Retour
Le site AgriCo de Saint-Aubin, partie de la stratégie de développement du secteur agroalimentaire fribourgeois
Le site AgriCo de Saint-Aubin, partie de la stratégie de développement du secteur agroalimentaire fribourgeois © Tous droits réservés

La DEE exploite ses nouveaux outils

Le site AgriCo de Saint-Aubin, partie de la stratégie de développement du secteur agroalimentaire fribourgeois
Le site AgriCo de Saint-Aubin, partie de la stratégie de développement du secteur agroalimentaire fribourgeois © Tous droits réservés

10 Avril 2019 - 13h20

Le Service public de l’emploi (SPE) et la Promotion économique du canton de Fribourg (PromFR) ont présenté aujourd’hui les activités et résultats de l’an passé. Par rapport à l’année précédente, la PromFR a ainsi enregistré en 2018 une hausse à la fois du nombre de projets soutenus, du volume d'investissement et du nombre d'emplois annoncés. De son côté, le SPE a fait part de la vigueur du marché de l’emploi cantonal, avec un taux de chômage moyen de 2,7% l’an passé. 2018 a aussi été une année de grands chantiers pour la Direction de l’économie et de l’emploi, avec l’introduction ou la préparation de nouveaux outils pour mieux soutenir l’économie fribourgeoise.

La DEE exploite ses nouveaux outils

Au-delà des bons résultats enregistrés par le Service public de l’emploi et la Promotion économique du canton de Fribourg en 2018, la Direction de l’économie et de l’emploi (DEE) a développé cette année-là de nouveaux outils destinés à mieux soutenir l’économie, dont certains ont déjà été déployés ou sont en passe de l’être.

Promotion économique fribourgeoise

Pour la Promotion économique du canton de Fribourg, l'année 2018 a été marquée par plusieurs modifications légales afin d’améliorer les conditions-cadre. La loi révisée sur la promotion économique est entrée en vigueur le 1er octobre, introduisant une palette d’instruments mieux adaptée aux besoins des entreprises, en particulier des PME. Pour la période 2019-2022, le Grand Conseil a aussi débloqué un crédit de 5,1 millions de francs (qui se rajoute au budget ordinaire) pour soutenir les nouvelles entreprises, y compris dans la phase de création. C’est encore l’an passé qu’il a libéré un crédit de 25 millions de francs pour la construction avec l’EPFL du Smart Living Building dans le quartier d’innovation blueFACTORY.

La loi sur la politique foncière active, qui vise à faciliter l'accès des entreprises aux terrains constructibles, est de son côté sur le point d'être finalisée, son projet de loi ayant été soumis à la consultation l'année dernière. Dans l’intervalle, une structure ad hoc a été mise en place pour la gestion des sites de St-Aubin et de Romont, avec un premier investissement (CHF 1,7 million) consenti sur le premier site, et l’implantation d’une nouvelle société (EFSA) sur le second.

De manière générale, l’économie de Fribourg a profité l’année dernière d’un bon environnement conjoncturel, ce qui se reflète également dans les résultats de la Promotion économique. Celle-ci a enregistré une hausse à la fois du nombre de projets soutenus (31 en 2018, 25 en 2017), du volume d'investissement (CHF 175 millions contre 113) et du nombre d'emplois annoncés (560 contre 529). Le projet d'extension de Sika à Guin, ainsi que le nouveau projet de construction de Phonak Communications à Morat, soulignent l'importance du canton de Fribourg pour les projets industriels à haute valeur ajoutée.

Service public de l’emploi

De son côté, le SPE a fait part de la vigueur du marché de l’emploi cantonal, avec un taux de chômage moyen de 2,7% pour 2018. Le nombre d’heures chômées pour réduction de l’horaire de travail tombe à 2600 et atteste de la bonne santé de notre économie. Introduite en juillet, l’obligation d’annonce des postes vacants a doublé le nombre d’offres d’emplois communiquées aux ORP (587 en février 2019) et a amélioré le placement des chômeurs. Des adaptations ont cependant été apportées pour alléger la charge administrative des entreprises et garantir une meilleure adéquation entre les profils recherchés et ceux proposés par l’ORP.

En 2018, les inspecteurs de la surveillance du marché du travail ont effectué près de 500 contrôles en lien avec le travail au noir et la part de dénonciations pour soupçons d’infractions est passée à 49% grâce à des contrôles mieux ciblés. Trois évènements ont particulièrement marqué l’année sous revue : l’entrée en vigueur de la révision de la Loi fédérale sur le travail au noir (LTN), le nouvel accès en ligne à Chèque Emploi et la mise en consultation du projet de révision de la Loi cantonale sur l’emploi et le marché du travail (LEMT). Avec la mise en application de ces nouveaux outils, le Service public de l’emploi est confiant en l’avenir et espère dissuader les employeurs et les employés à recourir au travail au noir grâce notamment au renforcement de la collaboration entre acteurs publics et privés, à l’augmentation des contrôles, au renforcement du statut des inspecteurs et la sévérité des sanctions.

Perspectives et défis

Le Directeur de l’économie et de l’emploi, Olivier Curty, a rappelé quant à lui le risque de ralentissement pour cette année et l’an prochain. Il s’est félicité des nouveaux outils créés qui permettront de mieux soutenir encore l’économie à l’avenir. Il a souligné l’importance de relever le défi de la numérisation tant pour les entreprises que pour les services publics. Enfin, il a rappelé la volonté du canton de mettre un focus sur la stratégie de développement économique du secteur agroalimentaire, et s’est réjoui à ce titre des premières implantations d’entreprises sur le site AgriCo de Saint-Aubin. 

 

Actualités liées