L'équipe fribourgeoise d'intervention en cas d'épizootie a suivi jeudi 22 octobre une nouvelle formation pour se préparer à lutter contre la peste porcine africaine. Le virus, présent ces derniers mois en Pologne et dans le Nord-Est de l'Allemagne, se rapproche toujours plus de la Suisse. Selon Grégoire Seitert, vétérinaire cantonal et chef du Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (SAAV), ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne fasse sont entrée sur sol helvétique.

Scénario de l'exercice qui a lieu quelque part dans la campagne fribourgeoise: il y a suspicion de suidés infectés par la peste porcine africaine (PPA) dans une porcherie. L'équipe d'intervention en cas d'épizootie, qui comprend entre autres des experts et vétérinaires officiels du SAAV ainsi que des agriculteurs du canton, procède au bouclage de la zone (poste 1 et 2) et aux prélèvements sur cadavres (poste 3, vétérinaire). Un drone équipé d'une caméra thermique (poste 4) survole les environs pour détecter d'autres suidés possiblement infectés à proximité.

Cette simulation d'un épisode infectieux dure plusieurs heures. Il faut notamment s'équiper, monter la tente de commandement ainsi que la douche de désinfection, prélever des échantillons d'organes sur les cadavres du sanglier et du marcassin représentant les porcs infectés de l'exercice. Tout cela en respectant les mesures pour lutter contre le Covid-19 - le nombre d'observateurs invités a également été réduit dans le même but.

En situation réelle, l'équipe devrait aussi mettre à mort sur place tous les porcs avec le concours des exploitants sur les exploitations touchées pour éviter les contaminations par cette épizootie hautement contagieuse hors de la zone d'exclusion, ce qui pourrait prendre quelques heures. Les cadavres devraient être ensuite transportés avec prudence dans une benne étanche jusqu'au lieu d'incinération, et les travaux de nettoyage et de pré-désinfection validés par le vétérinaire cantonal afin d’exclure toute contamination hors du foyer.

Maladie avec un fort taux de létalité, la PPA touche tous les suidés, porcs domestiques et sangliers, mais n’est pas transmissible à l’homme. Les contaminations se font par contact direct, indirect ou par affouragement de déchets ou de restes de viande.

Le chef du SAAV détaille le contexte de l'exercice
Le chef du SAAV détaille le contexte de l'exercice © Etat de Fribourg - Staat Freiburg - SAAV - LSVW