traditions vivantes fribourgeoises suivantes :

  1. les savoir-faire fromagers pour la fabrication de Gruyère (et de vacherin fribourgeois) en alpage, y compris les traditions qui y sont liées comme la désalpe, les thèmes alpestres dans le répertoire choral, le port du costume d'armailli ;
  2. le chant du Ranz-des-vaches en patois gruérien et en français (y compris sa représentation par les Fribourgeois à la Fête des Vignerons de Vevey) ;
  3. la peinture de montées à l'alpage / poyas peintes ;
  4. le savoir-faire des tavillons ;
  5. la fête de la Saint-Nicolas à Fribourg ;
  6. la bénichon/Kilbi, fêtée à dates fixes dans tout le canton
  7. chanter le mai (par les enfants, le 1er mai) ;
  8. la Fête-Dieu avec la participation de la Confrérie du Saint-Sacrement à Fribourg (et la Fête-Dieu à Düdingen avec le port du costume féminin) ;
  9. le culte des morts, avec les gestes au cimetière lors de la Fête des morts (2 novembre qui se reporte sur la Toussaint le 1er novembre), mais aussi les nécrologies dans la presse régionale, les photos de défunts ou de chapelle ardente, les rites d'enterrement s'ils ont des aspects spécifiques ;
  10. les rituels de la Semaine Sainte (Procession des Pleureuses à Romont, Surrexit à Estavayer) ;
  11. la commémoration de la bataille de Morat comprenant la Solennité de Morat (Fête des écoles le 22 juin, le Tir historique et la course Morat-Fribourg) ;
  12. le chant choral avec le mouvement et les fêtes des Céciliennes (chorales paroissiales) ;
  13. le théâtre en patois franco-provençal et en patois alémanique ;
  14. la pratique du secret et l'activité reconnue des guérisseurs ;
  15. la fête des Rois (6 janvier, apéritif ou banquet des Rois organisé par les sociétés musicales pour leurs sympathisants) ;
  16. une ou plusieurs fêtes de Saints, à l'exemple de la Saint Antoine en Singine ;
  17. les " grottes de Lourdes " (entretien de ces petits édifices par des privés, lieu de forte fréquentation, cierges) ;
  18. la fondue comme repas. 

Selon les informations transmises par le chef de projet au niveau national, le canton de Fribourg peut, à ce stade, émettre huit propositions. A partir de la liste " large " établie par le groupe de référence, le Conseil d'Etat a proposé à l'examen de l'Office fédéral de la culture (OFC) les huit traditions vivantes fribourgeoises suivantes :

  • les savoir-faire fromagers pour la fabrication de Gruyère (et de vacherin fribourgeois) en alpage, y compris les traditions qui y sont liées comme la désalpe, les thèmes alpestres dans le répertoire choral, le port du costume d'armailli ;
  • le chant du Ranz-des-vaches en patois gruérien et en français (y compris sa représentation par les Fribourgeois à la Fête des Vignerons de Vevey ) ;
  • la peinture de montées à l'alpage / poyas peintes ;
  • la fondue comme repas (éventuellement en partage avec le canton de Neuchâtel) ;
  • le savoir-faire des tavillons (éventuellement en partage avec le canton de Vaud) ;
  • la fête de la Saint-Nicolas à Fribourg ;
  • la bénichon/Kilbi, fêtée à dates fixes dans tout le canton ;
  • la pratique du secret et l'activité reconnue des guérisseurs (éventuellement en partage avec le canton du Jura).

Le groupe de référence a établi, pour chacune de ces traditions, une fiche descriptive très complète
qui sera remise à l'OFC.

Le Conseil d'Etat sera appelé ultérieurement à se prononcer sur les conclusions et propositions
qu'entendra transmettre l'OFC au Conseil fédéral Au final, seules quelques propositions (en
principe une vingtaine) seront transmises pour l'ensemble de la Suisse à l'UNESCO dont seules
cinq ou six bénéficieront d'une inscription au patrimoine mondial immatériel.

En ce qui concerne la suite à donner au plan fribourgeois, il est envisagé de dresser un inventaire
cantonal du patrimoine vivant fribourgeois, ainsi que de créer une base de données concernant
celui-ci, accessible en ligne.

Fribourg, le 9 mai 2011

Actualités liées