26 Novembre 2020 -09h10

Depuis le mois d’octobre, les cas de grippe aviaire chez les oiseaux d’eau sauvages ont fortement augmenté dans le nord de l’Europe et touchent à présent aussi des élevages de volaille. L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) appelle les détenteurs de volaille à porter une attention particulière aux mesures de prévention. Cette maladie ne se transmet pas l’être humain.

© Pixabay -

Depuis fin octobre, les cas d’influenza aviaire chez des oiseaux d’eau sauvages ont fortement augmenté dans le nord de l’Europe et les premiers cas dans des exploitations domestiques sont apparus début novembre. Il faut s’attendre à ce que de nombreux autres cas soient détectés le long des axes de migration vers l’Afrique (axe ouest par la côte atlantique et Gibraltar, axe est de la Scandinavie en direction du Bosphore et du littoral méditerranéen).

Les oiseaux d’eau sauvages arrivent en ce moment sur nos lacs pour hiverner. Un des risques de transmission est la contamination des prés par des canards sauvages qui viennent s’y nourrir, principalement la nuit. La situation sanitaire peut donc évoluer très rapidement et il s’agit d’empêcher tout contact entre des volailles domestiques et des oiseaux sauvages.

Nous appelons les détenteurs de volaille à faire preuve de vigilance:

  • En veillant à ce que l’alimentation et l’abreuvage soient effectués dans un poulailler fermé, inaccessible aux oiseaux sauvages
  • En appliquant strictement les mesures de biosécurité avant d’entrer dans les enclos (changement de chaussures, survêtement réservé à l’enclos et désinfection des mains)
  • En se tenant prêts à protéger les aires de sortie

Les détenteurs de volailles sont aussi appelés à rester attentifs aux symptômes suspects et à mettre en œuvre les conseils de l’OSAV indiqués sur son site internet, aux pages Grippe aviaire et Maladies des volailles.

Enregistrement obligatoire

Selon les informations disponibles, les souches virales de la grippe aviaire qui circulent actuellement ne sont pas transmissibles à l’être humain. Néanmoins, les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont invitées à ne pas les toucher et à informer les surveillants de la faune, les gardes-pêche ou la police cantonale.

Pour rappel, l'enregistrement des élevages de volaille est obligatoire depuis le 1er janvier 2010. Cette obligation concerne également les élevages à titre d’activité de loisir. Les détenteurs professionnels ou amateurs de volailles doivent annoncer leur détention auprès du Service de l’Agriculture du canton de Fribourg (SAgri). Si votre détention n’était pas encore annoncée à ce Service, nous vous invitons à prendre contact avec eux dès à présent (courriel: sagri@fr.ch / T: 026.305.23.00).

© Tous droits réservés