28 Septembre 2021 - 11H04

Dans un contexte d’aménagement du territoire toujours plus complexe et de marchés très concurrentiels, la Direction des institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF) entend soutenir activement les propriétaires de fromageries dans leurs projets de renouvellement ou de construction. S’appuyant sur une étude faisant l’état des lieux des fromageries fribourgeoises présentée le 29 septembre 2021, la DIAF les encourage à mieux anticiper leurs projets sur le plan financier et sur le plan de l’aménagement. Le Service de l’agriculture est chargé de les accompagner dans ce processus de façon proactive.

Pièces maîtresses de l’économie laitière et fromagère du canton de Fribourg, les fromageries nécessitent d’importants investissements périodiques pour renouveler et moderniser leurs installations, avec une partie de soutien étatique. Les projets de construction ou d’agrandissement sont de surcroît souvent confrontés à des problèmes d’aménagement du territoire et plus précisément d’affectation de zone. Forte de ce constat, la Direction des institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF) souhaite aider de façon plus ciblée les sociétés de laiterie propriétaires de ces infrastructures afin de mieux anticiper leurs projets, sur le plan financier et de l’aménagement.

Afin de disposer d’une vision plus précise des projets de transformation ou de construction de fromageries, la DIAF, en étroite collaboration avec la Fédération des sociétés fribourgeoises de laiterie (FSFL), l'Interprofession du Gruyère AOP et l'Interprofession du Vacherin fribourgeois AOP, a donné mandat à Jacques Chavaz, ancien sous-directeur de l’Office fédéral de l’agriculture, de dresser un état des lieux des fromageries. Il a pour cela sondé les propriétaires de fromageries de village sur l’état de leurs installations et la planification de leur renouvellement.

L’étude, dont la publication a fait l’objet d’une conférence de presse le 29 septembre 2021, confirme le rythme périodique de 20 à 25 ans du besoin de renouvellement de ces infrastructures. Elle estime à pas moins de 74 millions de francs les investissements envisagés pour les années 2021-2025. Surtout elle met en avant l’important besoin d’anticipation sur le plan financier et sur le plan de l’aménagement du territoire d’une partie de ces projets. Elle souligne aussi le coût croissant des équipements notamment en raison de l’automatisation.

La DIAF va s’appuyer sur cette étude pour accompagner les sociétés de laiterie et les autres propriétaires de fromageries de village afin de mieux anticiper leurs projets de façon à ce qu’ils puissent se réaliser dans des délais raisonnables. Le Service de l’agriculture (SAgri), responsable de l’attribution du soutien cantonal et fédéral aux projets d’infrastructures dans le domaine agricole et agroalimentaire, va entamer une démarche proactive, en partenariat avec la DAEC et son Service des constructions et de l’aménagement (SeCA), en informant et en accompagnant les promoteurs de ces projets.

Défis d’aménagement du territoire
L’implantation de fromageries villageoises devient de plus en plus compliquée en raison des règles d’aménagement du territoire et de la cohabitation des activités et de l’habitat. Une bonne planification à moyen terme doit permettre de rechercher les solutions adéquates et d’anticiper les procédures, notamment lorsqu’il n’est pas possible d’implanter une nouvelle fromagerie dans une zone d’activité existante.